L’Histoire horlogère suisse en héritage

Paris Match Suisse |

La bijouterie Junod à Lausanne, plus ancienne enseigne familiale de Suisse romande, témoigne de 150 ans d’horlogerie dans le pays. Des artisans pionniers du XIXe siècle à l’ère des marques prestigieuses, cinq générations ont su évoluer avec le métier.

 

Au premier regard, en entrant dans la bijouterie Junod, place Saint-François à Lausanne, rien ne distingue l’établissement des autres enseignes haut de gamme du secteur. Lumière tamisée, ambiance feutrée, vitrines soignées, l’œil est toutefois rapidement attiré par la mécanique originale de la pendule Atmos de JaegerLeCoultre, «souvent offerte comme cadeau diplomatique par la Confédération», souligne une vendeuse. Tranchant avec cette modernité, un épais livre ancien relié retient l’attention. Nicolas Goei, 58 ans discret et soigné, cinquième génération à la tête l’entreprise, se saisit avec minutie du «Traité d’horlogerie moderne», daté de 1869 et largement annoté par son arrière-arrière-grand-père, Ami Junod, premier de la dynastie joaillière. «Ce traité est très complet. Jean-Claude Biver m’a dit un jour que si tout brûlait et qu’il ne devait rester que ce livre, on pourrait intégralement refaire une montre.»

Un gamin de Sainte-Croix à la découverte de l’Amérique

Loin d’une curiosité anecdotique, l’ouvrage traduit la passion de Nicolas Goei pour l’histoire familiale, à laquelle il a décidé de consacrer un étage de la boutique, l’ancien atelier d’horlogerie de l’aïeul fondateur. Les photos Belle Epoque de la famille et de l’atelier côtoient les pages jaunies des premiers livres de comptes. Sur l’établi d’origine, vieux de deux cents ans, une caisse à outils d’époque, celle d’Ami Junod, qui fraîchement diplômé d’horlogerie, part aux Amériques en quête d’expérience et d’aventure, avant d’ouvrir son atelier à Sainte-Croix en 1867: «C’était l’époque des artisans, les marques avaient moins d’importance, relève Nicolas Goei. Les montres étaient assemblées sur mesure. Comme la ligne de chemin de fer était fermée en hiver, mon aïeul descendait à vélo livrer jusqu’à Lausanne et même Nyon avec sa petite sacoche!»

C’est également Ami Junod qui ouvrira la boutique de Saint-François, «on ne sait plus exactement quand, mais vers 1885.» Ses deux fils emboîteront le pas, avec un apprentissage pour Fernand et Robert, suivi d’un voyage aux Etats-Unis. «Dans la famille, on fait ses preuves depuis la base», souligne Nicolas Goei, qui rappelle avoir suivi un stage de vendeur à Bâle après ses études en gemmologie et tenu la caisse et aidé aux paquets de Noël à la boutique familiale, tout jeune, «pour 10 francs de l’heure.» Une implication qui a permis à la famille de traverser deux guerres, la crise des années 30, ainsi que les mutations du secteur comme l’émergence des grandes marques.

 Le tournant des grandes marques

Témoin des révolutions du métier, Pierre Junod, troisième génération garde dans l’imaginaire familial l’image du «patriarche». Premier profil commercial de la lignée, il a connu l’hégémonie d’Omega sur le marché dans les années 60. «Un jour, ils sont venus voir mon grand-père, raconte Nicolas Goei, et lui ont demandé de devenir une boutique Omega, et de ne distribuer que les marques du groupe. Vu qu’ils archi-dominaient le marché, la proposition ne se refusait pas.» Une photo noir et blanc soignée, aux perspectives angulaires très sixties, rappelle l’époque où l’enseigne Omega couvrait la devanture, au côté du nom de la famille. Pour Nicolas Goei, pragmatique, pas de blessure d’orgueil: «On vendait 40 montres par jour à l’époque, c’est à ce moment que le business a réellement décollé.» Des Trente Glorieuses fastes qui permettent à Pierre Junod de racheter au reste de la famille les six étages de l’immeuble de Saint-François.

 «Quand Biver venait à la boutique, je lui disais «vend ton produit»

 L’héritage familial aurait pu disparaître, si l’une des deux filles de Pierre Junod, peu portée sur la succession, n’avait rencontré sur une plage d’Espagne Lionel Goei, Indonésien d’origine chinoise, élevé en Hollande et diplômé d’HEC Paris, qu’elle épousera avant qu’il ne rejoigne la boutique familiale. Aujourd’hui âgé de 85 ans, le doyen, élégant et lucide, monte chaque jour à son bureau, même s’il a transmis dès 1986 le flambeau à son fils Nicolas, seulement 10 ans après avoir pris officiellement la direction de l’entreprise. «J’ai dû faire le dos rond longtemps, avant de taper du poing sur la table et faire valoir mes idées auprès de mon beau-père», se rappelle-t-il. En particulier, celle de faire entrer d’autres marques face à Omega. Il se rappelle des visites régulière d’un «jeune homme fringant» Jean-Claude Biver, qui a eu l’idée au tournant des années 80 de revaloriser le mouvement classique en pleine période de la montre à quartz. «Ses montres se vendaient très bien. Quand il venait relever les compteurs à la boutique le samedi, et que des clients demandaient une Blancpain, je lui disais: «Vends ton produit» évoque-t-il, amusé.

Sans descendance directe, Nicolas Goei travaille depuis 8 ans avec sa sœur Nathalie et garde un regard attentif sur ses neveux et nièces. En particulier sa nièce, créatrice de bijoux, qui envisagerait de monter à l’étage un atelier dédié. Si la succession est loin d’être assurée, le dirigeant laisse la porte ouverte: «C’est le propre de la famille que chaque génération apporte ses idées. Bien sûr, je serais sensible à voir l’œuvre familiale se perpétuer, mais je ne bouscule personne. Ça se fera si ça doit se faire.»

Douglas Kennedy

Il joue sur les sentiments des êtres avec la virtuosité que seul offre un violon Stradivarius.
Un génie de l’analyse. Nous sommes littéralement conquis.

PIERCE BROSNAN

Son nom a été Bond, James Bond. Et lorsqu’il apparaît en janvier au Salon International de la Haute Horlogerie à Genève (SIHH), Pierce Brosnan semble presque avoir repris du service tant il en impose par son élégance, sa stature et son flegme imperturbable face à la foule qui l’immortalise sur le stand de Speake-Marin

L’ atelier  Gourmand

A  l’hôtel-restaurant  Terminus, si  la  table  gastronomique  du  chef  valaisan  Didier de  Courten, doublement  étoilée  est  une  étape  incontournable  en  Suisse, sa brasserie « L’ Atelier  Gourmand » mérite  à  elle  seule  une  visite  à  Sierre.

Il lago, cuisine italienne au sommet!

Au bord du lac Léman, les créations inspirées de la cuisine du sud de l’Italie du chef Massimiliano Sena font briller l’étoile de la table d’exception du Four Seasons Hôtel des Bergues.

Yann Sommer : Si beau gosse, si talentueux, si modeste

Par son talent et sa mentalité, Yann Sommer, le gardien de l’équipe suisse, fait l’unanimité. En plus, il est brillant en cuisine et guitariste à ses heures. Le pays attend beaucoup de lui à l’Euro en ce mois de juin.

Constantin Macherel, Virtuoso per cello

C’est son premier disque, mais certainement pas le dernier. A 28 ans, le violoncelliste lausannois Constantin Macherel est déjà un virtuose réputé.

Destination soleil

Des balades dans la nature, des visites culturelles, des bains dans des sources chaudes ou dans la mer Méditerranée, explorez ces îles et faites le plein d’air marin.

Yvan Arpa, un créateur avant-gardiste

Yvan Arpa a fondé ArtyA en 2009. La marque de haute horlogerie est reconnue depuis pour sa créativité hors normes et ses montres uniques.

Faire marcher les paraplégiques

Faire marcher les paraplégiquesParis Match Suisse | Publié le 13/12/2018 Anne-Marie Philippe  Les bonnes choses iraient-elles toujours par deux? Pour la première fois la Fondation suisse pour paraplégiques (FSP) et la Fondation internationale pour la recherche en...

Quelle femme se cache derrière Christian Lüscher, homme politique et avocat ?

Quelle femme se cache derrière Christian Lüscher, homme politique et avocat ? Paris Match Suisse | Publié le 06/09/2018 Anne-Marie Philippe | Photographie Valdemar Verissimo Marie, gérante de fortune, Hollandaise d’origine, blonde, belle et grande. Christian tombe...

Pin It on Pinterest

Share This