Patrick Bruel : Confidences

Paris Match Suisse |

 

Le temps ne semble pas avoir de prise sur Patrick Bruel. Toujours aussi actif et passionné, il est aussi doué avec un micro que dans les films ou qu’au théâtre. À l’aube de ses 60 ans, il continue à déchaîner les foules depuis trente ans et il est reparti en tournée avec son nouvel album «Ce soir on sort…». Interview à Genève de ce chanteur hors du commun.

 

Paris Match SUISSE. Vous êtes en tournée avec ce passage en Suisse, un pays que vous connaissez déjà, que vous inspire-t-il?

 PATRICK BRUEL. J’aimerais y passer plus de temps, malheureusement, je ne viens pas aussi souvent que souhaité. Dans le passé, j’y étais fréquemment quand je skiais beaucoup et j’ai bien connu la Suisse quand je travaillais au Club Med. J’étais sur scène le soir et la journée je profitais des villages de Villars-sur-Ollon, Zinal ou Saint-Moritz. Ce pays est vraiment très agréable et je m’y sens bien. J’aime me balader au bord du lac et admirer la nature. Quand j’ai un concert en Suisse, j’essaie toujours d’arriver en avance pour en profiter un maximum.

 Voilà trente ans que le succès perdure pour vous, comment expliquez-vous cet engouement du public et votre longévité?

 D’une part, le public est fidèle. Je crois que depuis toujours, il ressort heureux des salles de concert et prend du plaisir à écouter mes albums, donc il en redemande. Dans une carrière, on récolte ce que l’on a semé précédemment. Puis, pendant toutes ces années, j’ai suivi ma route, celle qui me semblait la meilleure, sans faire de concessions. J’ai toujours été très clair, sincère et suivi mon intuition. Je sais qu’il y a des textes de mes chansons qui ont percuté les gens dans ce qu’ils ont de plus intime et de plus profond.

 À présent, vous attirez même la nouvelle génération?

 C’est vrai! Il y a des gamins qui viennent me voir en concert et qui écoutent mes chansons. Aujourd’hui, j’ai rencontré une adolescente de 14 ans qui pleurait comme le faisaient les filles dans les années 90. Ce renouvellement générationnel est troublant. Les jeunes d’aujourd’hui apprécient le contenu de mes albums et je suis extrêmement touché.

 Qui est réellement Patrick Bruel dans la vie de tous les jours? L’image que vous laissez imaginer est celle d’un mec sympa, marrant, bourré d’énergie et très positif, est-ce la réalité?

 C’est difficile de se décrire mais les gens ont souvent cette image de moi et je pense qu’elle me correspond bien.

Après toutes ces années, êtes-vous toujours enthousiaste à exercer votre métier?

 Absolument, j’ai gardé une capacité d’émerveillement intacte. J’ai beaucoup de chance parce que j’aime ce que je fais et je suis comblé dans mon travail. Je vis de mes passions, ce qui me donne énormément de privilèges et que la vie m’offre ce bonheur intense et profond, j’en suis extrêmement reconnaissant.

 Vous travaillez beaucoup?

 Enormément! J’ai eu la chance d’être choisi par le public mais ça n’aurait pas duré si je n’avais pas travaillé. Je me suis donné les moyens, j’ai tout mis en œuvre pour que ça marche et je continue dans ce sens-là. J’essaie de faire de mon mieux.

 Certaines de vos chansons évoquent votre jeunesse, quelle force avez-vous tirée de votre enfance?

Je ne suis pas parti d’un postulat très facile. Il a fallu contourner toutes les embûches et déjouer les pièges, se débrouiller à tous les niveaux. Quand on n’est pas né avec une cuillère d’argent dans la bouche, je trouve finalement qu’on a plus de chance de s’en sortir parce qu’on est confronté dès le départ à la difficulté, à l’échec, à l’adversité, à l’hostilité. J’ai eu la chance d’avoir une maman qui m’a protégé et elle a fait de son mieux pour que je ne voie rien des difficultés rencontrées. Mon enfance s’est déroulée simplement mais avec de la joie. J’avais plein de passions et un bon nombre d’entre elles ont continué à l’âge adulte. J’ai finalement pu en faire mon métier, ce qui est merveilleux.

Qu’est-ce qui vous ramène à l’enfance, votre madeleine de Proust?

Tout me ramène à mon enfance! Il n’y a rien que je fasse dans ma vie d’aujourd’hui qui ne soit pas lié à ma jeunesse.

L’amour est un thème que vous évoquez dans vos chansons, quelle est sa place dans votre vie?

L’amour est essentiel et a une place primordiale dans mon existence. Mais quand on évoque l’amour, j’ai envie en premier de parler de mes deux enfants, de l’amour qu’ils me donnent et de celui que je ressens pour eux.

Vous avez toujours eu l’image d’un «sex-symbol», il paraît qu’à 13 ans vous plaisiez déjà énormément aux filles, est-ce que vous l’assumez et faites attention à votre physique?

Je ne fais pas attention à mon physique pour avoir cette image de sex-symbol, mais parce que la pratique du sport est essentielle pour me sentir bien dans ma peau. Quand je suis en tournée, il faut assurer un spectacle de 2h30, donc je n’ai pas le choix. Dès que mon emploi du temps me le permet, je joue au foot, au tennis, au ping-pong et je fais des séances de cardio. L’hygiène de vie est importante pour moi. Au niveau de l’alimentation, j’essaie de me limiter et ne pas faire d’excès. Le fait de boire peu, de ne pas fumer, de n’avoir jamais touché à la drogue et de ne pas faire six nuits blanches par semaine me permet d’être plutôt en forme.

Vos nuits sont-elles plus belles que vos jours?

Mes nuits sont vraiment vouées à dormir! J’en ai besoin. Je dirais donc que mes journées sont plus belles que mes nuits sans oublier mes soirées!

Dans quelles circonstances êtes-vous stressé?

Avant un concert, c’est systématique, je suis très stressé et même après toutes ces années, je ressens toujours autant de pression monter.

Vous allez continuer votre tournée puis quels sont vos projets?

 J’ai un film qui sort cet automne avec Fabrice Luchini, «Le meilleur reste à venir». Mais je n’en parle pas encore, je reviendrai!

 

Patrick Bruel est en concert au Festival de Sion le 12 juillet et au Paléo Festival de Nyon le 28 juillet.

Vendredi sur Mer

Charline - Vendredi sur Mer Paris Match Suisse | Publié le 12/07/2018   Alexandre Lanz Quelques jours avant son concert à Paléo, Charline Mignot, alias Vendredi sur mer, revient sur son enfance à Genève, où elle a vécu jusqu’à l’âge de 20 ans. Partie tenter sa chance...

Au cœur de la Slovénie

A la découverte des trésors incontournables d’un petit pays, entre mer et montagne.

Diane Tell, un magnifique album signe son retour

Celle qui chantait « Si j’étais un homme », star incontestée des années 1990, fait son retour avec un album tout en douceur et poésie.

Festivals en folie

La Suisse romande est gâtée en matière de festivals, du Caribana qui s’achève le 9 juin au Chant du Gros (du 5 au 7 septembre), en passant par l’Estivale (du 31 juillet au 3 août), Rock Oz’Arènes (du 14 au 18 août) ou encore le Venoge Festival (du 21 au 25 août). Zoom sur les cinq prochains grands événements à agender.

Entretien avec Yannick Noah

Du haut de son mètre 93 et de ses 59 ans, ce sportif accompli, chanteur populaire et père de cinq enfants est un homme heureux, apaisé et serein.

N’Deye et Bernard Nicod

N’Deye, ex-mannequin professionnel, habite avec ses deux enfants un somptueux appartement sur La Côte, entre Lausanne et Nyon. Spacieux, design et lumineux, son salon s’ouvre sur un beau jardin plein sud, plongeant sur le lac. N’Deye nous confie lors de l’interview que Bernard Nicod, son amoureux, lui a offert ce bien d’exception.

Soirée Pop-up store signée Ausoni

Soirée Pop-up store signée Ausoni Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Anne-Marie Philippe  | Photographie Valdemar Verissimo Le 4 septembre dernier, Léa et Léo Ausoni recevaient leurs fidèles clients dans leur tout nouveau pop-up store au cœur de la place...

ANNIVERSAIRE FESTIF ET ROYAL

MATCH et ELLE Suisse ont fêté dignement leur anniversaire ce 27 janvier 2020. Deux ans d’une aventure fabuleuse!

Quelle femme se cache derrière Christian Lüscher, homme politique et avocat ?

Quelle femme se cache derrière Christian Lüscher, homme politique et avocat ? Paris Match Suisse | Publié le 06/09/2018 Anne-Marie Philippe | Photographie Valdemar Verissimo Marie, gérante de fortune, Hollandaise d’origine, blonde, belle et grande. Christian tombe...

Au Vieux Navire

L’élan gastronomique insufflé depuis deux ans dans les voiles de cet illustre vieux gréement par le jeune chef Alexandre Aubrun mérite qu’on en reparle.

Pin It on Pinterest

Share This