Vous adoriez sortir? Pour «se faire une toile», assister à un spectacle ou à un concert? Restez chez vous et allumez votre ordinateur!

 

Effet du «confinement» (à vrai dire très souple, jusqu’ici, en Suisse), la consommation de télévision, autrement dit la durée moyenne quotidienne de visionnage, a fortement augmenté. Ce n’est pas pour autant que les programmes répondent aux attentes de ceux que frustre la fermeture des cinémas, théâtres, salles de concert et musées. Tout aussi déçus de ne plus pouvoir rencontrer leur public, les artistes s’offrent gratuitement «online».

 Le choix est désormais large. Le Béjart Ballet Lausanne a mis en ligne deux chorégraphies de Maurice Béjart (dont La Flûte enchantée) et deux chorégraphies de Gil Roman (dont Syncope). Il suffit de se connecter sur bejart.ch. Ballet toujours: le grand chorégraphe John Neumeier proposera les 26, 28 et 29 mars, à 16h30, un regard sur le processus de création de son nouveau spectacle: La Ménagerie de verre, d’après Tennessee Williams (hamburgballet.de). Le Théâtre Vidy-Lausanne (vidy.ch) vient de créer vidyygital avec, au programme Hate – Tentative de duo avec un cheval. Pour les amateurs de prise de tête! En plus soft, la Conférence des choses que donne le comédien Pierre Mifsud est visible en ligne (2bcompany.ch) après une longue tournée européenne. Vous préférez la musique classique? Ne ratez pas le dernier concert Strauss de l’OSR, donné à huis clos, le 11 mars, et que propose dans son intégralité rts.ch/culture; une plate-forme extrêmement riche où tous les genres musicaux sont représentés. Il en va de même d’ailleurs d’arte.tv où l’on trouve films, reportages et documentaires tel Barbara – chansons pour une absente. Ou alors, tout chaud, un hommage au saxophoniste Manu Dibango, victime à 86 ans du virus.

 Impossible et même inutile de dresser la liste de tout ce qui est disponible sur le net. Il suffit de chercher sur YouTube, par exemple. Vos goûts seront rapidement pris en compte par un algorithme. Et vous n’aurez plus que l’embarras du choix. Alors, n’hésitez pas! Cliquez!

LaFourchette se mobilise

LaFourchette se mobilise

Après huit semaines de fermeture, les restaurants suisses peuvent enfin reprendre leur activité… mais à quel prix? Entre ceux qui auront fait faillite entre-temps, «le chiffre de 40% qui fait très peur ne paraît pas impossible», déplore Rémy Bitoun, directeur de LaFourchette Suisse, et ceux qui préfèrent attendre en espérant que les nouvelles normes post-Covid-19 s’assouplissent

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This