Tout ce que vous devez savoir sur… Anne-Marie Maillefer

Paris Match Suisse |

La présidente de la Loterie romande (Vaud) a mené une riche carrière dans les soins infirmiers.

 

«Je suis gâtée par la vie.» Lâchés comme une évidence, ces mots en disent beaucoup sur Anne-Marie Maillefer, cette altruiste qui, en réalité, ne doit ses succès qu’à elle-même. Discrète, la présidente de la Fondation (vaudoise) d’aide sociale et culturelle (Loterie romande) cèle les efforts qu’elle a dû consentir. On devine pourtant que de la boucherie familiale de Boncourt à ses engagements socioculturels actuels, le chemin n’a pas nécessairement été pavé de roses. «Enfant, j’aimais déjà prendre mes responsabilités. J’aidais mes parents à la caisse du commerce.»

Sans doute aurait-elle pu faire sa médecine. «Je suis une soignante». Mais, début octobre 1970, les hasards de la vie l’amènent à choisir l’école d’infirmières de Bois-Cerf, à Lausanne. La découverte de Lavaux paré des couleurs de l’automne est un véritable éblouissement. Elle ne quittera plus la région. Et ne cessera de compléter sa formation: diplôme de formation de cadre, certificat de politique sociale, diplôme de formation continue en santé publique… Son goût pour les responsabilités se confirme, tôt repéré par Françoise Couchepin, la directrice de l’école. «Elle m’a accordé de pouvoir enseigner la moitié de l’année et de soigner le reste du temps. Je voulais conserver ma légitimité professionnelle.»

Anne-Marie Maillefer garde un souvenir fort de son travail auprès du professeur Noël Genton, spécialiste en chirurgie pédiatrique, et des contacts qu’elle développe alors avec les enfants hospitalisés et leurs parents. Elle se remémore avec autant de bonheur son engagement dans les soins à domicile. «On rencontre les patients dans leur environnement quotidien.» Ses capacités, sa force de travail ne passent pas inaperçues: infirmière-chef, directrice adjointe de l’Organisme médico-social vaudois, directrice de l’école d’infirmiers et infirmières en psychiatrie, etc. «Le canton de Vaud m’a accordé sa confiance. Il m’a gâtée», dit-elle, alors que c’est elle qui, par ses compétences, a comblé le canton de Vaud! Elle participe à plusieurs politiques publiques, tant en ce qui concerne les soins à domicile que la mise en place des HES dans le domaine santé-social ou dans le développement des places d’accueil pour enfants.

Le secrétariat général de la Fondation pour l’accueil de jour des enfants la met en contact avec la Loterie romande. Et le Conseil d’Etat de penser à elle lorsqu’il s’agit de repourvoir la présidence de l’organe vaudois de répartition des bénéfices. Comme toujours, Anne-Marie Maillefer relève le défi et y trouve «un vrai bonheur». Elle qui n’avait jamais acheté un billet de loterie, réalise à quel point le premier mécène de Suisse romande est indispensable à l’activité sportive, sociale, culturelle et patrimoniale. L’an dernier, la Loterie romande a distribué 116 millions dont 40 au seul canton de Vaud. La présidente heureuse se double d’une femme épanouie. Née Stidel, elle a conservé le patronyme de son ex-mari, «pour éviter d’avoir à expliquer». Elle vit en couple avec Marc Diserens, ancien chef du service vaudois de la santé publique. La lecture, l’écoute de la musique sacrée et de la musique de chambre, de longues marches nourrissent les loisirs de cette belle âme.

Le trublion du barreau genevois

Le trublion du barreau genevois Paris Match Suisse | Publié le 04/10/2018 Joan Plancade A 66 ans, l’avocat Douglas Hornung, «sauveur» des employés de banque, livre le dernier combat de sa carrière. Toujours animé du feu sacré.   A deux pas de ses bureaux à...

Reconquérir le lectorat

Le Salon du livre de Genève vise à séduire de nouveaux publics et exposants pour conserver son aura. Un objectif: faire rayonner le fragile marché romand dans la francophonie

Tout ce que vous devez savoir sur… Léonard Gianadda

Tout ce que vous devez savoir sur… Léonard Gianadda Paris Match Suisse | Publié le 08/03/2018  Romaine Jean  Léonard Gianadda a eu plusieurs vies, toutes guidées par la passion de l’Art. Sa Fondation fête cette année ses 40 ans.   SA PLACE EST SUR LES SOMMETS !...

Annabelle Dentan : L’âme chic

Annabelle Dentan : L’âme chic Paris Match Suisse | Publié le 23/08/2018 Alexandre Lanz Trop cool pour s’en préoccuper, elle est pourtant une figure lausannoise. Forte de son goût pour le beau design, Annabelle Dentan a su créer une adresse unique en Suisse romande...

PHILIP JODIDIO, QUAND QATAR RIME AVEC ART ET AR… CHITECTURE

Au Qatar, on a du pétrole, du gaz et des idées! Avec les moyens que procurent les premiers, les secondes sont rapidement mises en œuvre.

Les grandes tables des châteaux suisses

Les grandes tables des châteaux suisses Paris Match Suisse | Publié le 22/03/2018 Knut Schwander S’attabler dans une belle demeure ou un romanesque château : plus qu’un repas, c’est une escapade dans le temps.   Chevaleresque château: Château de Pleujouse...

Transhumanisme

Transhumanisme Paris Match Suisse | Publié le 18/10/2018 Jean Pierre Pastori Exosquelettes, cryogénie, transgenèse, cyborg, anthropotechnie… Au secours! Le transhumanisme est à l’œuvre dans les laboratoires high-tech d’où procédera l’homme de demain. Le photographe...

Le Valais à l’honneur

Le 11 octobre dernier, les guitares et le cor des Alpes résonnaient joyeusement rue Martherey, en plein cœur de Lausanne. Un nouvel espace entièrement dédié aux produits du Valais voyait le jour. Et ça se fêtait en grandes pompes !

Pirmin Zurbriggen : « A Zermatt, j’ai tout, mes enfants, ma famille, je suis heureux »

Il reste le plus grand champion que le ski suisse ait connu. A 55 ans, Pirmin Zurbriggen, reconverti en hôtelier, se dit plus épanoui que jamais, loin des projecteurs.

Tout ce que vous devez savoir sur… Philippe Bischof

Tout ce que vous devez savoir sur… Philippe Bischof Paris Match Suisse | Publié le 22/02/2018  Jean Pierre Pastori  Homme de culture, le nouveau directeur de Pro Helvetia soutient la création et privilégie échange et dialogue.Un grand professionnel des artsEn fonction...
Share This