Comédie fédérale

Paris Match Suisse |

 

Quatre candidats sont en lice pour deux places au gouvernement. Il y a quelques semaines encore, personne ne les connaissait. Tant mieux!

Ce sont nos présidentielles. Sauf qu’elles ne passionnent pas grand monde, sinon le microcosme politique. A rythme régulier, l’automne venu, un membre du Conseil fédéral annonce son retrait. Parfois deux. Ces choses-là ne se programment pas, les règles sont strictes: le choix du moment est personnel.

Ainsi donc en 2018, Johann Schneider-Ammann, ministre de l’Economie, dont beaucoup de Romands ignorent l’existence et la majorité l’orthographe, a décidé de s’en aller. «La Suisse est un petit paradis», a-t-il déclaré pour la postérité, avant de fermer la porte. La formule vaut son médicament anti-crise. Quelques jours plus tard, au tour de la reine Doris Leuthard, responsable flamboyante des transports, énergie et quelques autres dossiers qu’elle maîtrise à merveille, d’annoncer son départ. Qu’on se rassure, ces deux-là seront remplacés.

Les journaux sont donc remplis, en cette fin d’automne, d’interviews et de grands portraits et tous les grands dossiers du pays sont revisités. Faut-il un accord-cadre avec l’UE? Et le congé paternité? Et l’âge de la retraite? Signeriez-vous le pacte pour les migrations, et autres questions précises et peu glamour. Les candidats ont un avis sur tout, mais surtout un avis, dirait Coluche. Car il faudrait un expert en nanobactéries, un spécialiste de l’infiniment petit, pour détecter la moindre différence entre eux. Tous cherchent des «solutions de compromis» dans ce pays heureux où le plus rassembleur sera élu par l’Assemblée fédérale, au matin du 5 décembre. L’art de l’exercice réside donc dans l’esquive. Il reste les personnalités des candidats, les «affaires», qui n’en sont que rarement, et surtout les calculs personnels des députés et de leurs partis.

Ces dernières années, les favoris ont presque toujours gagné et les journalistes n’ont pas eu grand-chose à se mettre sous la plume. La Suisse aura très probablement trois femmes au gouvernement au matin du 6 décembre. Un modèle quasi nordique. Tant mieux! L’administration fédérale reprendra alors les rênes du pays, car les conseillers fédéraux n’ont pas le poids qu’on leur prête. Le secret est bien gardé. Ainsi va ce pays, heureux, à la mécanique efficace. On n’y cherche ni recette miracle ni sauveur providentiel. Les élections sont ennuyeuses. Tant mieux!

Yvan Arpa, un créateur avant-gardiste

Yvan Arpa a fondé ArtyA en 2009. La marque de haute horlogerie est reconnue depuis pour sa créativité hors normes et ses montres uniques.

Le pape du chasselas

Le canton de Vaud témoigne de sa reconnaissance à quatre personnalités qui contribuent à son rayonnement.

Lara Gut et Valon Behrami : l’idylle de deux champions

Lara Gut et Valon Behrami : l'idylle de deux champions Paris Match Suisse | Publié le 23/08/2018 Bertrand Monnard A la surprise générale, Lara Gut et Valon Behrami, deux grandes stars du sport suisse, viennent de se marier, quelques mois à peine après avoir...

Bongénie : le pari de l’expérience

L’enseigne familiale genevoise confie à ses jeunes représentants de la cinquième génération le soin de réinventer la tradition. Avec le défi de taille de perpétuer un héritage plus que centenaire, dans un secteur de la mode en profonde mutation.

Annabelle Dentan : L’âme chic

Annabelle Dentan : L’âme chic Paris Match Suisse | Publié le 23/08/2018 Alexandre Lanz Trop cool pour s’en préoccuper, elle est pourtant une figure lausannoise. Forte de son goût pour le beau design, Annabelle Dentan a su créer une adresse unique en Suisse romande...

Philippe Chappuis : le monde de Titeuf

Philippe Chappuis : le monde de Titeuf Paris Match Suisse | Publié le 22/03/2018 Anne-Marie Philippe Titeuf est, comme tous les personnages, lié à son auteur. C’est une part de Zep ! Aujourd’hui avec sa BD « The End », il ose aller sur un autre terrain... L’auteur...

Ils racontent leurs voitures

Ils aiment rouler et le revendiquent. Cinq personnalités romandes témoignent en toute franchise.

Nuria Gorrite, femme et présidente du Conseil d’état

Nuria Gorrite, femme et présidente du Conseil d’état Paris Match Suisse | Publié le 08/03/2018  Anne-Marie Philippe Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat, quelle femme êtes-vous?En trois mots, je dirais que je suis engagée, ouverte et spontanée.Etes-vous fière...

Quand Jacques Chirac “se lâchait”

Pascal  Couchepin  le confirme : l’ancien  président  français  pouvait  être  très  spontané.  

CHARLOTTE GAINSBOURG «J’AI ÉCRIT POUR RÉINVESTIR MON HISTOIRE»

Habituellement réservée et soucieuse de préserver sa vie privée, Charlotte Gainsbourg a pourtant écrit un premier album intime et personnel et se livre sans fard dans ces colonnes.
On ressent chez lui une force indéniable, une sagesse teintée d’humanité et un amour incommensurable pour ses enfants, Nicolas, Sacha et Victoria, sa fille qu’il a eue avec une autre maman que celle de ses deux garçons.

Pin It on Pinterest

Share This