L’espion et le jet d’eau

Paris Match Suisse |

On imagine un lac brumeux et des hommes de l’ombre. Des bars enfumés et des divas sucrées. Genève et la Suisse seraient une plaque tournante de l’espionnage venu du froid. Une centaine de diplomates travaillent à la Fédération de Russie, dont un quart serait des espions. A Berne, les affaires étrangères feignent de s’en étonner. A Moscou, Poutine feint de l’ignorer.

L’actualité a la mémoire courte, car Genève a de tout temps intéressé les officines de l’ombre. Toutes les officines de l’ombre. Edward Snowden y était employé dans les années 2000 et raconte dans ses mémoires avoir piégé un jour un banquier suisse pour le compte de la NSA. Il le livrera à la justice de son pays, qui aura la peau du secret bancaire. Trump n’était alors qu’un magnat, bâtisseur de Tower et c’est Obama, le président que l’Europe aime aimer, qui dirigeait l’Amérique.

Oui, Genève l’internationale a intéressé de tout temps et le maître espion Alex Radó y vivait au temps de la fureur nazie. Il avertit la Russie de l’imminence de l’invasion des troupes du Reich.

L’affaire qui tend aujourd’hui les relations russo-suisses concerne l’empoisonnement de l’agent Sergueï Skripal et de sa fille, à Londres. Les diplomates russes en poste en Suisse y auraient contribué, espionnant par ailleurs le laboratoire bernois de Spiez. Un bien vilain geste envers un pays qui reste un partenaire de choix et où ses oligarques investissent en masse. Le milliardaire Roman Abramovitch y aurait bien coulé des jours heureux. Un acte indélicat aussi envers un intermédiaire important dans les dossiers du nucléaire iranien ou des armes chimiques syriennes.

Le rapport du gouvernement suisse sur l’espionnage russe, censé rester… secret, a provoqué quelques clapotis diplomatiques ces dernières semaines. Les ambassadeurs ont été convoqués, les ministres se sont rencontrés et ont promis de se réconcilier. Tout semble donc rentrer dans l’ordre. Entre diplomates, on sait être polis.

BHL : «Je suis inapte à faire de la politique»

Aviel Cahn, l’opéra n’est pas un musée!Paris Match Suisse | Publié le 20/03/2019   Trinidad Barleycorm   Toujours, il a pris une position tranchée dans les conflits et les débats sociaux. Souvent, il a déclenché la polémique. Mais infatigable, le philosophe...

Trente ans, le bel âge pour le café du Beau-Rivage

Trente ans, le bel âge pour le café du Beau-Rivage Paris Match Suisse | Publié le 04/10/2018 Anne-Marie Philippe   Les Folies du Café: 30 ans ça se fête! Début septembre, tous les collaborateurs et la brigade de cuisine ont mis les petits plats dans les...

Brigitte Violier, la femme libérée. Elle pense à déménager.

Brigitte Violier, belle et élégante, nous reçoit chez elle, dans son intimité. Pour la première fois, après la disparition de son mari, le chef étoilé Benoît Violier, elle nous ouvre son cœur.

Christian Constantin: «Je n’ai pas l’appât du gain»

Christian Constantin « Je n’ai pas l’appât du gain » Paris Match Suisse | Publié le 31/05/2018   Bertrand Monnard  | Photographie Valdemar Verissimo Christian Constantin est le plus fervent défenseur des JO à Sion en 2026. Avant le vote décisif du 10 juin, il nous...

Victor Mathys : Blossom

«Notre mission est simple: améliorer la qualité vie de nos clients en fournissant des produits cannabinoïdes de la plus haute qualité»

A la découverte du Grand Nord russe

Dix-sept étudiants romands ont embarqué cet été aux côtés de chercheurs de tous horizons sur les mers glacées de la Russie septentrionale. Au-delà de l’académique, une expérience de vie particulière.

Constantin Macherel, Virtuoso per cello

C’est son premier disque, mais certainement pas le dernier. A 28 ans, le violoncelliste lausannois Constantin Macherel est déjà un virtuose réputé.

Le Yakumanka à Genève

Le chef star de la gastronomie péruvienne, Gastón Acurio, a investi depuis trois mois les cuisines du Mandarin Oriental et c’est déjà un succès!

Paléo, les coulisses du succès

Paléo, les coulisses du succès Paris Match Suisse | Publié le 12/07/2018   Joan Plancade Créer et faire vivre une ville éphémère de 50 000 festivaliers, c’est le défi que relève cette année encore Daniel Rossellat et l’équipe du Paléo Festival sur la plaine de...

Mathieu Jaton : « Montreux est une belle absurdité »

Mathieu Jaton : « Montreux est une belle absurdité » Paris Match Suisse | Publié le 14/06/2018   Alexandre Lanz A quelques semaines de la 52e édition du Montreux Jazz Festival et sa 6e en tant que directeur, Mathieu Jaton nous reçoit chez lui, dans un beau quartier...
Share This