Marthe Keller, La vie qu’elle a rêvé d’avoir

Paris Match Suisse |

lle a tourné avec les plus grands réalisateurs, de Sydney Pollack à Clint Eastwood. Au cinéma comme au théâtre, elle a joué avec les plus célèbres acteurs: Marlon Brando comme Isabelle Huppert. Mais Marthe Keller reste ouverte à toutes les expériences. Dernière en date, «Schwesterlein», film réalisé en duo par les Lausannoises Stéphanie Chuat et Véronique Reymond.

 

Paris Match Suisse. Vous tournez très peu avec les cinéastes suisses. Auraient-ils peur de faire appel à une vedette internationale comme vous?

 Marthe Keller. Vous savez pourquoi la Suisse s’est fait connaître par l’horlogerie? Parce que c’est tout petit (Rire)! J’entends souvent dire que les cinéastes suisses n’osent pas me solliciter. J’aime notre discrétion et notre pudeur. Mais quel risque y a-t-il à foncer? On n’est pas condamné à la guillotine si la réponse est négative…

 Vous êtes polyglotte. En combien de langues pouvez-vous jouer?

Au théâtre comme au cinéma, j’ai joué en allemand, français, anglais et italien. Sans connaître la langue, j’ai même fait des choses en arabe et en japonais. Je trouve que les jeunes comédiens devraient apprendre les langues. Cela multiplie les possibilités.

 Dans le cas de «Schwesterlein», vous avez tourné en allemand sous la direction de réalisatrices romandes. Un choc des cultures?

Deux réalisatrices, c’est un choc. Et une première pour moi! Je ne les connaissais pas, mais je connaissais la productrice, Ruth Waldburger, qui monte toujours des projets intéressants. Stéphanie Chuat et Véronique Reymond représentent exactement le contraire de ce que je vous ai dit de la Suisse. Elles n’ont pas peur. Ce sont des fonceuses! Je me disais: à laquelle dois-je m’adresser si j’ai une question? La réponse est venue toute seule: à la plus proche. Elles sont pareilles! C’est comme un corps avec deux têtes.

Mais pour en revenir au choc des cultures, je dois dire que, vivant depuis près de quarante ans à Verbier, je me sens plus romande qu’alémanique. J’ai un peu de mal avec la mentalité alémanique. «Il faut faire attention à ceci et à cela… On n’a pas le droit…» Ce n’est pas pour rien que je suis partie à 16 ans de Bâle… J’avais l’impression d’étouffer. Ce qui n’empêche qu’il y a des gens fantastiques aussi bien à Bâle qu’à Zurich ou à Berne.

 Verbier reste votre port d’attache?

 Verbier me remet tout en place. Je m’y sens à la maison. Cela me rappelle ma grand-mère qui me caressait la tête lorsque j’étais fatiguée. Evidemment, il y a eu beaucoup de changements au fil des ans. C’est devenu chic, mais pas snob. Contrairement à d’autres stations, on ne trouve ni boutique Bulgari ni boutique Chanel, mais plein de magasins de sport. En fait, j’adore la Suisse. J’aimerais tellement trouver un tout petit appartement à Lutry. Je suis folle du bord du lac.

 Vous qui travaillez tellement, pouvez-vous comprendre une Greta Garbo qui a arrêté de tourner à 36 ans?

 J’admire son courage. Quand on a des enfants, on peut décider un jour de se consacrer à sa famille. Mais Greta Garbo n’en a pas eu. C’était une grande solitaire. Ce que je suis aussi un peu, sans évidemment me comparer avec elle. Je trouve magnifique de quitter avant de se voir quittée… Moi, c’est ce que j’ai toujours fait en amour. J’aimerais être comme elle: me promener, écouter de la musique, lire. Mais je ne peux pas. Je n’arrêterai mon métier pour rien au monde. Je viens d’enchaîner quatre films. Je travaille non-stop. D’ailleurs, j’ai davantage de propositions aujourd’hui que lorsque j’avais 40 ou 50 ans.

 Beaucoup de comédiennes traversent un passage à vide à cet âge-là.

 Quand je suis rentrée de mon séjour américain lié notamment à sa relation avec Al Pacino, ndlr –, j’ai eu la chance de me voir offrir à Paris le rôle de Macha dans «Les Trois Sœurs» de Tchekhov. Tchekhov: mon Dieu! On a joué durant deux ans! Un de mes meilleurs souvenirs. Mais après, il y a eu un petit trou. Je ne supportais pas que le téléphone ne sonne pas. Alors, je n’ai pas attendu qu’on me sollicite. J’ai cherché moi-même. J’adore la musique. J’ai interprété des monodrames, commençant dans des hôtels pour finir à Carnegie Hall, à New York.

 A un moment donné, vous avez même réglé des mises en scène lyriques, aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis, y compris au prestigieux Metropolitan. Depuis lors, vous semblez avoir renoncé à l’opéra.

On me propose régulièrement des mises en scène. Mais je n’ai pas de génie. Les metteurs en scène lyriques peuvent monter deux ou trois opéras par an s’ils sont bien organisés. Moi, je dois travailler comme une folle durant un an. A quoi s’ajoute que ce que j’ai fait jusqu’ici tant à New York qu’à Washington ou à Los Angeles ayant plutôt bien marché, j’ai un peu peur de descendre… Bien sûr, «Pelléas» («Pelléas et Mélisande», de Debussy, ndlr) et «Onéguine» (de Tchaikovski, ndlr) me tentent encore. Ce sont des ouvrages auxquels une femme peut apporter quelque chose. Mais il y a tant de magnifiques metteurs en scène que, franchement, l’opéra n’a pas besoin de moi.

 Voyager autant que vous le faites, être rarement chez soi, n’est-ce pas déstabilisant?

 Je crois que j’ai besoin d’être déstabilisée. Mes parents n’étaient qu’amour. Grâce à eux, j’ai des racines profondes. Je viens donc d’un milieu très sécurisant. On m’expliquait chaque plante, on me parlait du Dr Kneipp (le pionnier de l’hydrothérapie et de la phytothérapie, ndlr) et de l’Ovomaltine… Mais ni de Nietzsche ni de Rilke! Comme je vous l’ai dit, à 16 ans, j’ai éprouvé la nécessité de m’émanciper. Et aujourd’hui encore j’aime me confronter à ce que je ne connais pas, à sortir de ma zone de confort. Les voyages sont fatigants, oui. Et faire sa valise peut faire peur. J’ai appris à voyager avec un sac. Cela change tout!

 Dans le film de David Roux, «L’Ordre des médecins», votre personnage dit: «J’ai eu la vie que j’ai rêvé d’avoir.» Reprendriez-vous cette phrase à votre compte?

 Absolument. J’ai beaucoup travaillé, j’ai sans doute un peu de talent, mais j’ai eu beaucoup de chance. Si je devais mourir aujourd’hui je pourrais dire que j’ai eu la vie que j’ai rêvé d’avoir. Mais je n’ai pas envie de mourir!

 

Gastronomie en fête

Fêter au restaurant? Oui, mais dans un cadre festif. Voici sept des plus belles salles où festoyer jusqu’au bout de la nuit.

Karin Keller Sutter la constellation enfin parfaite

Karin Keller Sutter la constellation enfin parfaite Paris Match Suisse | Publié le 31/10/2018   François Schaller Le Parlement n’assumerait pas un accident dans l’élection de la candidate du siècle au Conseil fédéral. Que faut-il absolument pour accéder au Conseil...

Jacques de Watteville l’emblématique

Jacques de Watteville l’emblématique Paris Match Suisse | Publié le 23/08/2018 François Schaller  | Photographie Valdemar Verissimo L’ancien secrétaire d’Etat et ambassadeur est entouré de précieux symboles dans son nouveau bureau présidentiel de la Banque Cantonale...

Les grandes tables des châteaux suisses

Les grandes tables des châteaux suisses Paris Match Suisse | Publié le 22/03/2018 Knut Schwander S’attabler dans une belle demeure ou un romanesque château : plus qu’un repas, c’est une escapade dans le temps.   Chevaleresque château: Château de Pleujouse...

Au pied des pistes

Vue époustouflante, spa voluptueux, service personnalisé, tables de chefs… que du plaisir!

La reine Doris

La reine Doris Paris Match Suisse | Publié le 18/10/2018 RomaineJean Une pluie d’hommages pour la «Reine Doris», titre royal décerné, en démocratie, par la presse et les politiques, pour une fois unanimes. Que dire de plus? Le départ du gouvernement de Doris Leuthard...

Anne-Sophie Pic et David Sinapian : un couple 3 étoiles

Anne-Sophie Pic et David Sinapian : un couple 3 étoiles Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Anne-Marie Philippe   Rencontre avec David Sinapian, le mari de la chef étoilée. Si sa femme mène ses équipes et ses créations culinaires, il dirige les opérations...

Trois choses à savoir sur… Yousra Zein

Trois choses à savoir sur… Yousra Zein Paris Match Suisse | Publié le 18/10/2018 Nina seddik A la tête du blog Hayekk, la jeune Vaudoise est l’une des influenceuses suisses les plus en vogue du moment.   Blogueuse et entrepreneuse D’origine tunisienne, Yousra...

Cuisine : étoiles montantes

Alors que le GaultMillau Suisse 2019 vient de sortir avec son florilège de chefs et de cheffes hyperdoués, Paris Match vous invite à découvrir les signatures branchées

Escapade à Zurich

Escapade à Zurich Paris Match Suisse | Publié le 22/02/2018  Knut Schwander  Métropole du shopping et pôle culturel, Zurich vaut bien une escale: quatre adresses au bord de la Limmat.Markthalle im Viadukt  - Bobo et sympaTémoin de l’ère industrielle, ce viaduc de 1894...
Share This