Douglas Kennedy «Je crois en Bach, pas en Dieu»

Paris Match Suisse |

 

Depuis 30 ans, ses romans, nouvelles et récits de voyage se sont vendus à plus de 15 millions d’exemplaires. A 64 ans, l’Américain Douglas Kennedy est un formidable écrivain à succès, aussi populaire qu’adulé par les intellectuels. Aujourd’hui, il partage sa vie entre Londres, Paris, Berlin, sa maison dans le Maine, au nord-est des Etats-Unis, et New York, sa ville natale. C’est de là, après une séance de fitness, qu’il a répondu à nos questions avec finesse et drôlerie. Il sera début septembre l’invité vedette du Livre sur les quais à Morges.

 

ENFANCE

Quelle force en avez-vous tiré?

J’ai grandi entre une mère qui ne m’aimait pas et un père autoritaire. Mais vous connaissez beaucoup d’écrivains qui ont eu une enfance heureuse? L’avantage, c’est qu’à 8 ans, comme une fuite, je fréquentais déjà la bibliothèque de Manhattan et à 12 ans la cinémathèque.

Vous en souffrez encore?

Je ne suis ni amer ni fâché. Le pardon est essentiel dans la vie.

 

STRESS

Qu’est-ce qui vous stresse?

Quand mes enfants ont des problèmes. Mon fils a 23 ans, ma fille 27. Et comme on dit: petits enfants, petits problèmes, grands enfants, grands problèmes. Nous sommes très proches.

Un petit truc pour vous calmer?

Cela dépend du moment dans la journée. Si c’est le matin, je fais du sport. Et dans le sport comme dans l’écriture, autant je déteste le processus autant j’aime le résultat. Et si c’est le soir, un bon verre de whisky en écoutant du jazz, je suis un grand fan de jazz.

 

AMOUR

Quelle place prend-il dans votre vie?

J’ai un amour sans limite pour mes enfants. Quant à ma vie intime, je me suis marié deux fois et divorcé deux fois. Mais je reste optimiste tout en état réaliste.

Selon vous, peut-on trouver l’amour sur internet?

Jamais, jamais!

La fidélité est-elle importante?

Au début oui, après moins.

 

PHYSIQUE

Qu’aimez-vous dans votre physique?

A 64 ans, j’ai toutes mes dents, tous mes cheveux et je n’ai pas de ventre, ce qui est déjà pas mal. Ce qui n’empêche que je n’aime pas me voir en photo. Je suis mal à l’aise avec mon image, comme la plupart des gens.

Que détestez-vous dans votre physique?

A cause d’une maladie d’enfance, je ne marche pas, je rebondis, comme monté sur ressort et c’est très disgracieux.

Acceptez-vous de vieillir?

Non, je refuse. Mais tant qu’on est curieux on reste jeune. La curiosité est essentielle.

La chirurgie esthétique, ça pourrait vous tenter?

Absolument pas.

 

SAVEURS ET SÉDUCTION

Quel est votre rapport à la nourriture? Du bout des lèvres? Goulûment?

Je suis bio mais pas trop. La vie est trop courte pour s’imposer trop de règles.

Un plat qui vous fait craquer?

Une douzaine d’huîtres accompagnées d’un verre de Chablis.

Un vin où vous pourriez vous noyer?

Un Château Margaux, même si, issu de la classe moyenne, je rechigne à payer une bouteille trop chère. Juste avant ma mort, je rêve d’un Château Margaux et d’un bon paquet de cigarettes, même si j’ai arrêté de fumer.

 

RELIGION

Etes-vous croyant ?

Je ne crois pas en Dieu, je crois en Jean-Sébastien Bach.

Vous avez prié à un moment de votre vie?

Oui, une seule fois. Quand j’ai découvert mon fils très malade, il avait 5 ans.  Mais, en fait, en priant j’ai surtout parlé avec moi-même.

 

L’ARGENT ET VOUS

Entretenez-vous une relation saine avec l’argent?

Oui, je pense. Je ne suis pas excessivement dépensier, mais je déteste les gens avares.

Votre achat coup de folie?

Je m’offre toujours les meilleures places pour la Philarmonie de Berlin, quel qu’en soit le prix.

 

VOS NUITS

Sont-elles plus belles que vos jours?

Elles sont courtes car je sors cinq ou six soirs par semaine, pour aller au théâtre, au concert, au cinéma. Près de ma maison dans le Maine, il y a une très bonne cinémathèque.

Qu’est-ce qui peut vous empêcher de dormir?

Un peu tout car je souffre d’insomnie. Quand je me réveille en pleine nuit, j’allume mon ordinateur, j’écris pendant deux heures et en principe, j’arrive à me rendormir.

 

ET ENCORE …

Entre autres amabilités, vous traitez Trump d’escroc, d’abruti, de raciste. S’il est réélu en 2020, vous quittez l’Amérique?

On verra. L’ Amérique aujourd’hui est divisée en deux pays, les pros et les anti-Trump. Et je crois qu’on est en train d’assister à la fin de l’empire américain au profit de la Chine. Mais, oui, à cet instant, je pense que Trump va regagner. Il n’a qu’une qualité, il me rend nostalgique de George W. Bush.

Vous êtes déjà venu une dizaine de fois en Suisse. Qu’aimez-vous dans notre pays?

C’est un monde à part dans l’Europe, avec ses trois langues, son côté multiculturel. Je trouve les Suisses très cultivés. Et puis, contrairement au cliché, votre pays n’est pas aussi propre qu’on veut bien le dire et cela plaît à mon regard d’écrivain.

Ils racontent leurs voitures

Ils aiment rouler et le revendiquent. Cinq personnalités romandes témoignent en toute franchise.

Tout ce que vous devez savoir sur… Léonard Gianadda

Tout ce que vous devez savoir sur… Léonard Gianadda Paris Match Suisse | Publié le 08/03/2018  Romaine Jean  Léonard Gianadda a eu plusieurs vies, toutes guidées par la passion de l’Art. Sa Fondation fête cette année ses 40 ans.   SA PLACE EST SUR LES SOMMETS !...

Une nuit sous les étoiles

Une nuit sous les étoiles Paris Match Suisse | Publié le 18/10/2018 SophieBernaert 3100 KULMHOTEL GORNERGRAT  Au plus près des étoiles Une nuit dans l’hôtel le plus haut perché des Alpes suisses, sur l’un des meilleurs sites astronomiques de toute l’Europe centrale,...

Michèle Bernier : un peu, beaucoup, passionnément !

La fille du professeur Choron, cofondateur de Hara-Kiri et Charlie Hebdo respire la bonne humeur à la vie comme sur scène. Un échange avec la comédienne et humoriste reste un moment privilégié. Entre son optimisme, sa philosophie de vie toute en nuances où le réalisme flirte avec une incroyable joie de vivre, l’artiste séduit d’emblée.

Vendredi sur Mer

Charline - Vendredi sur Mer Paris Match Suisse | Publié le 12/07/2018   Alexandre Lanz Quelques jours avant son concert à Paléo, Charline Mignot, alias Vendredi sur mer, revient sur son enfance à Genève, où elle a vécu jusqu’à l’âge de 20 ans. Partie tenter sa chance...

Mathieu Jaton : « Montreux est une belle absurdité »

Mathieu Jaton : « Montreux est une belle absurdité » Paris Match Suisse | Publié le 14/06/2018   Alexandre Lanz A quelques semaines de la 52e édition du Montreux Jazz Festival et sa 6e en tant que directeur, Mathieu Jaton nous reçoit chez lui, dans un beau quartier de...

Nuria Gorrite, femme et présidente du Conseil d’état

Nuria Gorrite, femme et présidente du Conseil d’état Paris Match Suisse | Publié le 08/03/2018  Anne-Marie Philippe Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat, quelle femme êtes-vous?En trois mots, je dirais que je suis engagée, ouverte et spontanée.Etes-vous fière...

Baselworld ouvre en pleine incertitude

Marquée par la défection d’Hermès et Dior, la Mecque de l’horlogerie affichera 600 exposants de moins cette année et sera raccourcie de deux jours. La fin d’une époque pour certains professionnels.

Le coût de la jeunesse

Avoir l’air toujours jeune a un prix. Même pour les hommes. Des instituts spécialisés prospèrent de Montreux à Genève avec des méthodes toujours plus pointues et en constante évolution. Du froid, au laser en passant par les peelings et les injections. Combien ça coûte?

Le Yakumanka à Genève

Le chef star de la gastronomie péruvienne, Gastón Acurio, a investi depuis trois mois les cuisines du Mandarin Oriental et c’est déjà un succès!

Pin It on Pinterest

Share This