Hardah est l’une des start-up de haute technologie les plus notoires de Suisse, fondée en 2015.

 

Ses valeurs: intégrité, neutralité, simplicité. «On a anticipé la crise des fake news de 2016, qui n’est que la partie la plus visible; on a beaucoup travaillé sur la désinformation et les contenus pauvres» explique David Delmi, le jeune fondateur et CEO, âgé de 26 ans. L’ambition de HARDAH? Promouvoir la confiance numérique, des contenus de qualité et la neutralité du web. David Delmi veut traiter la qualité de l’info sur Internet avec des modèles ultra-clean. HARDAH a acquis une réputation d’innovateur numérique. «On essaie de casser un modèle existant pour le réinventer et pour innover. Il faut analyser les vrais problèmes, les fake news, le manque d’interopérabilité et les business modèles des réseaux sociaux», précise le fondateur. C’est pourquoi un véritable travail éthique a été entamé en amont avec des philosophes, des chercheurs et des journalistes. HARDAH mise sur les relations à long terme, la confiance mutuelle, le respect et l’excellence du service. Elle travaille sur les dernières technologies, telles que la blockchain et les Distributed Ledger Technologies, en contact direct avec l’Etat de Genève et les banques privées suisses.                                           

La start-up comporte ainsi deux volets: HARDAH One, qui vise à améliorer la qualité des contenus sur les réseaux sociaux, ainsi que leur interopérabilité. Concrètement, HARDAH construit le premier Social Browser HARDAH One, couteau suisse éthique des réseaux sociaux. Et HARDAH Business, qui aide les organisations à se digitaliser afin qu’elles puissent réussir dans l’ère digitale. Avec une idée centrale, clé de l’innovation: l’excellence dans la communication ainsi qu’une bonne collaboration digitale. «Concrètement, il s’agit de proposer une plateforme qui devient le Bureau Digital!» précise David Delmi.

Le produit B2B HARDAH Business est un nuage collaboratif conçu comme un bureau numérique simple et interactif. HARDAH développe également un outil anti-infox promouvant un contenu de qualité, des informations fiables et une publicité éthique sur les réseaux sociaux. Tous ses produits sont fabriqués en Suisse, conçus et codés à Genève.                      

hardah.com

LaFourchette se mobilise

LaFourchette se mobilise

Après huit semaines de fermeture, les restaurants suisses peuvent enfin reprendre leur activité… mais à quel prix? Entre ceux qui auront fait faillite entre-temps, «le chiffre de 40% qui fait très peur ne paraît pas impossible», déplore Rémy Bitoun, directeur de LaFourchette Suisse, et ceux qui préfèrent attendre en espérant que les nouvelles normes post-Covid-19 s’assouplissent

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This