Il joue sur les sentiments des êtres avec la virtuosité que seul offre un violon Stradivarius. Un génie de l’analyse. Nous sommes littéralement conquis.

UNE HISTOIRE D’AMOUR SENSUELLE

Il décortique l’humain, le met savamment en pièces sans violence et avec une bienveillance qui n’exclut pas un certain réalisme. On y sent du vécu dans ses tripes et quand Douglas lâche lors de l’interview «j’ai connu beaucoup de femmes» ce n’est pas pour nous étonner. L’histoire d’amour est forte et prenante, elle nous entraîne dans une sensualité brûlante où rien n’est dit avec des mots mais tout est ressenti.

UN AMOUREUX DES MOTS

Tant de talent imposait que nous le rencontrions. La chance a voulu qu’il soit de passage à Lausanne et c’est dans la Biblioteca du Lausanne Palace qu’il nous a reçus un dimanche matin. Il s’exprime brillamment dans la langue de Molière et pose avec l’aisance d’une star pour les photos. Mais qui est cet amoureux des mots, des femmes, de la vie? Tout a été dit et écrit sur lui. Ce que nous retenons, c’est l’histoire d’un petit garçon, peu aimé par sa mère et éduqué par un père autoritaire, qui s’enfuyait à la bibliothèque, à deux pas de chez lui, à New York. L’enfant grandit plus vite que de raison. La preuve. Son envol à 17 ans.

UNE VIE, UN DESTIN ET… UN CONFINEMENT

Dublin, Europe. A 22 ans, il montera une compagnie de théâtre à Dublin et se lance dans l’écriture de pièces de théâtre. Douglas se souvient avec nostalgie de sa vie de bohème, une maisonnette au bord de la mer, sans chauffage. Il écrira aussi des nouvelles. Mais c’est à l’âge du Christ, à 33 ans, qu’il embrassera la passion de romancier et se félicite aujourd’hui d’avoir donné naissance à une trentaine de livres. La passion l’enflamme. Elle ne sera que plus vive durant le temps du confinement. L’écrivain se mettra à l’abri dans le Maine aux Etats-Unis. Ses enfants, Max et Emilie le rejoindront dans sa maison. On sent tout l’amour du père. Il est rassuré. L’équilibre est là. L’affection des siens, les longues balades et même une salle de fitness sur place. Un confinement heureux.

L’AUTISME, AU CŒUR DE SA VIE

L’homme se confie sur la maladie de son fils. «Il a fait une crise d’épilepsie lorsqu’il y avait 5 ans qui l’a laissé dans un état catatonique durant trois mois». Faire face à l’autisme de son enfant est une épreuve. La vie de Douglas en a été bouleversée. Mais il a fait face. Il a créé, près de chez lui, une école avec la méthode ABA adaptée aux enfants autistes. Sa lutte a porté ses fruits. Aujourd’hui, Max, son fils, vit à Londres, a terminé son Master à l’Université. Il est photographe et autonome. Et il fait la fierté de son père! Poussé par son ami et avocat parisien, Stéphane Lieser, Douglas Kennedy vient d’écrire son premier roman jeunesse «Les fabuleuses aventures d’Aurore». Ce roman met en scène une enfant autiste. Le livre est illustré par Joann Sfar, connu pour des séries de bandes dessinées à succès. Dans ce livre, Aurore a 11 ans et elle a un pouvoir spécial: elle voit derrière les yeux des gens. Un peu comme Douglas Kennedy, non?

Jean-Luc Bideau, monstre sacré, fragile et volubile

Jean-Luc Bideau, monstre sacré, fragile et volubile

Jean-Luc Bideau était l’invité de Festival du 7e Art dont Vincent Perez est le président et l’initiateur de ce magnifique projet. Pour cette 5e année, il a réuni à nouveau réuni des invités prestigieux comme Willem Dafoe, Elsa Zylberstein, Daniel Brühl, Anaïs Demoustier, Gilles Lellouche, Jean Dujardin, Irène Jacob, Marie Gillain, Anne Brochet, Marthe Keller…

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This