Le trublion du barreau genevois

Paris Match Suisse |

A 66 ans, l’avocat Douglas Hornung, «sauveur» des employés de banque, livre le dernier combat de sa carrière. Toujours animé du feu sacré.

 

A deux pas de ses bureaux à Plainpalais, la rue Hornung – du nom d’un célèbre peintre local – rappelle le passé prestigieux d’une famille, genevoise depuis 1680, qui a donné entre autres une femme de lettres ou encore un maire à la ville. D’emblée pourtant, Douglas Hornung tient à casser tout présupposé d’héritier fortuné: «Je suis un Hornung par les soubrettes», souligne malicieusement ce fils d’un fleuriste et d’une secrétaire rappelant au passage que sa branche a été «oubliée» par le manuscrit généalogique de la famille.

 Cette image iconoclaste, Douglas Hornung aime à la cultiver. Notamment en lançant en 2007, à 55 ans, la plateforme numérique divorce.ch, qui simplifie les procédures de séparation, précurseur des applications digitales du domaine juridique qui fleurissent actuellement. Le site traite désormais autour de 500 cas par an. «Je gère ça pratiquement tout seul, ça me prend une heure par jour, tout est automatisé. Avec une employée, on prend la peine de répondre aux questions par mail ou téléphone.»

 Il faut dire qu’entre-temps, Douglas Hornung a eu de difficiles et très médiatisées procédures à mener. En particulier en lien avec les Etats-Unis, pays avec lequel il entretient une relation suivie depuis la rencontre avec sa femme, Américaine, venue étudier en Suisse dans les années 70 depuis Chicago, puis par l’adoption de sa fille et son fils, Américains également. Dès 2012, en revanche, trêve de sentimentalisme. Les banques suisses, après avoir payé des amendes records à l’Etat américain, s’engageaient à donner toutes les données utiles à l’inculpation de leurs propres salariés pour «conspiration contre les intérêts des Etats-Unis». Près de 100 000 personnes étaient potentiellement concernées. Procédures à rallonge, parfois jusqu’au Tribunal fédéral, Il défend seul les employés, avec face à lui nombre de ses collègues aux côtés des banques. «C’était incroyable de voir que même la Confédération laissait faire et abandonnait certains de ses concitoyens», se souvient celui qui, finalement, a obtenu gain de cause. «J’ai un peu pourri la présidence d’Eveline Widmer-Schlumpf», jubile-t-il aujourd’hui.

 Toujours pas lassé de se battre, l’entrepreneur qui dit «détester la routine», s’est mis en tête de conserver ses bureaux de la rue Général-Dufour et de les mettre à disposition de jeunes avocats indépendants sur un modèle d’espace de coworking, avec boîte aux lettres et locaux pour recevoir, et créer ainsi sa nouvelle start-up Lawffice. Un modèle existant ailleurs, mais refusé à Genève par la Commission du barreau: «Je pense qu’ils cherchent à emmerder les petits et défendre les grands avocats bien installés», estime celui qui va défendre prochainement sa cause au Tribunal fédéral. Un dernier combat pour ce trublion du barreau qui envisage désormais, à 66 ans, de prendre du temps pour sa passion du voyage et profiter de ses propriétés, notamment en Indonésie. «Si je perdais, ce serait dommage de liquider les bureaux et le vécu qu’il y a dedans. Mais dans tous les cas, je ne compte pas finir en scène.»

 

Retrouvez cet article dans notre édition Paris Match Suisse

Toute reproduction interdite

Petit-Déjeuner de Paris Match à Lausanne

Le premier petit-déjeuner de Paris Match a eu lieu ce 15 octobre au Royal Savoy à l’initiative d’Anne-Marie Philippe. Un moment intense et fort en émotion vécu au l’hôtel Royal Savoy où nous avons été magnifiquement bien reçus.

David Delmi : Hardah

Hardah est l’une des start-up de haute technologie les plus notoires de Suisse, fondée en 2015.

Un conteur hors pair

Un conteur hors pair Paris Match Suisse | Publié le 04/10/2018 Jean Pierre Pastori Avec quelle maestria Metin Arditi parvient-il à rendre cohérents faits historiques – le sanglant carnaval vénitien de 1575 – et ébouriffantes intrigues! Un complot est ourdi par...

Le Valais à l’honneur

Le 11 octobre dernier, les guitares et le cor des Alpes résonnaient joyeusement rue Martherey, en plein cœur de Lausanne. Un nouvel espace entièrement dédié aux produits du Valais voyait le jour. Et ça se fêtait en grandes pompes !

Christian Constantin: «Je n’ai pas l’appât du gain»

Christian Constantin « Je n’ai pas l’appât du gain » Paris Match Suisse | Publié le 31/05/2018   Bertrand Monnard  | Photographie Valdemar Verissimo Christian Constantin est le plus fervent défenseur des JO à Sion en 2026. Avant le vote décisif du 10 juin, il nous a...

Ausoni, le défi de la modernité

Riche de 110 ans d’histoire, l’enseigne de mode Ausoni joue la carte de l’ouverture sous l’impulsion de la quatrième génération désormais aux affaires.

Tout ce que vous devez savoir sur… Anne-Marie Maillefer

Tout ce que vous devez savoir sur… Anne-Marie Maillefer Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Jean Pierre Pastori La présidente de la Loterie romande (Vaud) a mené une riche carrière dans les soins infirmiers.   «Je suis gâtée par la vie.» Lâchés comme une...

Michael Drieberg

Leader de l’organisation des spectacles en Suisse romande, le businessman dur en affaires se dit paradoxalement hypersensible sur le plan privé.

Un nouvel envol pour la Suisse

Un nouvel envol pour la suisse Paris Match Suisse | Publié le 11/01/2018 Anne-Marie Philippe   L’enthousiasme est le moteur de cette fabuleuse aventure. Paris Match fait partie de moi, il coule dans mes veines. « Le poids des mots, le choc des photos »… Cet...

Kevin Chaplin en mode mannequin

Kevin Chaplin en mode mannequin Paris Match Suisse | Publié le 05/04/2018 Bertrand Monnard Étudiant en économie, Kevin Chaplin (25 ans), l’un des 24 petits-enfants de Charlot, vient de faire ses grands débuts de mannequin à milan. il nous parle de son grand-père dont...
Share This