LA RÉCOMPENSE D’UN FIDÈLE 

Paris Match Suisse |

 

Depuis la base jusqu’à la direction d’Ebel, l’ascension de Flavio Pellegrini est celle d’un passionné, défenseur loyal de la tradition horlogère.

 

Quand Flavio Pellegrini dépeint l’horlogerie suisse, on perçoit une émotion et un attachement quasi viscéral au savoir-faire qui a construit sa région, et dans lequel il a baigné depuis sa plus tendre enfance: «Il faut imaginer ces paysans de La Chaux-de-Fonds, dans l’impossibilité de cultiver leurs terres gelées et enneigées tout l’hiver. Et ce Genevois qui a eu l’idée de délocaliser chez eux la production des montres. J’ai vu des pays lointains, mais ça aussi, c’est une forme d’exotisme.» Une histoire qui parle à ce fils d’immigrés italiens arrivés dans les années soixante au Locle, où il est né et auquel il reste fidèle.

 La fidélité, précisément, n’est pas un vain mot pour Flavio Pellegrini, qui a mené toute sa carrière au sein de Movado. Depuis son premier poste d’analyste junior au sortir des études en 2002, jusqu’à l’accession à la direction des marques Ebel et Concord en 2015, son destin s’imbrique inextricablement avec le groupe américain, au sein duquel il a également rencontré sa femme, sa «plus grande réussite personnelle». Une carrière de pur produit de la maison qu’il estime devoir à la mentalité américaine, «qui ne met pas de barrières quand l’éthique et l’engagement sont là». Surtout au sein d’une entité construite à partir de rien par un émigré cubain réfugié aux Etats-Unis, qui a su tout rebâtir après avoir fui la persécution castriste.

 Cette modestie en occulterait presque le succès personnel de Flavio Pellegrini, auquel a été confiée la délicate tâche de relever les marques Ebel et Concord, discrètes depuis plusieurs décennies. Une renaissance due en grande partie à la compréhension fine de l’évolution du marché, chez celui qui, dans son travail de bachelor en 2001, posait déjà la problématique d’internet dans la distribution horlogère: «On a un vrai coup à jouer, car le consommateur est moins suiveur, il recherche un côté exclusif, unique. Aujourd’hui, on vend un héritage et une histoire, on le constate à la vague du rétrochic, du vintage.»

 A ce titre, parmi la vingtaine de montres qu’il possède, Flavio Pellegrini avoue son faible pour la Ebel Sport Classic, rééditée l’an passé, et qui participe de la montée en puissance actuelle de la marque. Un attachement aux belles lignes très personnel et qui va d’ailleurs au-delà de l’horlogerie. Clin d’œil à ses origines italiennes, il soigne son Alfa Romeo GT Junior de 1971 qui lui évoque «rien que par l’odeur», les vacances de son enfance en Italie. C’est toujours en famille, désormais avec sa femme et ses deux filles de 8 et 11 ans («mes moteurs dans la vie»), qu’il affectionne de voyager, comme au Brésil récemment.

 Inspiré par la tradition, Flavio Pellegrini puise dans sa passion pour se tourner vers l’avenir avec confiance: «Je pense que l’horlogerie traditionnelle est une des rares industries qui va rester longtemps ce qu’elle est. Car le mouvement est un cœur qui bat, constamment. A nous de préserver ce savoir-faire.»

 

Les grandes tables des châteaux suisses

Les grandes tables des châteaux suisses Paris Match Suisse | Publié le 22/03/2018 Knut Schwander S’attabler dans une belle demeure ou un romanesque château : plus qu’un repas, c’est une escapade dans le temps.   Chevaleresque château: Château de Pleujouse...

L’interview impertinente de Patrick Fischer

Le producteur et journaliste de l’émission TTC de la RTS, oublie un instant les chiffres, l’économie, la bourse et les comptes pour parler d’amour.

Le trublion du barreau genevois

Le trublion du barreau genevois Paris Match Suisse | Publié le 04/10/2018 Joan Plancade A 66 ans, l’avocat Douglas Hornung, «sauveur» des employés de banque, livre le dernier combat de sa carrière. Toujours animé du feu sacré.   A deux pas de ses bureaux à...

Christian Constantin: «Je n’ai pas l’appât du gain»

Christian Constantin « Je n’ai pas l’appât du gain » Paris Match Suisse | Publié le 31/05/2018   Bertrand Monnard  | Photographie Valdemar Verissimo Christian Constantin est le plus fervent défenseur des JO à Sion en 2026. Avant le vote décisif du 10 juin, il nous a...

Philippe Chappuis : le monde de Titeuf

Philippe Chappuis : le monde de Titeuf Paris Match Suisse | Publié le 22/03/2018 Anne-Marie Philippe Titeuf est, comme tous les personnages, lié à son auteur. C’est une part de Zep ! Aujourd’hui avec sa BD « The End », il ose aller sur un autre terrain... L’auteur...

« Le Grand Tout » de Sean Carrol

« Le Grand Tout » de Sean Carrol Paris Match Suisse | Publié le 06/09/2018 François Schaller Prof de physique en Californie, féru de philosophie, humaniste collant à son époque et auteur à succès dans le monde, Sean Carrol a sorti récemment un livre de 600 pages...

Des maisons du soldat à Eldora

Des maisons du soldat à EldoraParis Match Suisse | Publié le 20/03/2019   Olivier Grivat   Fondée en 1919, la Fondation du Département social romand (DSR) souffle 100 bougies et tourne une page d’histoire.   «Lorsqu’ils entraient dans les villages, les soldats...

Tout ce que vous devez savoir sur… Caroline Coutau

Tout ce que vous devez savoir sur… Caroline Coutau Paris Match Suisse | Publié le 31/05/2018   Jean Pierre Pastori Elle s’imaginait danseuse. Elle est éditrice. Pour lecteurs et écrivains, Zoé, sa maison d’édition, à Carouge, est une référence Editrice, tout un métier...

Karin Keller Sutter la constellation enfin parfaite

Karin Keller Sutter la constellation enfin parfaite Paris Match Suisse | Publié le 31/10/2018   François Schaller Le Parlement n’assumerait pas un accident dans l’élection de la candidate du siècle au Conseil fédéral. Que faut-il absolument pour accéder au Conseil...

Cuisine : étoiles montantes

Alors que le GaultMillau Suisse 2019 vient de sortir avec son florilège de chefs et de cheffes hyperdoués, Paris Match vous invite à découvrir les signatures branchées

Share This