Les amitiés de pierre keller

Paris Match Suisse |

 

L’exposition de la collection privée de Pierre Keller, inaugurée en présence de 500 invités au Musée Jenisch, à Vevey, est prodigieuse. Mais plus que cela, émouvante, car elle raconte l’histoire d’une trajectoire hors norme.

 

«Keller est art» dit un tableau de Ben. L’art a en tout cas permis à Pierre Keller de vivre intensément son époque, toute son époque, dans un tourbillon que rappelle l’exposition de sa collection privée au Musée Jenisch. On y croise Tinguely, Haring, Balthus, Armelder, Max Bill, Rittner, Boisrond, Niki de Saint Phalle… la plupart côtoyés, amis, connus, à Paris, New York, Montreux ou ailleurs. Car Keller est artiste certes, graphiste, plasticien, photographe, producteur mais aussi un formidable collectionneur, brocanteur dit-il, plutôt!

Pourquoi cette exposition de 250 parmi les 400 œuvres qu’il possède? «Parce qu’on me l’a demandé. C’est aussi simple!»

N’y aurait-il pas un désir permanent de transmission chez ce magistral enseignant qui fit de l‘ECAL une référence mondiale? Peut-être. On ne le saura pas. Alors, allons-y plutôt pour une visite privée et commentée.

«Là, c’est le mur Tinguely. Je l’ai rencontré à Paris en 1971 lors d’une expo à l’Hôtel Rothschild, rue Berryer, je venais de New York. Il était d’une beauté divine, quelque chose d’un gitan. On ne s’est plus quittés. Il m’a écrit des centaines de lettres, dessinées et m’a fait l’affiche de la Fête des Vignerons … Et patati patata. «Tout cela est dit très rapidement, dans un souffle, avec cette voix si particulière, haut perchée, que la maladie a ralentie. Car il faut bien l’évoquer ce crabe, mais sans s’y attarder. Comme une information. «J’ai commencé à maigrir l’an dernier. J’étais ravi, moi qui ai toujours voulu perdre du poids! J’aurais dû m’en méfier. J’ai été hospitalisé en décembre. Là ça va, on me soigne.»

«Voilà Luginbühl et ses dizaines de lettres écrites et dessinées, celle-là à l’occasion du 700e anniversaire de la Confédération. J’étais délégué du canton de Vaud.»

«Ben, je l’ai rencontré en 1966 à Varsovie, j’avais reçu un prix, j’étais dans un hôtel et quelqu’un a toussé toute la nuit dans la chambre d’à côté. Qu’il meure, ai-je pensé. Le lendemain, au petit-déjeuner, c’était lui!

La collection exposée au Musée Jenisch est prodigieuse. Vallotton, Hodler, Giacometti, Soutter, Fleury, Beuys, Louise Bourgeois, etc… Chaque tableau a son histoire. «Là, c’est un hommage à David Bowie, que j’ai bien connu à Montreux. Il était énigmatique, on le voyait et puis il disparaissait. Un jour, son assistante a insisté pour que je loue tout un étage de l’Hôtel des 4 Vallées pour lui, son fils Zowie et la nounou». Pierre Keller éditera en 1983 un cartable de 20 artistes marquants, dont la linogravure était de Bowie.

L’affiche de l’exposition de Vevey rappelle son indéfectible amitié pour Keith Haring, rencontré dans le métro à New York, dans les années 80, les années sida, hélas pour le génie. «J’ai mis la main sur son épaule et l’ai fait venir au collège du Bugnon puis au Festival de Montreux. «Merry Christmas Pierre, Keith, 1987». C’est probablement le mur le plus émouvant de cette exposition, qui raconte un homme, une trajectoire, une époque.

Et le tableau auquel il tient le plus? «Le Balthus. Il m’a coûté assez cher! J’allais souvent le voir, avec sa «Comtesse…».

Le téléphone sonne. C’est un proche qui prend de ses nouvelles. «En ce moment, je mesure qui sont mes amis. Certains m’appellent, d’autres pas. Quand j’étais directeur de l’ECAL, j’avais dans mon dos, au bureau, le tableau de Ben, HYPOCRITES. Mes visiteurs ne pouvaient y échapper!»  

Et voilà, il est l’heure de partir. Pierre Keller est un peu fatigué. Il a tenu son rôle. Il est dans le couloir avec ses basquets et son chapeau. Il appelle son chauffeur, regarde l’iPhone pour une photo. La retraite? Jamais! Il prépare une prochaine expo, au Japon.

L’art de décoiffer en vendant la Suisse

Directeur de Présence Suisse depuis 2011, Nicolas Bideau a l’art de faire parler de notre pays en osant des coups.

Les médicaments passent au naturel

Les médicaments passent au naturel Paris Match Suisse | Publié le 09/08/2018   Joan Plancade Micronutrition, cosmétiques naturelles et depuis peu cannabis thérapeutique s’imposent progressivement dans les pharmacies du pays, poussés par une demande croissante. Une...

Anny Duperey

” Ce n’est pas la différence d’âge qui nous a séparés. J’ai vécu avec Cris Campion un amour très rare”

« 200 mètres nage libre » : plongée agitée au Cap-Vert

« 200 mètres nage libre » : plongée agitée au Cap-Vert Paris Match Suisse | Publié le 06/09/2018   Julie Vasa Loin d’être paradisiaque, la vie au Cap-Vert est âpre pour ses habitants et l’horizon passablement bouché. Pourtant, Liam a quitté l’Irlande natale pour cette...

Les Homlions de Zaric

Les Homlions de Zaric Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Jean Pierre Pastori Un an après son décès, juste hommage est rendu à l’un des sculpteurs les plus singuliers. Homlions, Femlièvres, Taurhommes… le monde de Zaric est d’une incroyable fantaisie. La poésie...

Juncker chez Rochebin

Juncker chez Rochebin Paris Match Suisse | Publié le 04/10/2018 François Schaller Trois ans après avoir obtenu Vladimir Poutine pour une grande interview dans son émission « Pardonnez-moi », Darius Rochebin s’est offert Jean-Claude Juncker, président de la Commission...

Où il y a des gênes… il y a du plaisir!

Où il y a des gênes… il y a du plaisir ! Paris Match Suisse | Publié le 31/10/2018   Jean Pierre Pastori Il est décidément des êtres qui réunissent tous les dons. Stefan Catsicas est de ceux-là. Neurobiologiste, il a mené une brillante carrière académique, tant à la...

Au paradis des glaces

Le mois de mars est idéal pour partir explorer les contrées du Nord: paysages féeriques, fréquentation limitée et un ensoleillement quotidien suffisamment long pour en profiter pleinement.

Soirée Pop-up store signée Ausoni

Soirée Pop-up store signée Ausoni Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Anne-Marie Philippe  | Photographie Valdemar Verissimo Le 4 septembre dernier, Léa et Léo Ausoni recevaient leurs fidèles clients dans leur tout nouveau pop-up store au cœur de la place...

Le 16ème Bal de la Croix-Rouge

Le 29 septembre, c’est sur le thème «A travers les yeux de l’enfant» que le 16e Bal de la Croix-Rouge s’est déroulé à l’Espace Hippomène à Genève.

Share This