Le très jeune chef Matteo Bartoli, aux commandes de cette pépite genevoise depuis presque un an, fait l’unanimité auprès d’anciens convives «très viandards» et d’une toute nouvelle clientèle.

«Ce qui m’a attiré dans ce restaurant, c’est la salle!», déclare le chef Matteo. «Elle me rappelle Paris. Elle est un petit coin unique dans Genève, et je me suis dit qu’on pouvait y faire de belles assiettes». On le comprend aisément, car le charme de la salle du restaurant de l’Hôtel Tiffany n’a pas pris une ride. Son décor Art Nouveau séduit toujours autant par ses lignes courbes, ses couleurs irisées, ses arabesques en bois et ce bleu turquoise dominant des assises qui a remplacé l’orange moins évocateur sans doute de la nouvelle identité iodée de la carte. Le soir, la lumière douce des lampes en pâte de verres multicolores style Gallé crée une ambiance chaleureuse d’une autre époque. Rebaptisé L’Iode il y a trois ans, le restaurant affiche une identité culinaire très différente de ce que l’on peut trouver dans les autres restaurants du quartier. La carte propose donc exclusivement des poissons d’eau de mer et d’eau douce, tous cuits à la perfection, accompagnés de sauces ultralégères pour des assiettes à la fois simples et originales qui célèbrent une cuisine franche et honnête allant à l’essentiel… la qualité des produits.

Il faut dire que Matteo, originaire d’Ancona, une ville italienne au bord de l’Adriatique, y a fait ses premières armes dans le fameux restaurant de poisson Clandestino doublement étoilé. Passé ensuite dans les cuisines de quelques-unes des plus grandes tables parisiennes, il débarque à Genève en août 2022 et après un séjour de quelques mois à l’Hôtel des Bergues, retourne à ses premières amours à l’Iode. Produits frais oblige, la carte courte s’articule autour de 4 entrées et 5 plats et toujours une pêche de ligne de saison. Seul intrus carné toléré, un des deux plats du menu de la semaine, auquel le chef apporte les mêmes soins de préparation et, fait rare, ce menu est proposé en semaine au déjeuner et au dîner.

En un peu moins d’une année, Matteo Bartoli a déjà inscrit deux plats signatures à sa carte. Le bar, artichauts, tomates séchées sauce barigoule et une entrée que l’on a hâte de voir réapparaître, les arancini aux algues et citron confit, mayonnaise à l’eau de poulpe. Ces petites bombes de riz panées et frites à la fois croquantes et vaporeuses, dans lesquelles un trio d’algues ne fait pas office de figuration, mais apporte une réelle saveur iodée.

Restaurant L’Iode, rue de l’Arquebuse 20 bis, Genève

tiffanyhotel.ch

KARIN VIARD, Une actrice audacieuse

KARIN VIARD, Une actrice audacieuse

À la veille de participer aux Rencontres du 7e Art Lausanne, fondées et présidées par l’acteur et réalisateur romand Vincent Perez, Karine Viard nous accorde quelques minutes, à la nuit tombée, tout juste rentrée de son jardin. Un événement prometteur pour celle dont...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This