Almodovar : Douleur et gloire

Paris Match Suisse |

Nous avions quitté les protagonistes du dernier film d’Almodóvar «Julieta» en Suisse, nous retrouvons ceux de «Douleur et Gloire» en Espagne, son pays natal.

 

Punk sentimental

Distinction des plus grands, seul son nom figure au générique de ses films: Almodóvar. Personnages haut en couleur et ambiances tragicomiques, sa filmographie ne ressemble à aucune autre. Forgée dans l’underground des années 70 lorsqu’il chantait dans un groupe punk, sa sensibilité exacerbée a façonné la nouvelle vague espagnole.

Homme à femmes

Rossy de Palma, Carmen Maura, Marisa Paredes… Almodóvar voue un véritable culte aux actrices qu’il adore sublimer dans ses films. Il cultive avec ses muses des relations passionnées, pour le meilleur et pour le pire, à l’image de sa collaboration avec Victoria Abril qui s’est tristement mal terminée suite à une brouille personnelle. Dans «Douleur et Gloire», acclamé par la critique à Cannes, il retrouve Penélope Cruz, une de ses actrices fétiches dont la carrière et l’image sont intimement liées à celle du réalisateur.

Humour et mélancolie au vitriol

«Femmes au bord de la crise de nerfs» (1988), «Attache-moi!» (1989), «Talons aiguilles» (1991), de la douce hystérie et cinglants scénarios des films de la première partie de sa carrière, Almodóvar s’est orienté vers un registre plus profond au tournant des années 2000. Explorant avec la justesse d’un maestro la tragédie sous-jacente de l’existence dans des films comme «Tout sur ma mère» (1999) et «La mauvaise éducation» (2004), il dirige ses acteurs de façon intimiste au service de la grandeur d’âme. Là où d’autres tombent dans l’auto-parodie, sa filmographie de plus de quarante ans de carrière a cette saveur unique du drame camouflé derrière l’hilarité et l’absurdité de la vie.

Miroir, miroir…

Dans «Douleur et Gloire», le cinéaste retrouve Antonio Banderas. L’acteur y campe formidablement un réalisateur en proie à ses démons face à l’usure du temps. Voyant poindre à l’horizon l’automne de sa vie, il se plonge dans la rétrospection de sa jeunesse en huis clos, entre douleur et gloire justement. Dans son périple, il revoit des personnages-clés qui ont façonné sa trajectoire. Le teint blême, cheveux poivre et sel en pétard, le personnage campé par Banderas rappelle étrangement Almodóvar. Ajoutant un chapitre supplémentaire à son exploration des sens de la vie, l’artiste de 69 ans démontre une fois de plus que son inspiration ne connaît pas de limite. En compétition cette année à Cannes, il n’a pas eu la Palme d’or mais il peut se consoler avec le titre d’interprétation masculine attribué à Antonio Banderas.

Où et quand

«Douleur et Gloire», le 21e long-métrage de Pedro Almodóvar avec Antonio Banderas et Penélope Cruz est actuellement en salle.

La fille de Staline

La fille de Staline Paris Match Suisse | Publié le 18/10/2018   Jean Pierre Pastori Quel destin! Sa mère se suicide au Kremlin alors qu’elle n’a que six ans. Son père envoie au goulag son premier soupirant. Au tournant de la quarantaine, elle fait scandale en...

Michael Drieberg

Leader de l’organisation des spectacles en Suisse romande, le businessman dur en affaires se dit paradoxalement hypersensible sur le plan privé.

Pierre Maudet : l’impensable !

Pierre Maudet : l’impensable ! Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Romaine Jean | Photographie Valdemar Verissimo Le président du Conseil d’État avoue aujourd'hui avoir caché une partie de la vérité sur son voyage dans le Golfe.   Dans un roman, l’intrigue...

Charles Aznavour «Je rêve, donc je peux»

Charles Aznavour était un chanteur français, qui aura vécu une partie de sa vie en Suisse. Mais c’est en Arménie, la terre de ses ancêtres, qu’il aura un temple à sa grandeur.

Escapades automnales entre Suisse et Provence

Escapades automnales entre Suisse et Provence Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Anne-Marie Philippe Hôtel de luxe The Capra Le bien-être au sommet Le paysage naturel est tout simplement idyllique. Et l’hôtel, fruit de l’imagination des propriétaires et d’un...

Retour sur… le chef Franck Giovannini au pouvoir

Retour sur… le chef Franck Giovannini au pouvoir Paris Match Suisse | Publié le 06/09/2018 Anne-Marie Philippe On s’en doutait… la nouvelle est tombée en plein été, le 16 août 2018 par le biais d’un communiqué! Comme pour mieux passer inaperçue ou surprendre? Un...

Chez Ravet on cuisine en famille

Chez Ravet on cuisine en famille Paris Match Suisse | Publié le 31/10/2018   Olivier Grivat | Photographie Valdemar Verissimo A l’Ermitage de Vufflens-le-Château, dans la famille Ravet, demandez Bernard, Ruth, Nathalie et Guy… Avec 19 points au GaultMillau sans...

Anne Richard : “Je suis un être libre, profondément libre”

Anne Richard : "Je suis un être libre, profondément libre" Paris Match Suisse | Publié le 19/04/2018 Anne-Marie Philippe Tous les ex d’Anne Richard sont devenus des amis de Fabien Lecœuvre, son compagnon. Anne et Fabien ne vivent pas ensemble mais dorment, presque...

Baselworld ouvre en pleine incertitude

Marquée par la défection d’Hermès et Dior, la Mecque de l’horlogerie affichera 600 exposants de moins cette année et sera raccourcie de deux jours. La fin d’une époque pour certains professionnels.

Transhumanisme

Transhumanisme Paris Match Suisse | Publié le 18/10/2018 Jean Pierre Pastori Exosquelettes, cryogénie, transgenèse, cyborg, anthropotechnie… Au secours! Le transhumanisme est à l’œuvre dans les laboratoires high-tech d’où procédera l’homme de demain. Le photographe...
Share This