Elle coordonne, dirige, décide… Christiane Bisanzio, plus de vingt ans d’expérience en RH, nous livre sa vision de la D&I. Un vaste sujet.

La première chose que l’on remarque chez Christiane Bisanzio, c’est son sourire. Et avant même de s’en rendre compte, on est déjà en train de le lui rendre. Nommée trois années consécutives au top 50 des leaders de la Global Diversity List par «The Economist», elle est aujourd’hui vice-présidente D&I chez Japan Tobacco International (JTI) à Genève.

Que peut-on dire de la diversité et de l’inclusion?

«La diversité comprend toute la palette des différences qui rend chaque être humain unique. L’inclusion consiste à tirer parti de ces différences en valorisant et en impliquant tout le monde. Ou, pour reprendre une métaphore souvent entendue sur ce sujet, la diversité, c’est inviter des personnes au bal. L’inclusion, c’est les inviter à danser.»

Elle précise: «Chez JTI, nous nous concentrons sur cinq priorités: égalité des sexes, nouvelles façons de collaborer de manière plus inclusive, LGBT+, ethnies, et enfin bien-être et santé mentale.»

Et à titre individuel, comment faire avancer les choses?

«Soyez curieux! Il existe beaucoup de littérature et de podcasts à ce sujet. Osez vous faire entendre, exprimez-vous!» Et d’ajouter avec enthousiasme: «Notre plus grand succès est la politique de congé familial de notre entreprise: vingt semaines de congés payés pour tout parent, père, mère, quelle que soit l’orientation sexuelle et la manière de donner naissance… Nous voulons vraiment que l’entreprise accompagne ses collaborateurs dans ces moments importants de la vie familiale.» Concernant l’écart des salaires hommes et femmes, Christiane estime que les entreprises doivent faire preuve de discipline et de rigueur. JTI à Genève est par exemple certifiée «Equal Pay» depuis trois ans. «Au-delà du salaire, il est fondamental d’offrir l’égalité des chances. Si les opportunités sont équitables, les salaires augmenteront et les écarts se réduiront, on doit persévérer dans ce domaine.»

Et la place de la Suisse dans tout ça?

«En comparaison des pays comme l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, je ne dirais pas que la Suisse est très en avance. Elle l’est pour les LGBT+.» En effet, de nombreuses initiatives existent comme l’évènement annuel Swiss Diversity Award qui se tient à Berne et dont Christiane Bisanzio est membre du jury.

Et si on osait rêver un monde meilleur?

«Que chaque être humain soit plus reconnaissant. Le monde est devenu un village connecté à travers les réseaux sociaux. On ne peut plus se permettre d’ignorer ce que pensent les autres. Nous devons tous faire l’effort de mieux nous comprendre.»

Ce qu’elle aime particulièrement en Suisse: «Trois pays en un! J’ai aussi habité à Zurich et à Lugano et c’est étonnant d’y voir autant de diversité. J’aime également l’efficacité, la sécurité et la capacité de la Suisse à innover.»

Vie professionnelle vs vie privée

Professeur de yoga qu’elle pratique en famille, la méditation quotidienne parfois même entre deux réunions, des longues promenades avec son chien et les repas familiaux sont les principales recettes de son équilibre. Et plus que tout, Christiane est infiniment reconnaissante envers son mari: «Je lui dois ma carrière. Père au foyer depuis le début, il s’occupe de tout. C’est grâce à lui que je peux sereinement me concentrer sur mon travail.»

Chez Maman

Chez Maman

En ce début d’automne, voici l’adresse genevoise idéale pour s’abriter des premiers frimas, dans les effluves appétissants du nid douillet d’une maison de famille. À la lisière du quartier industriel des Acacias, on vient nombreux se réfugier dans le giron de «Chez...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This