Marthe Keller, La vie qu’elle a rêvé d’avoir

Paris Match Suisse |

lle a tourné avec les plus grands réalisateurs, de Sydney Pollack à Clint Eastwood. Au cinéma comme au théâtre, elle a joué avec les plus célèbres acteurs: Marlon Brando comme Isabelle Huppert. Mais Marthe Keller reste ouverte à toutes les expériences. Dernière en date, «Schwesterlein», film réalisé en duo par les Lausannoises Stéphanie Chuat et Véronique Reymond.

 

Paris Match Suisse. Vous tournez très peu avec les cinéastes suisses. Auraient-ils peur de faire appel à une vedette internationale comme vous?

 Marthe Keller. Vous savez pourquoi la Suisse s’est fait connaître par l’horlogerie? Parce que c’est tout petit (Rire)! J’entends souvent dire que les cinéastes suisses n’osent pas me solliciter. J’aime notre discrétion et notre pudeur. Mais quel risque y a-t-il à foncer? On n’est pas condamné à la guillotine si la réponse est négative…

 Vous êtes polyglotte. En combien de langues pouvez-vous jouer?

Au théâtre comme au cinéma, j’ai joué en allemand, français, anglais et italien. Sans connaître la langue, j’ai même fait des choses en arabe et en japonais. Je trouve que les jeunes comédiens devraient apprendre les langues. Cela multiplie les possibilités.

 Dans le cas de «Schwesterlein», vous avez tourné en allemand sous la direction de réalisatrices romandes. Un choc des cultures?

Deux réalisatrices, c’est un choc. Et une première pour moi! Je ne les connaissais pas, mais je connaissais la productrice, Ruth Waldburger, qui monte toujours des projets intéressants. Stéphanie Chuat et Véronique Reymond représentent exactement le contraire de ce que je vous ai dit de la Suisse. Elles n’ont pas peur. Ce sont des fonceuses! Je me disais: à laquelle dois-je m’adresser si j’ai une question? La réponse est venue toute seule: à la plus proche. Elles sont pareilles! C’est comme un corps avec deux têtes.

Mais pour en revenir au choc des cultures, je dois dire que, vivant depuis près de quarante ans à Verbier, je me sens plus romande qu’alémanique. J’ai un peu de mal avec la mentalité alémanique. «Il faut faire attention à ceci et à cela… On n’a pas le droit…» Ce n’est pas pour rien que je suis partie à 16 ans de Bâle… J’avais l’impression d’étouffer. Ce qui n’empêche qu’il y a des gens fantastiques aussi bien à Bâle qu’à Zurich ou à Berne.

 Verbier reste votre port d’attache?

 Verbier me remet tout en place. Je m’y sens à la maison. Cela me rappelle ma grand-mère qui me caressait la tête lorsque j’étais fatiguée. Evidemment, il y a eu beaucoup de changements au fil des ans. C’est devenu chic, mais pas snob. Contrairement à d’autres stations, on ne trouve ni boutique Bulgari ni boutique Chanel, mais plein de magasins de sport. En fait, j’adore la Suisse. J’aimerais tellement trouver un tout petit appartement à Lutry. Je suis folle du bord du lac.

 Vous qui travaillez tellement, pouvez-vous comprendre une Greta Garbo qui a arrêté de tourner à 36 ans?

 J’admire son courage. Quand on a des enfants, on peut décider un jour de se consacrer à sa famille. Mais Greta Garbo n’en a pas eu. C’était une grande solitaire. Ce que je suis aussi un peu, sans évidemment me comparer avec elle. Je trouve magnifique de quitter avant de se voir quittée… Moi, c’est ce que j’ai toujours fait en amour. J’aimerais être comme elle: me promener, écouter de la musique, lire. Mais je ne peux pas. Je n’arrêterai mon métier pour rien au monde. Je viens d’enchaîner quatre films. Je travaille non-stop. D’ailleurs, j’ai davantage de propositions aujourd’hui que lorsque j’avais 40 ou 50 ans.

 Beaucoup de comédiennes traversent un passage à vide à cet âge-là.

 Quand je suis rentrée de mon séjour américain lié notamment à sa relation avec Al Pacino, ndlr –, j’ai eu la chance de me voir offrir à Paris le rôle de Macha dans «Les Trois Sœurs» de Tchekhov. Tchekhov: mon Dieu! On a joué durant deux ans! Un de mes meilleurs souvenirs. Mais après, il y a eu un petit trou. Je ne supportais pas que le téléphone ne sonne pas. Alors, je n’ai pas attendu qu’on me sollicite. J’ai cherché moi-même. J’adore la musique. J’ai interprété des monodrames, commençant dans des hôtels pour finir à Carnegie Hall, à New York.

 A un moment donné, vous avez même réglé des mises en scène lyriques, aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis, y compris au prestigieux Metropolitan. Depuis lors, vous semblez avoir renoncé à l’opéra.

On me propose régulièrement des mises en scène. Mais je n’ai pas de génie. Les metteurs en scène lyriques peuvent monter deux ou trois opéras par an s’ils sont bien organisés. Moi, je dois travailler comme une folle durant un an. A quoi s’ajoute que ce que j’ai fait jusqu’ici tant à New York qu’à Washington ou à Los Angeles ayant plutôt bien marché, j’ai un peu peur de descendre… Bien sûr, «Pelléas» («Pelléas et Mélisande», de Debussy, ndlr) et «Onéguine» (de Tchaikovski, ndlr) me tentent encore. Ce sont des ouvrages auxquels une femme peut apporter quelque chose. Mais il y a tant de magnifiques metteurs en scène que, franchement, l’opéra n’a pas besoin de moi.

 Voyager autant que vous le faites, être rarement chez soi, n’est-ce pas déstabilisant?

 Je crois que j’ai besoin d’être déstabilisée. Mes parents n’étaient qu’amour. Grâce à eux, j’ai des racines profondes. Je viens donc d’un milieu très sécurisant. On m’expliquait chaque plante, on me parlait du Dr Kneipp (le pionnier de l’hydrothérapie et de la phytothérapie, ndlr) et de l’Ovomaltine… Mais ni de Nietzsche ni de Rilke! Comme je vous l’ai dit, à 16 ans, j’ai éprouvé la nécessité de m’émanciper. Et aujourd’hui encore j’aime me confronter à ce que je ne connais pas, à sortir de ma zone de confort. Les voyages sont fatigants, oui. Et faire sa valise peut faire peur. J’ai appris à voyager avec un sac. Cela change tout!

 Dans le film de David Roux, «L’Ordre des médecins», votre personnage dit: «J’ai eu la vie que j’ai rêvé d’avoir.» Reprendriez-vous cette phrase à votre compte?

 Absolument. J’ai beaucoup travaillé, j’ai sans doute un peu de talent, mais j’ai eu beaucoup de chance. Si je devais mourir aujourd’hui je pourrais dire que j’ai eu la vie que j’ai rêvé d’avoir. Mais je n’ai pas envie de mourir!

 

Stars du Web à l’affiche

Stars du Web à l’affiche Paris Match Suisse | Publié le 06/09/2018   Julie Vasa Fort du succès de la première édition, le Royaume du Web, rendez-vous suisse de la création digitale, est de retour. Plus de 40 youtubeurs, influenceurs et créateurs sont attendus pour...

L’excellence à la Suisse

C’est l’événement économique du mois à Genève: l’inauguration officielle des nouveaux locaux de Bucherer, dans l’imposant bâtiment néo-classique qui surplombe la place du Port, rénové durant de trois ans.

Coquillages et crustacés

Quand les papilles s’affolent à l’idée qu’une peuplade de fruits de mer et crustacés viennent se lover entre langue et palais, il faut trouver de quoi se satisfaire! Alors pour petites et grandes envies de ces trésors de la mer, Paris Match vous livre ses adresses en Suisse romande!

Trois hôtels, trois dépaysements de charme

Une envie de dépaysement? Ces trois hôtels ont un point commun, un petit bout de rêve à savourer.

Vendredi sur Mer

Charline - Vendredi sur Mer Paris Match Suisse | Publié le 12/07/2018   Alexandre Lanz Quelques jours avant son concert à Paléo, Charline Mignot, alias Vendredi sur mer, revient sur son enfance à Genève, où elle a vécu jusqu’à l’âge de 20 ans. Partie tenter sa chance...

Michel Boujenah : “En amour, l’humour ne marche pas toujours”

Michel Boujenah : "En amour, l'humour ne marche pas toujours" Paris Match Suisse | Publié le 28/06/2018 Anne-Marie Philippe Michel Boujenah est lié à la Suisse depuis trente ans. Il était l’un des premiers humoristes à fouler les planches du Festival Morges-sous-Rire....

Dario Cologna, la sérénité du montagnard

Dario Cologna, la sérénité du montagnard Paris Match Suisse | Publié le 08/03/2018  Bertrand Monnard  Ski de fond. Pour les troisièmes JO consécutifs, le Grison Dario Cologna s’est couvert d’or à PyeongChang. Il est entré dans l’histoire.Derrière son petit sourire se...

« 200 mètres nage libre » : plongée agitée au Cap-Vert

« 200 mètres nage libre » : plongée agitée au Cap-Vert Paris Match Suisse | Publié le 06/09/2018   Julie Vasa Loin d’être paradisiaque, la vie au Cap-Vert est âpre pour ses habitants et l’horizon passablement bouché. Pourtant, Liam a quitté l’Irlande natale pour cette...

Suisse : carnet d’adresses pour cocooner

Suisse : carnet d'adresses pour cocooner Paris Match Suisse | Publié le 11/01/2018 Knut Schwander Huit adresses boisées et minérales, insolites et confortables pour cocooner cet hiver entre chambre cosy, spa de rêve et restaurant gourmand.   Chetzeron...

Nathalie Herschdorfer, au nom des femmes

Nathalie Herschdorfer, au nom des femmes Paris Match Suisse | Publié le 15/11/2018  Alexandre Lanz  Quelques jours avant sa nouvelle exposition consacrée à une grande star de la photographie contemporaine, la directrice du Musée des Beaux-Arts du Locle nous reçoit...

Pin It on Pinterest

Share This