Photos : © Valdemar Verissimo

Une entreprise vaudoise fabrique jusqu’à 2 millions de masques par jour, qu’elle livre en Europe. Notre pays n’est, semble-t-­il, pas intéressé. Un déconfinement est en marche, mais sommes-nous prêts ?

Alain Borle ne semble pas intéresser les autorités suisses! L’industriel dirige la société Pac Team, à Cugy, dans le canton de Vaud, qui fabrique des présentoirs de vitrines pour produits de luxe. Ses clients sont les marques haut de gamme du CAC 40. Les affaires étaient prospères, 80 millions de chiffres d’affaires, avant la crise sanitaire, mais l’urgence du moment est ailleurs. Dès les premières rumeurs de pandémie dans la province de Wuhan, il s’est organisé pour produire des masques, en Chine, un pays où il a vécu et qu’il fréquente assidûment. Il approvisionne désormais plusieurs pays européens, mais curieusement… pas la Suisse!

Mais écoutons l’histoire que nous raconte Alain Borle:

«Pac Team a délocalisé il y a 25 ans, en Chine, où deux usines nous appartiennent. J’ai donc demandé à mes équipes de se reconvertir et de trouver des partenaires fiables pour produire des masques. Nous avons aujourd’hui un bureau d’achat qui compte 50 personnes sur place, qui font notamment un contrôle de qualité et des certifications et je suis devenu l’agent de deux usines qui produisent pour l’Europe. Les prix des masques dépendent de la quantité de la commande : entre 55 et 90 centimes l’unité. Je fais une marge simplement pour payer mes frais généraux. Aujourd’hui même, nous avons livré 2 millions de masques en Europe. J’ai pris contact, il y a un mois, avec Berne, avec le CHUV et avec les services de la conseillère d’Etat en charge de la santé, Rebecca Ruiz. Partout, on m’a fait savoir que la Suisse avait ce qu’il faut. Or nous sommes en pleine pénurie, en tout cas pour le grand public, tout le monde le sait. Peut-être ne nous ont-ils pas pris au sérieux ? Dommage que le gouvernement vaudois ne travaille pas avec une PME vaudoise. Pour la petite histoire, un éminent médecin des HUG, à Genève, m’a commandé, en sous-main, 2000 masques. Résultat des courses : je les vends à l’étranger, en Italie et en France, notamment.»

Voilà l’histoire.

Au Département vaudois de la santé, on précise que « l’offre a été transmise immédiatement au CHUV, qui a décliné la proposition, la situation de l’approvisionnement en masques s’étant améliorée ». A Berne, l’Office fédéral de la santé publique renvoie vers les pharmaciens cantonaux, pour toute question sur les masques. A Genève, c’est la cellule de crise Covid-19, qui fournit une réponse écrite: «Actuellement, les masques sont réservés en priorité aux personnes qui en ont besoin, mais on commence à en trouver dans certains points de vente pour celles et ceux qui le désirent.»

En conclusion de cette affaire, je citerais le grand scientifique, médecin et chercheur Philippe Sansonetti, spécialiste des mécanismes des maladies infectieuses, titulaire d’une chaire au Collège de France et professeur émérite à l’Institut Pasteur, invité de Guillaume Erner, hier matin 16 avril, sur France Culture:

«Tant que nous n’aurons pas un vaccin contre le Covid-19, nous allons rester dans une zone d’incertitude. La seule façon d’en sortir est de mettre toutes les chances de notre côté: distanciation sociale, lavage des mains et port du masque. J’insiste depuis le début, et mes collègues en Asie aussi, sur le fait qu’il faut porter un masque pour protéger les personnes que l’on rencontre et se protéger d’elles. C’est une attitude altruiste.»

En Suisse, à l’heure où le Conseil fédéral annonce les premières mesures de déconfinement, il n’y a toujours pas de masques en suffisance, pour tous les citoyens qui souhaitent en porter.

Journaliste et ex-Rédactrice en chef des rédactions société de la Radio Télévision Suisse , Romaine Jean est éditorialiste pour Paris Match Suisse et Bilan. En 1994, Romaine Jean est nommée à la tête de la rubrique nationale du Téléjournal, avant d’y présenter l’édition principale de 1996 à 2003. Elle est ensuite productrice et présentatrice de l’émission Infrarouge et rédactrice en chef adjoint de la rubrique « Actualité ».

Le Flacon

Le Flacon

Au Flacon, le chef Yoann Caloué, à contre-courant des tendances post-confinement, profite de la baisse de couverts imposée pour élever sa cuisine bistronomique au rang de cuisine gastronomique pour le plus grand bonheur des papilles de ses convives!

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This