Tout ce que vous devez savoir sur … Christian Karembeu

Paris Match Suisse |

Champion avec les Bleus en 1998, la star française nous a accordé à Genève une interview avant le Mondial en Russie.

 

Ses pronostics pour les Bleus

Christian Karembeu (48 ans) avait été champion du monde, aux côtés de Zidane notamment, avec les Bleus en 1998 et il est très optimiste sur les chances de l’équipe de France en Russie. «Elle avait perdu en finale de l’Euro, mais c’est le sort qui en avait décidé ainsi. Didier Deschamps est un gagneur, un champion dans l’âme. Techniquement, son équipe est au-dessus de la moyenne, très forte offensivement. C’est une génération exceptionnelle qui aujourd’hui conjugue qualité et expérience, avec les Pogba, Matuidi, Griezmann. Ils peuvent aller au bout comme nous l’avions fait en 1998.» Il est plus circonspect concernant la Suisse. «Défensivement, l’équipe peut être très vite mise en difficultés. Même si avec Xhaka, elle possède un joueur exceptionnel par sa vision du jeu.»

Son amitié pour Zizou

Lors de notre rencontre, Karembeu venait d’envoyer un SMS de félicitations à son ami Zizou qui, à la tête du Real Madrid, est devenu le premier entraîneur à rafler trois fois de suite la Ligue des champions. La réussite de Zidane sur le banc, dont certains doutaient au début, n’étonne nullement son vieux pote. «Zizou est un homme humble et intelligent. Comme entraîneur, avant de reprendre le Real, il a tenu à franchir toutes les étapes, il a suivi l’école de Limoges, il s’est occupé des jeunes à Madrid, il a été le conseiller du président. Il a acquis les bases, comme n’importe quel entraîneur, au lieu de se contenter de son nom.» De la constellation de stars du Real, Zidane a réussi à faire une vraie équipe, solidaire, une machine à gagner. «Les joueurs le reconnaissent comme entraîneur, mais aussi comme le grand champion qu’il a été. Ses paroles ont de la valeur.» Sa démission surprise du Real, en pleine gloire, est une preuve de plus de la classe qui le caractérise.

Son rôle d’ambassadeur

Ambassadeur de la FIFA, Christian Karembeu est allé récemment présenter le trophée de la Coupe du Monde à travers toute la planète, et même dans des pays qui ne se sont jamais qualifiés, comme le Sri Lanka, les îles Tonga ou la Mongolie. «Partout, j’ai senti le même bonheur chez les gens quand ils voient la Coupe; on se rend compte à quel point le foot est globalisé. Là où l’accueil a été le plus fervent, c’est au Pakistan, un pays de cricket, pourtant». Peu après notre rencontre, Karembeu est parti pour participer à l’Université de Harvard, à Boston, à une conférence sur le rôle social de ce sport. De toutes les ex-stars du foot, le Calédonien est sans doute le plus actif pour défendre les valeurs du sport, en participant notamment à des campagnes contre le racisme. «Parti de mon île, c’est le foot qui m’a permis de m’intégrer, c’est mon histoire. Le foot transcende les différences, on y est tous pareils.»

Son amour pour Champéry

Depuis 2011, Christian Karembeu est domicilié à Champéry dans le val d’Illiez. «Alors que je vois souvent lors de mes voyages le chaos qui règne dans le monde, Champéry, là-haut, c’est mon havre de paix, mon bol d’oxygène» dit-il, en laissant parler son cœur. Parfaitement intégré, très actif dans la promotion du village, il y a organisé notamment un tournoi de foot, avec plusieurs anciennes stars. Quand il évoque Champéry, il utilise le «on», comme s’il faisait partie de l’office du tourisme. «On a de beaux chalets, d’excellents restaurants. La carte postale est aussi belle en été qu’en hiver. C’est un vrai petit village suisse, comme on en rêve, où on peut faire du VTT au milieu des vaches.» A skis, en revanche, il juge les pistes encore trop pentues pour son niveau. «Le Pas de Chavanette, je le ferai un jour, mais en hélicoptère.».

Gaia, sa fille de 8 mois

Divorcé d’Adriana depuis 2011, Christian Karembeu s’est remarié l’an dernier avec Jackie Chamoun, une jeune championne de ski libanaise qui avait notamment participé aux Jeux de Sotchi. Ils ont eu une petite fille, Gaia, huit mois. «C’est juste du bonheur; grâce à elle, je suis redevenu jeune» sourit l’heureux papa. Il a aussi, grâce à son épouse, découvert le Liban. «Un très beau pays, même s’il a souvent été ravagé par les conflits et qu’il souffre encore des guerres à ses frontières.».

Retrouvez cet article dans notre édition Paris Match Suisse

Toute reproduction interdite

7 destinations au départ de Genève

Envie de changer d’air? Alors, départ direction Cointrin, pour s’envoler et découvrir une ville européenne. Nos sept suggestions.

Mathieu Jaton : « Montreux est une belle absurdité »

Mathieu Jaton : « Montreux est une belle absurdité » Paris Match Suisse | Publié le 14/06/2018   Alexandre Lanz A quelques semaines de la 52e édition du Montreux Jazz Festival et sa 6e en tant que directeur, Mathieu Jaton nous reçoit chez lui, dans un beau quartier de...

Reconquérir le lectorat

Le Salon du livre de Genève vise à séduire de nouveaux publics et exposants pour conserver son aura. Un objectif: faire rayonner le fragile marché romand dans la francophonie

Escapades automnales entre Suisse et Provence

Escapades automnales entre Suisse et Provence Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Anne-Marie Philippe Hôtel de luxe The Capra Le bien-être au sommet Le paysage naturel est tout simplement idyllique. Et l’hôtel, fruit de l’imagination des propriétaires et d’un...

Mère Courage au secours des Moken

Mère Courage au secours des Moken Paris Match Suisse | Publié le 09/08/2018 Olivier Grivat Lors du tsunami en Thaïlande de décembre 2004, Laurence Pian a perdu ses garçons Jan et Oscar. Une fondation porte leurs noms.   Aînée d’une famille de 4 enfants, dont le...

Au paradis des glaces

Le mois de mars est idéal pour partir explorer les contrées du Nord: paysages féeriques, fréquentation limitée et un ensoleillement quotidien suffisamment long pour en profiter pleinement.

Miracle de la Nati à Lucerne

Est-ce la proximité des terres fondatrices des grands mythes helvétiques? Est-ce le coup de fouet de l’humiliation du Mondial? Est-ce l’aigle albanais qui a déployé ses ailes sur cette équipe jeune, colorée, et qui fait plaisir.

L’art de décoiffer en vendant la Suisse

Directeur de Présence Suisse depuis 2011, Nicolas Bideau a l’art de faire parler de notre pays en osant des coups.

Hommage à Bruno Ganz

Hommage à Bruno GanzParis Match Suisse | Publié le 20/03/2019   Romaine Jean  Directeur désigné du Grand Théâtre, Aviel Cahn va appliquer à Genève les méthodes qui ont fait son succès en Belgique.A 30 ans, à la tête du Stadttheater de Berne, Aviel Cahn passait pour le...

L’esprit de cordée, vertu cardinale de la Patrouille

L’esprit de cordée, vertu cardinale de la Patrouille Paris Match Suisse | Publié le 15/05/2018   Bertrand Monnard La Patrouille des Glaciers se court et se finit à trois. La solidarité y joue un rôle essentiel. «Paris Match» a vécu la dernière édition de l’intérieur....
Share This