Aviel Cahn, l’opéra n’est pas un musée!

Paris Match Suisse |

Directeur désigné du Grand Théâtre, Aviel Cahn va appliquer à Genève les méthodes qui ont fait son succès en Belgique.

A 30 ans, à la tête du Stadttheater de Berne, Aviel Cahn passait pour le plus jeune directeur d’opéra. Quatre ans plus tôt, il était déjà chargé des relations internationales de l’Orchestre national de Chine. A 27 ans, responsable du casting à l’Opéra d’Helsinki, il assurait également la programmation de cette importante maison lyrique. Un passage à la direction de l’Orchestre de chambre de Zurich, et à 34 ans ce jeune homme pressé prenait les rênes de l’Opéra des Flandres dont il faisait une scène de premier plan! Le voilà directeur désigné du Grand Théâtre de Genève, mandat qu’il assurera pleinement dans une année.

Bien qu’il n’ait jamais travaillé en terre francophone, Aviel Cahn parle sans accent un excellent français. Serait-ce parce que son père avait enseigné la littérature française? «Il avait même consacré sa thèse à André Gide. Mais à la maison on ne parlait pas français. C’est une langue que j’ai apprise à l’école et que j’ai un peu pratiquée dans les milieux diplomatiques à Beijing, Helsinki et Berne.» S’il n’a pas été élevé dans la langue française, Aviel Cahn a baigné, en revanche, dans une atmosphère culturelle. Roger Cahn, son père, avait fondé le célèbre magazine «Musik und Theater». Jusqu’à son décès, en août dernier, il dirigeait même à Zurich l’agence «Culture Link» qui tissait des liens entre la culture et le monde des affaires, notamment en matière de mécénat et de sponsoring.

«Mon père connaissait beaucoup d’artistes, musiciens et acteurs. Ils venaient souvent dîner à la maison.» Dès l’âge de 6-7 ans, Aviel nourrit une passion pour l’opéra. Une représentation d’«Aïda» au Hallenstadion est comme une révélation. Son frère aîné, lui, s’y ennuie beaucoup… Aviel intègre donc le Chœur d’enfants de l’Opernhaus zurichois, puis étudie le chant et le piano. Adolescent, il entrevoit son avenir comme ténor ou comme hôtelier… il adore, d’ailleurs, faire la cuisine. Mais le sens des réalités prend le dessus. Il entreprend des études de droit qu’il achève par une thèse sur «La position juridique du directeur de théâtre».

La théorie, c’est bien. La pratique, c’est mieux. Parallèlement à ses études, Aviel Cahn fait différents stages qui lui apportent une expérience précieuse, notamment à la Fondation Rudolf Noureev dont le siège est à Zurich et au festival Young Artists in Concert à Davos.

Rompu aux méthodes de management anglo-saxon, le directeur désigné du Grand Théâtre de Genève ne fait pas mystère de son irritation devant les atermoiements passés entre l’Etat et la Ville au sujet du financement de la scène municipale. Mais le bulldozer sait se faire diplomate. «Avec le nouveau gouvernement de l’Etat et la Ville de Genève, j’espère nourrir une dynamique positive qui portera finalement ses fruits. Ce que je souhaite, c’est que les choses avancent de façon pragmatique. Don’t talk about it! Let’s just do it!»

Comme il l’a fait avec l’Opéra des Flandres où ses productions ont été couronnées de prix prestigieux, Aviel Cahn veut faire du Grand Théâtre une scène internationale qui compte, notamment en programmant des ouvrages contemporains et en proposant des mises en scène décapantes. «L’Opéra n’est pas un musée. Il ne doit pas sentir la poussière.» Les prises de risque ne lui font pas peur. «No risk no fun!», sourit-il.

A la découverte du Grand Nord russe

Dix-sept étudiants romands ont embarqué cet été aux côtés de chercheurs de tous horizons sur les mers glacées de la Russie septentrionale. Au-delà de l’académique, une expérience de vie particulière.

Michèle Bernier : un peu, beaucoup, passionnément !

La fille du professeur Choron, cofondateur de Hara-Kiri et Charlie Hebdo respire la bonne humeur à la vie comme sur scène. Un échange avec la comédienne et humoriste reste un moment privilégié. Entre son optimisme, sa philosophie de vie toute en nuances où le réalisme flirte avec une incroyable joie de vivre, l’artiste séduit d’emblée.

Diane Tell, un magnifique album signe son retour

Celle qui chantait « Si j’étais un homme », star incontestée des années 1990, fait son retour avec un album tout en douceur et poésie.

Scandale à Crans-Montana

Scandale à Crans-Montana Paris Match Suisse | Publié le 12/07/2018   Me Yves Jeanrenaud Pas de ski pendant 48 heures à cause d’une dispute entre un milliardaire tchèque et des communes valaisannes   Pâques 2018. Tout est réuni pour que la saison d’hiver se...

Amazonie :  les rivières  volent

Une expo d’Aquatis explique l’importance des arbres tropicaux pour la sauvegarde du climat sur la planète.

Yvan Arpa, un créateur avant-gardiste

Yvan Arpa a fondé ArtyA en 2009. La marque de haute horlogerie est reconnue depuis pour sa créativité hors normes et ses montres uniques.

Louis Camilleri, L’air de (vraiment) rien

Louis Camilleri, L’air de (vraiment) rien Paris Match Suisse | Publié le 06/09/2018 François Schaller Le nouveau président exécutif de Ferrari a grandi et étudié à Lausanne. Bien des gens s’en souviennent et retiennent leur souffle: le boyfriend de Naomi Campbell...

Quand la famille royale de Thaïlande vivait à Lausanne

A la suite de son père Cléon, Lysandre Séraïdaris maintient vivant à Lausanne le souvenir des rois Ananda et Bhumibol.

Une bonne mine toute l’année

Depuis plus de trente ans, les autobronzants révolutionnent les routines beauté. Car s’il est bon de faire attention au soleil, le teint couleur endive ne sied à personne!

Agnès Jaoui – Rencontres du 7ème art à Lausanne

Femme la plus césarisée du cinéma français avec six trophées, Agnès Jaoui a participé en mars à Lausanne aux Rencontres 7e Art, le festival de cinéma initié par son ami de longue date Vincent Perez.

Pin It on Pinterest

Share This