Le légendaire présentateur du 19:30 quitte le service public romand pour développer ses talents de grand interviewer sur TF1-LCI. Tout reste à prouver dans cette nouvelle consécration.

C’est peut-être la news la plus insolite de l’été. Darius Rochebin, meilleur présentateur de 19:30 de tous les temps en Suisse romande, quitte la RTS pour se frotter aux stars et divas du redoutable paysage audiovisuel français. Une rare promotion que le gros des journalistes suisses ont l’excuse de ne pas trop rechercher pour cause d’écarts salariaux défavorables.

En l’occurrence, Rochebin faisait savoir il y a une dizaine d’années qu’il gagnait 9000 francs par mois. Le montant n’avait impressionné personne dans le climat de transparence des salaires de l’époque. Son style éprouvé, son book et sa réputation lui permettent sans doute de pulvériser aujourd’hui les échelles fédérales de traitement. Sans renoncer pour autant à sa carrière d’artiste. La classe.

Dans un légitime souci de renouvellement, pensant peut-être le ménager et n’ayant rien de convaincant à lui proposer, la RTS avait réduit ses interventions. Qu’à cela ne tienne. A un âge (53 ans) où l’on commence à se demander sérieusement comment durer, Darius Rochebin change de league et reprend tout.

Il assurera à LCI une interview quotidienne, en phase encore plus étroite avec l’actualité franco-centrée la plus troublée. Pour un public qui ne le connaît ni ne l’attend. Et qui ne va peut-être pas fondre du premier coup devant ses lunettes sans cadre, sa fausse vraie retenue et son éternel sourire entendu. Les réactions sur réseaux sociaux en ont tout de suite témoigné.

 Du haut de son compte twitter à 112 000 abonnés, Darius Rochebin a pris la peine de remercier personnellement celles et ceux – il y en eut aussi – qui lui faisaient bon accueil ou lui souhaitaient bonne chance. « Darius, surtout ne change pas ! » Et s’il se risquait quand même à évoluer ? Dans le meilleur sens, bien entendu… et sans se renier. N’est-ce pas aussi pour cela que notre héros monte à Paris ? C’est d’ailleurs bien le pire que l’on puisse lui souhaiter.

Joachim Son-Forget ouvre les vannes

Joachim Son-Forget ouvre les vannes

Le député des français établis en Suisse et au Liechtenstein assume toutes ses provocations. Bouffon et stratège, cet anticonformiste extraverti voue sa vie au travail, se cache dans la lumière crue de ses fanfaronnades. Vilipendé par les uns, loué par les autres, il trace son propre chemin sur le fil du rasoir. Interview.

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This