Le trublion du barreau genevois

Paris Match Suisse |

A 66 ans, l’avocat Douglas Hornung, «sauveur» des employés de banque, livre le dernier combat de sa carrière. Toujours animé du feu sacré.

 

A deux pas de ses bureaux à Plainpalais, la rue Hornung – du nom d’un célèbre peintre local – rappelle le passé prestigieux d’une famille, genevoise depuis 1680, qui a donné entre autres une femme de lettres ou encore un maire à la ville. D’emblée pourtant, Douglas Hornung tient à casser tout présupposé d’héritier fortuné: «Je suis un Hornung par les soubrettes», souligne malicieusement ce fils d’un fleuriste et d’une secrétaire rappelant au passage que sa branche a été «oubliée» par le manuscrit généalogique de la famille.

 Cette image iconoclaste, Douglas Hornung aime à la cultiver. Notamment en lançant en 2007, à 55 ans, la plateforme numérique divorce.ch, qui simplifie les procédures de séparation, précurseur des applications digitales du domaine juridique qui fleurissent actuellement. Le site traite désormais autour de 500 cas par an. «Je gère ça pratiquement tout seul, ça me prend une heure par jour, tout est automatisé. Avec une employée, on prend la peine de répondre aux questions par mail ou téléphone.»

 Il faut dire qu’entre-temps, Douglas Hornung a eu de difficiles et très médiatisées procédures à mener. En particulier en lien avec les Etats-Unis, pays avec lequel il entretient une relation suivie depuis la rencontre avec sa femme, Américaine, venue étudier en Suisse dans les années 70 depuis Chicago, puis par l’adoption de sa fille et son fils, Américains également. Dès 2012, en revanche, trêve de sentimentalisme. Les banques suisses, après avoir payé des amendes records à l’Etat américain, s’engageaient à donner toutes les données utiles à l’inculpation de leurs propres salariés pour «conspiration contre les intérêts des Etats-Unis». Près de 100 000 personnes étaient potentiellement concernées. Procédures à rallonge, parfois jusqu’au Tribunal fédéral, Il défend seul les employés, avec face à lui nombre de ses collègues aux côtés des banques. «C’était incroyable de voir que même la Confédération laissait faire et abandonnait certains de ses concitoyens», se souvient celui qui, finalement, a obtenu gain de cause. «J’ai un peu pourri la présidence d’Eveline Widmer-Schlumpf», jubile-t-il aujourd’hui.

 Toujours pas lassé de se battre, l’entrepreneur qui dit «détester la routine», s’est mis en tête de conserver ses bureaux de la rue Général-Dufour et de les mettre à disposition de jeunes avocats indépendants sur un modèle d’espace de coworking, avec boîte aux lettres et locaux pour recevoir, et créer ainsi sa nouvelle start-up Lawffice. Un modèle existant ailleurs, mais refusé à Genève par la Commission du barreau: «Je pense qu’ils cherchent à emmerder les petits et défendre les grands avocats bien installés», estime celui qui va défendre prochainement sa cause au Tribunal fédéral. Un dernier combat pour ce trublion du barreau qui envisage désormais, à 66 ans, de prendre du temps pour sa passion du voyage et profiter de ses propriétés, notamment en Indonésie. «Si je perdais, ce serait dommage de liquider les bureaux et le vécu qu’il y a dedans. Mais dans tous les cas, je ne compte pas finir en scène.»

 

Retrouvez cet article dans notre édition Paris Match Suisse

Toute reproduction interdite

PHILIP JODIDIO, QUAND QATAR RIME AVEC ART ET AR… CHITECTURE

Au Qatar, on a du pétrole, du gaz et des idées! Avec les moyens que procurent les premiers, les secondes sont rapidement mises en œuvre.

Exposition Paris Match

Exposition Paris Match Paris Match Suisse | Publié le 28/06/2018   Anne-Marie Philippe Le mois de juin est capricieux. Au bord du lac, ce soir-là, quelques gouttes de pluie perlaient sur le gazon fraîchement planté. L’Art était entré dans ce petit jardin des Arts, aux...

Les évêques suisses et l’inacceptable

Les évêques suisses et l’inacceptable Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Romaine Jean Les flammes de l’enfer se sont abattues sur la Conférence des évêques suisses, qui n’arrive plus à gérer l’explosion des cas d’abus sexuels, de harcèlements et même de viols...

Mère Courage au secours des Moken

Mère Courage au secours des Moken Paris Match Suisse | Publié le 09/08/2018 Olivier Grivat Lors du tsunami en Thaïlande de décembre 2004, Laurence Pian a perdu ses garçons Jan et Oscar. Une fondation porte leurs noms.   Aînée d’une famille de 4 enfants, dont le...

Reconquérir le lectorat

Le Salon du livre de Genève vise à séduire de nouveaux publics et exposants pour conserver son aura. Un objectif: faire rayonner le fragile marché romand dans la francophonie

Caroline Scheufele, l’énergie du diamant

Caroline Scheufele, l’énergie du diamant Paris Match Suisse | Publié le 11/01/2018 Anne-Marie Philippe Le dimanche est pluvieux. C’est dans sa propriété aux portes de Genève, entre les vignes et le bord du lac, que Caroline Scheufele, présidente du Groupe Chopard,...

Aquatis : L’objectif est atteint !

Aquatis : L'objectif est atteint ! Paris Match Suisse | Publié le 14/06/2018   Joan Plancade Mis en cause notamment pour le prix du billet et sa gestion du personnel, l’aquarium vivarium d’eau douce lausannois est le plus grand d’Europe. Aquatis affiche après six mois...

Nuria Gorrite, femme et présidente du Conseil d’état

Nuria Gorrite, femme et présidente du Conseil d’état Paris Match Suisse | Publié le 08/03/2018  Anne-Marie Philippe Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat, quelle femme êtes-vous?En trois mots, je dirais que je suis engagée, ouverte et spontanée.Etes-vous fière...

PIERCE BROSNAN

Son nom a été Bond, James Bond. Et lorsqu’il apparaît en janvier au Salon International de la Haute Horlogerie à Genève (SIHH), Pierce Brosnan semble presque avoir repris du service tant il en impose par son élégance, sa stature et son flegme imperturbable face à la foule qui l’immortalise sur le stand de Speake-Marin

CHARLOTTE GAINSBOURG «J’AI ÉCRIT POUR RÉINVESTIR MON HISTOIRE»

Habituellement réservée et soucieuse de préserver sa vie privée, Charlotte Gainsbourg a pourtant écrit un premier album intime et personnel et se livre sans fard dans ces colonnes.
On ressent chez lui une force indéniable, une sagesse teintée d’humanité et un amour incommensurable pour ses enfants, Nicolas, Sacha et Victoria, sa fille qu’il a eue avec une autre maman que celle de ses deux garçons.

Share This