Des maisons du soldat à Eldora

Paris Match Suisse |

 

Fondée en 1919, la Fondation du Département social romand (DSR) souffle 100 bougies et tourne une page d’histoire.

 

«Lorsqu’ils entraient dans les villages, les soldats étaient généreusement arrosés, les caves étaient garnies, la paille était fraîche. Mais les soirées…? 

Dès le début de la Première Guerre mondiale, de bonnes âmes ont songé aux besoins les plus pressants des militaires mobilisés: «des foyers chauds, accueillants, avec restauration sans alcool, à bon compte, munis de tout ce qu’il faut pour écrire».

Le premier président de la Fondation du Département social romand s’appelle Théophile-Geisendorf-Des Gouttes. Créée le 12 juillet 1919, elle est l’œuvre de ce théologien genevois, établi à Marseille. Il avait écrit des ouvrages sur les conditions des prisonniers de guerre et accompli plusieurs missions dans des camps de prisonniers en France et en Belgique.

Avant même la création de la Fondation, le premier foyer du soldat s’ouvre à Miécourt, alors dans le Jura bernois, sous la forme d’une baraque démontable, raconte l’ouvrage «Un siècle au service de la collectivité», publié à l’occasion du centenaire. Rapidement, les principales places d’armes du pays disposent de foyers à l’intention des soldats. Elles portent des noms de célébrités comme «Président Lincoln», «George Washington», «Major Davel», «Général Dufour» ou «Philippe Suchard». En 1922, DSR possède des tentes qui peuvent être transportées à dos de mulet ou de cheval. Après la démobilisation, DSR va se tourner vers les ouvriers des grands chantiers, tel le barrage de la Grande-Dixence, voire les foyers de personnes âgées.

 

Avec le soutien de la Croix-Bleue

C’est à l’initiative de deux associations que la Fondation DSR est née en 1919 d’un élan social: les Unions chrétiennes de jeunes gens (UCJG) et la Croix-Bleue romande, rappelle le président Florian Magnollay, très admiratif de ce que ses prédécesseurs ont construit. Durant l’année du centenaire, c’est un chèque de 120 000 francs qui sera réparti à six associations caritatives établies dans chacun des cantons romands. Aujourd’hui, la Fondation DSR possède 100% du groupe Eldora, le No 1 de la restauration collective en Suisse romande créé en 2015 et dirigé par Andrew Gordon.

Basée à Rolle (VD), l’entreprise sert près de 20 millions de repas par an, soit 80 000 repas quotidiens. Bien qu’appartenant pour moitié à la Croix-Bleue, un mouvement qui lutte contre l’alcoolisme, le vin est bel et bien servi dans les restaurants d’Eldora. Ce service n’est pas allé de soi dans les années 70 pour le mouvement rattaché à l’organisation internationale basée à Berne, dont le but est de venir en aide aux personnes dépendantes, notamment de l’alcool.

Le groupe compte aujourd’hui 2100 employés, avec une succursale à Zurich. Grâce au succès économique assuré par Eldora, la Fondation DSR peut se concentrer sur son rôle charitable premier: il consiste «à servir ceux qui servent» dans une notion de pure utilité publique.

 

Reconquérir le lectorat

Le Salon du livre de Genève vise à séduire de nouveaux publics et exposants pour conserver son aura. Un objectif: faire rayonner le fragile marché romand dans la francophonie

Anne Richard : “Je suis un être libre, profondément libre”

Anne Richard : "Je suis un être libre, profondément libre" Paris Match Suisse | Publié le 19/04/2018 Anne-Marie Philippe Tous les ex d’Anne Richard sont devenus des amis de Fabien Lecœuvre, son compagnon. Anne et Fabien ne vivent pas ensemble mais dorment, presque...

Charles Aznavour «Je rêve, donc je peux»

Charles Aznavour était un chanteur français, qui aura vécu une partie de sa vie en Suisse. Mais c’est en Arménie, la terre de ses ancêtres, qu’il aura un temple à sa grandeur.

Le monde à nos pieds

Un quart de siècle, c’est long, c’est court aussi. C’est le temps qu’il faut aux six personnages principaux de «Le monde à nos pieds» pour devenir ce qu’ils sont.

Le dernier livre de Massimo Gargia : « la double vie »

Le dernier livre de massimo gargia : «la double vie» Paris Match Suisse | Publié le 18/10/2018 Anne-Marie Philippe « Je découvrais que l’argent et le sexe étaient en interrelation permanente » écrit Massimo Gargia. Découverte qu’il a, sans aucun doute, su mettre à...

Franck Giovannini: Mémoires gourmandes de confinement

Franck Giovannini, à la tête depuis bientôt deux ans de la maison et des cuisines du légendaire Restaurant de l’Hôtel de Ville de Crissier, en pleine création de sa carte estivale, apporte un peu de douceur aux soignants

La Professeure Alexandra Calmy au front pour sauver des vies

INTERVIEW EXCLUSIVE – Le 11 mars 2020, l’OMS qualifie l’épidémie de Covid-19 de pandémie mondiale. Du jour au lendemain, nous découvrons l’existence d’un ennemi invisible.

Un week-end à Saint-Tropez

Quoi qu’on dise, Saint-Tropez restera un village mythique, magique, unique ! On le redécouvre toujours comme si c’était la première fois. L’émotion et l’intensité restent toutes aussi présentes.

L’excellence à la Suisse

C’est l’événement économique du mois à Genève: l’inauguration officielle des nouveaux locaux de Bucherer, dans l’imposant bâtiment néo-classique qui surplombe la place du Port, rénové durant de trois ans.

La Fêtes des Vignerons : chronique d’un succès annoncé

Et si, en plus d’être la plus grande, cette édition était aussi la plus belle? La pression monte.

Pin It on Pinterest

Share This