Bongénie : le pari de l’expérience

Paris Match Suisse |

 

L’enseigne familiale genevoise confie à ses jeunes représentants de la cinquième génération le soin de réinventer la tradition. Avec le défi de taille de perpétuer un héritage plus que centenaire, dans un secteur de la mode en profonde mutation.

 

Dans les grandes familles industrielles et commerciales, il est d’usage de grandir dans l’ombre du patriarche, figure tutélaire du succès entrepreneurial. Pourtant, autour de la table ronde du 7e étage du Bongénie, rue du Marché à Genève, on comprend rapidement que ces héritiers-là ne sont pas venus pour faire de la figuration.

 A commencer par Sarah de Picciotto, nièce de Pierre Brunschwig, un des trois représentants en descendance directe de la quatrième génération. A 28 ans, elle affiche le caractère déterminé qui sied à son poste d’acheteuse des nouvelles collections. Diplômée de business management à Genève, passionnée de mode, elle assume aujourd’hui «son job de rêve», loin pourtant d’aller de soi pour une toute jeune professionnelle.

 

Une période charnière

 La jeune femme travaille aujourd’hui sous la responsabilité de son frère Mikael, 31 ans et déjà six ans dans le groupe, aujourd’hui associé et directeur des achats. Loïc Brunschwig, fils de Nicolas, 24 ans et fraîchement diplômé de l’EHL et HEC Paris, vient de prendre en septembre sa fonction au développement cross canal, stratégie de diffusion complémentaire physique et en ligne. Une branche e-commerce que Mikael a participé à faire éclore et grandir ces dernières années.

 Afin d’assumer ces postes clés, la cinquième génération n’a pas eu à faire le forcing. Pour Pierre Brunschwig, qui détient le groupe à parts égales avec sa cousine Anne-Marie de Picciotto et son frère Nicolas, la transition accélérée s’imposait: «Le momentum est bon car le marché change, le client change, les fréquentations changent, et nous nous faisons un peu vieux. Il faut être créatifs face au rouleau compresseur des acteurs digitaux si l’on veut être encore là demain.»

 

Du bazar à la haute couture parisienne

 Rester à la hauteur des aînés demeure plus que jamais un challenge, dans une entreprise qui a marqué l’histoire du commerce en Suisse. Une aventure débutée en 1891, quand Adolphe, épicier boulanger de son état et immigré juif «d’un petit village alsacien où la moitié des tombes du cimetière portent le nom de Brunschwig», fonde à Genève le «Bon Génie». Un bazar loin du luxe, où se vendaient pêle-mêle meubles et livrées de domestiques. La conquête du pays allait se faire progressivement, de l’ouverture en 1911 du magasin de Lausanne, place de la Palud, jusqu’au rachat en 1972 de Grieder, le pendant alémanique de Bongénie, spécialiste des étoffes de luxe notamment la broderie de Saint- Gall très prisée de la haute couture.

 Si Emile, fils d’Adolphe et l’un des premiers capitaines juifs de l’armée suisse, a impulsé l’orientation vestimentaire, c’est la troisième génération qui, au sortir de la guerre, prend le grand tournant. Suite au décès brutal d’Emile en 1955, il a fallu se plonger rapidement dans le grand bain pour ses fils, et s’imposer face aux cadres de l’entreprise peu enclins à voir ces jeunes inexpérimentés prendre les commandes: «Mon père, Michel, l’a fait un peu résigné, estime Pierre Brunschwig. Il n’était intéressé ni par le produit, ni par la technique, mais il avait cette sacro-sainte considération de la famille qui nous unit. Jean-Jacques au contraire, était un homme de mode et de publicité.» C’est d’ailleurs lors d’un stage aux Etats-Unis, chez la maison Lord & Taylor, que Jean-Jacques puisera l’inspiration pour faire de Bongénie le distributeur incontournable de la mode que l’on connaît.

 

Souvenirs des années fastes

 De la ténacité et la complémentarité des frères allaient naître «les soixante glorieuses», selon l’expression de Pierre Brunschwig, quand l’entreprise avait personnellement ses entrées auprès des grands couturiers parisiens. «La femme de Jean-Jacques était une passionnée. Elle connaissait toute la nouvelle génération des années 70 et début 80, Sonia Rykiel ou encore Kenzo. La mode était plus créative et indépendante.»  Emblématique de cette période faste qui a duré jusque dans les années 2000, le centenaire en 1991, où pendant deux jours, le magasin de Genève est vidé pour donner lieu à une rétrospective du siècle, avec cinéma et cabaret éphémères. Un événement qui attire 12 000 personnes et coûte près de 2 millions de francs. «Arrêter de vendre, là où les autres feraient une grande opération commerciale… Une idée de mon père, qui n’était pas un homme d’argent», évoque, amusé, Pierre Brunschwig.

 La situation a depuis bien changé, avec l’émergence de grands groupes comme Kering, LVMH ou Richemont «qui font la loi», selon le dirigeant qui dépeint avec nostalgie l’époque des créateurs, «quand on parlait plus de griffe et d’avant-garde, que d’industrie du luxe. Des années où tout était plus facile, l’université, le marché du travail, les affaires…» Inquiet de la disparition des commerces indépendants, Pierre Brunschwig met toutefois en avant les forces du groupe, 700 «employés fidèles», une forte notoriété et des emplacements stratégiques au cœur des villes. Pour la nouvelle génération, il reste confiant: «Il y a une base solide pour se réinventer.»

BHL : «Je suis inapte à faire de la politique»

Aviel Cahn, l’opéra n’est pas un musée!Paris Match Suisse | Publié le 20/03/2019   Trinidad Barleycorm   Toujours, il a pris une position tranchée dans les conflits et les débats sociaux. Souvent, il a déclenché la polémique. Mais infatigable, le philosophe français...

Au paradis des glaces

Le mois de mars est idéal pour partir explorer les contrées du Nord: paysages féeriques, fréquentation limitée et un ensoleillement quotidien suffisamment long pour en profiter pleinement.

Le Yakumanka à Genève

Le chef star de la gastronomie péruvienne, Gastón Acurio, a investi depuis trois mois les cuisines du Mandarin Oriental et c’est déjà un succès!

Le monde à nos pieds

Un quart de siècle, c’est long, c’est court aussi. C’est le temps qu’il faut aux six personnages principaux de «Le monde à nos pieds» pour devenir ce qu’ils sont.

Comédie fédérale

Quatre candidats sont en lice pour deux places au gouvernement. Il y a quelques semaines encore, personne ne les connaissait. Tant mieux!

Ciel mes bijoux !

Ciel mes bijoux ! Paris Match Suisse | Publié le 31/10/2018   Jean Pierre Pastori Une fois de plus, Bernard Piguet organise des enchères exceptionnelles. Le 10 décembre, son Hôtel des ventes genevois fera l’actualité avec la Collection Gilbert Albert. L’occasion de...

Tout ce que vous devez savoir sur… Antoine Tschumi

Tout ce que vous devez savoir sur… Antoine Tschumi Paris Match Suisse | Publié le 08/02/2018 Amelia Geneux Antoine Tschumi est designer horloger depuis vingt ans. Alors, il court beaucoup, dessine souvent et réinvente des montres tout le temps.   C’est en...

Ils affrontent la maladie avec dignité

Ils affrontent la maladie avec dignité Paris Match Suisse | Publié le 15/11/2018  Bertrand Monnard  Jean-Claude Biver, Léonard Gianadda et Pierre Naftule, trois célébrités romandes, sont gravement atteintes dans leur santé.Ce sont trois des personnalités les plus en...

Jonas Schneiter : Né pour le micro

Jonas Schneiter : Né pour le microParis Match Suisse | Publié le 13/12/2018   Bertrand Monnard   Plus que jamais, Jonas Schneiter (28 ans) est l’animateur star de Suisse romande. Une vocation depuis l’enfance.   Dès le 15 décembre, Jonas Schneiter animera, pour...

Plein la vue …

Plein la vue … Actualités Culture du 15 novembre 2018Paris Match Suisse | Publié le 31/10/2018   Jean Pierre Pastori  Le commissaire écrit, la tortue chante, Pajak expose, avec Marcel Imsand en toute intimité. De quoi en mettre plein la vue.Touche pas au grisbiLes...
Share This