Le chat noir: black   minet des  stars

Paris Match Suisse |

Ouvert  en  1897,  ce  café  a  d’abord  accueilli  les  vedettes désireuses  de  s’encanailler  avant  de 
devenir  une adresse  gastronomique.

 

La carte du restaurant Au Chat Noir, à Lausanne, change toutes les six semaines. Mais le lieu, lui, n’a presque pas changé depuis 1897 ! Murs tapissés de boiseries en chêne, meubles typiques des bistrots parisiens, éclairage mural et banquettes en moleskine: tout est resté comme à l’époque où y défilaient les comédiens venus brûler les planches de l’ancien Théâtre municipal. D’ailleurs, ce « black minet », tel que le surnommaient les habitués dans les années 50, logeait au 1, square du Théâtre. L’emplacement est resté le même, mais l’adresse a changé en rue Beau-Séjour 27 dès 1927.

Les photos noir et blanc qui décorent la salle témoignent de ce passé, pas si lointain, où les vedettes venaient prendre un « souper français », à savoir le repas que l’on prend tard, après le spectacle. Ainsi Michèle Morgan, Jean Rochefort, Jean-Paul Belmondo mais aussi Jean Piat, Mathilda May, Michel Galabru, entre autres, sont accrochés au mur et lorgnent d’un œil amusé les clients attablés. Il faut dire que ce désormais restaurant gastronomique a, un temps, été un lieu de douce débauche. Il suffit de monter dans la salle réservée aujourd’hui aux banquets et soirées privées pour y voir les vestiges d’une époque où le client était ici chez lui. Stéphane Chouzenoux, chef et patron de l’établissement depuis dix-huit ans explique : « Cette salle accueille principalement des repas de fin d’année d’entreprises et des fêtes privées. Quand j’ai repris le restaurant, elle était constituée de petites alcôves. Les stars y montaient pour être à l’abri des regards. J’ai conservé les casiers fermés à clé où les bons clients pouvaient entreposer leurs bouteilles ! »

Entre 1897 et 1947, le restaurant n’a connu pas moins de six patrons différents. Puis est arrivé le couple Magnenat qui a sévi pendant quarante années florissantes. René et Marthe Magnenat ont marqué les esprits, à tel point que leur départ à la retraite, en 1987, leur a valu plusieurs articles de presse et un livre d’or bien rempli, à faire pâlir de jalousie les collectionneurs. Ainsi, le réalisateur Constant Rémy, un habitué du lieu entre 1911 et 1949, a écrit : « Chat-noir ! Que de souvenirs tu évoques en moi, car je t’ai connu à une époque où tu étais moins brillant qu’aujourd’hui, mais combien déjà tu étais accueillant. Que de rôles j’ai appris sur tes banquettes. J’ai toujours plaisir à te revoir, d’autant plus que ton maître Magnenat est bien l’hôte le plus sympathique qu’il soit. »

Cette époque de strass et de paillettes, le patron actuel, Stéphane Chouzenoux ne l’a toutefois pas connue. Ce Français originaire du Sud-Ouest a repris le café alors que ses heures de gloires semblaient être révolues. L’établissement était à l’agonie, géré après le départ des Magnenat, par une société qui n’a pas su garder ses fidèles.
Stéphane Chouzenoux, fraîchement arrivé de New York au début des années 2000, a cru en ses capacités à donner Au Chat Noir une deuxième vie. Il a gardé l’esprit du lieu avec une cuisine française « bistronomique ».

Café classé
Le café et son immeuble sont classés à l’inventaire des Monuments historiques du canton de Vaud. Ils sont passés de la note 3 (objet d’intérêt local) à la plus prestigieuse note 2 (monument d’intérêt régional) en 1997. Le patron n’a donc pas eu à changer la déco et les banquettes en moleskine accueillent toujours les gastronomes. Certes, les vedettes ne viennent plus depuis que le Théâtre municipal a cédé sa place à l’Opéra de Lausanne, mais certaines personnalités connues y ont leurs habitudes. C’est le cas de Philippe Geluck qui profite de chaque passage à Lausanne pour aller déguster un bon plat et parfois même pour dessiner son célèbre acolyte. Il a ainsi offert un dessin humoristique de son Chat au chef, croquis qui trône sur le majestueux bar de l’entrée.

La clientèle de ce café historique est aujourd’hui principalement composée d’hommes d’affaires à midi et de fins gourmets le soir. Quelle que soit l’heure, le restaurant n’accueille que les personnes désireuses de se restaurer. Un écriteau sur la porte précise qu’il n’est pas possible d’y entrer uniquement pour boire un verre. Une façon d’éviter que les gens ne s’enivrent plus que de raison et de privilégier ceux qui veulent goûter au réputé parmentier de queue de bœuf et foie gras, entre autres mets de saison.

Secondé par Giovanni Mozzilo, un cuisinier napolitain, le patron sert une cuisine de caractère qui se moque des frontières et qui lui vaut 15 points au Gault&Millau 2019 et un référencement dans le Guide Michelin. Autre particularité de ce bistrot : il n’y a pas de cartes en version imprimée à consulter à table. Tout est noté sur des ardoises. Une façon d’assurer une restauration variée au fil des saisons, bien que certains mets très prisés reviennent régulièrement.

Un félin parisien
Si l’intérieur du café ne passe pas inaperçu, l’extérieur non plus. L’enseigne si reconnaissable du chat cambré a été réalisée par Théophile Alexandre Steinlen (1859-1923). Une plaque posée à l’extérieur du bâtiment rappelle que ce « dessinateur, peintre, imagier, affichiste, sculpteur » lausannois est le créateur du félin stylisé du célèbre cabaret parisien le Chat Noir, dont le restaurant de la rue Beau-Séjour s’est inspiré. Le dessinateur, qui fut également affichiste politique, s’est rendu populaire grâce à ses nombreuses figures de chats.

L’ancien cabaret parisien a choisi son nom en s’inspirant d’un poème d’Edgar Poe (The Black Cat) alors que le bistrot lausannois aurait plutôt pensé à la chanson d’Aristide Bruant : « Nous cherchons fortune, autour du Chat Noir. Au clair de la lune, à Montmarte le soir. » Mais ce ne sont là que des suppositions, les premiers propriétaires (ceux de 1897) ne sont plus là pour donner une explication.

Reste que décennie, après décennie, le félin lausannois ne porte clairement pas malheur à sa clientèle qui peut, en ces jours d’automne, se délecter d’un filet de chevreuil aux myrtilles puis d’un sablé cannelle, crème mousseline et figues. Et surtout compter sur un accueil chaleureux de la part d’une petite équipe soudée et amoureuse de son métier.  

Bongénie : le pari de l’expérience

L’enseigne familiale genevoise confie à ses jeunes représentants de la cinquième génération le soin de réinventer la tradition. Avec le défi de taille de perpétuer un héritage plus que centenaire, dans un secteur de la mode en profonde mutation.

Un conteur hors pair

Un conteur hors pair Paris Match Suisse | Publié le 04/10/2018 Jean Pierre Pastori Avec quelle maestria Metin Arditi parvient-il à rendre cohérents faits historiques – le sanglant carnaval vénitien de 1575 – et ébouriffantes intrigues! Un complot est ourdi par...

L’interview impertinente de Patrick Fischer

Le producteur et journaliste de l’émission TTC de la RTS, oublie un instant les chiffres, l’économie, la bourse et les comptes pour parler d’amour.

La Clinique de Genolier se mobilise contre le coronavirus

Pour lutter efficacement contre cette pandémie, la Clinique de Genolier considérée trop souvent et à tort comme centre hospitalier pour riches, s’est spontanément portée volontaire, avant même que le canton le préconise, pour apporter son soutien à l’hôpital de Nyon.

Le Valais à l’honneur

Le 11 octobre dernier, les guitares et le cor des Alpes résonnaient joyeusement rue Martherey, en plein cœur de Lausanne. Un nouvel espace entièrement dédié aux produits du Valais voyait le jour. Et ça se fêtait en grandes pompes !

Victor Mathys : Blossom

«Notre mission est simple: améliorer la qualité vie de nos clients en fournissant des produits cannabinoïdes de la plus haute qualité»

Vincent Pérez et les Rencontres du 7e art: “Je redécouvre Lausanne !”

Vincent Pérez et les Rencontres du 7e art : "Je redécouvre Lausanne !" Paris Match Suisse | Publié le 22/02/2018 Isabelle Falconnier A la veille d’inaugurer ses rencontres du 7e art Lausanne au mois de mars en collaboration avec la cinémathèque suisse, l’acteur,...

Un week-end à Saint-Tropez

Quoi qu’on dise, Saint-Tropez restera un village mythique, magique, unique ! On le redécouvre toujours comme si c’était la première fois. L’émotion et l’intensité restent toutes aussi présentes.

A la découverte du Grand Nord russe

Dix-sept étudiants romands ont embarqué cet été aux côtés de chercheurs de tous horizons sur les mers glacées de la Russie septentrionale. Au-delà de l’académique, une expérience de vie particulière.

BEAUX-ARTS  À  LA  PAGE

Simultanément sont parus deux beaux livres dédiés respectivement au Musée des beaux-arts de Lausanne et au Musée d’art et d’histoire de Genève.

Pin It on Pinterest

Share This