Grandes Tables de Suisse, Ambassades gourmandes

Paris Match Suisse |

La grande cuisine est aussi un outil de communication performant: en duo avec Présence Suisse, l’association des Grandes Tables de Suisse part à la conquête de la planète, en ambassade de l’excellence helvétique.

«La gastronomie suisse ne se résume pas à ses produits, aussi formidables soient-ils. D’autres acteurs sont essentiels à la perception de notre pays: ses chefs!» affirme Nicolas Bideau, directeur de Présence Suisse. C’est ainsi qu’est née la collaboration avec les Grandes Tables de Suisse. Vous ne les connaissez pas, ces Grandes Tables? Cette association regroupe pourtant parmi elle les plus brillants cuisiniers du pays et se profile donc en vitrine de l’excellence de la gastronomie helvétique de haut vol.

La preuve, le 15 mai dernier, à la résidence de l’ambassadeur de Suisse, à Paris: dans le cadre raffiné de l’hôtel Chanac de Pompadour, cinq cuisiniers suisses (Bernadette Lisibach, Pierre-André Ayer, Lorenzo Albrici, Guy Ravet, Pierrick Suter) ont concocté un menu à dix mains pour un parterre de vingt convives triés sur le volet. Chacun des chefs a préparé un plat représentatif de sa région. Et pour valoriser ces mets, Paolo Basso, meilleur sommelier du monde en 2013, a choisi des vins suisses, évidemment de haute tenue (voir encadré). C’était la première d’une série d’événements à l’échelle internationale, visant à profiler la Suisse comme destination gastronomique.

Hommage à Benoît Violier

Pierre-André Ayer, le président des Grandes Tables de Suisse se réjouit de ce projet: «Cette collaboration était le vœu de Benoît Violier. C’est lui qui en avait eu l’idée. Et je la trouvais excellente. Alors, lorsque j’ai rencontré Nicolas Bideau, j’en ai profité pour remettre le thème sur la table et je suis très heureux de le voir aboutir.»

Ce projet est également fédérateur pour l’association présidée par Pierre-André Ayer: «Les temps changent, les associations comme la nôtre forcément aussi. En 28 ans, l’évolution est remarquable», constate-t-il. Ses membres incarnent le jury de prestigieux concours comme le Bocuse d’Or, ils décernent des prix et soutiennent les jeunes qui se lancent dans la carrière de cuisinier. De son côté, Stéphane Décotterd s’engage pour le prix Taittinger, autre vecteur d’excellence qui révèle l’intérêt pour la gastronomie en Suisse. Mais pour bien exister, il faut sans cesse se remettre en question.

Au chapitre des changements au sein de l’association, on relève notamment la présence croissante de chefs œuvrant dans des cuisines de grands hôtels: «Au départ, nous ne regroupions que des chefs indépendants. Mais la grande hôtellerie a beaucoup investi le monde de la gastronomie.» Sur quarante membres de haut vol, seize sont aujourd’hui des hôtels. Aux yeux de certains membres, valoriser ces chefs paraissait injuste, puisqu’ils sont salariés et ne sont donc pas soumis aux mêmes soucis de rentabilité et de gestion que leurs collègues indépendants. «Je pense au contraire que nous sommes tous des cuisiniers avant tout. Nous devons donc tirer à la même corde», affirme le président des Grandes Tables de Suisse.

L’union fait la force

C’est ce qu’ils ont fait. En publiant pour la deuxième fois cette année un livre répertoire présentant tous les membres de leur association. Un coup d’œil à cet ouvrage suffit à faire rêver! De paysage idyllique en hôtel de charme et de coup d’œil enchanteur en table raffinée, on y rencontre des personnalités attachantes, des cuisiniers passionnés et des plats d’une étourdissante beauté. Puis, ils ont réalisé un film aussi, que l’on peut visionner sur le site de l’association. Là encore, la beauté de la Suisse et de ses produits rencontre l’enthousiasme de chefs doués. Une application, enfin, a vu le jour pour guider ses utilisateurs à travers l’univers fascinant de la gastronomie suisse.

Autre témoin de la vitalité de ce groupement de talents, un nouveau chef a par ailleurs rejoint les Grandes Tables de Suisse cette année: «Nous avons désormais la chance de compter parmi nos membres Marcus Lindner» a annoncé Pierre-André Ayer lors de la conférence de presse du groupement au printemps passé: «Sa passion, son exigence, ses valeurs et sa créativité sont indéniablement des atouts dans notre quête perpétuelle d’excellence. Nous sommes fiers de compter sur la présence de Marcus au sein de notre organisation.»

D’origine autrichienne, Marcus Lindner a obtenu 17 points au Gault&Millau et il officie dans le cadre idyllique du restaurant Sonnenberg, un belvédère qui domine le lac de Zurich. «A mes yeux, l’art culinaire doit révéler des aliments de premier ordre sans les dénaturer, mais en les conciliant avec une conception contemporaine de la gastronomie», explique le chef. Présenté comme ça, on y court!

 

Grand dîner à Paris

C’est au 142, rue de Grenelle, dans l’élégant 7e arrondissement de Paris, que les Grandes Tables de Suisse ont initié leur nouveau concept d’ambassadeurs de la gastronomie helvétique en collaboration avec Présence Suisse. Dans le cadre exceptionnel de l’hôtel Chanac de Pompadour également appelé hôtel de Besenval, une demeure exquise datant de 1704 qui appartient à la Confédération helvétique et qui abrite son ambassade, une vingtaine de convives ont dégusté un menu et des vins de haut vol.

Membres du Club des Cent, sénateurs, députés, membres de l’Académie des sciences morales et politiques et diplomates étaient attablés sous le grand lustre de Murano pour ce dîner exceptionnel.

En cuisine, Pierre-André Ayer, président des Grandes Tables de Suisse est venu en chef de file. A ses côtés, Bernadette Lisibach (Neue Blumenau, Lömmerschwil, 16/20), Lorenzo Albrici (Locanda Orico, Bellinzone, 16/20), Guy Ravet (L’Ermitage des Ravet, Vufflens-le-Château, 19/20), Pierrick Suter (La Table des Suter, Lucens, 17/20). Et pour assurer un choix et un service des vins hors pair, le meilleur sommelier du monde 2013, le volubile Paolo Basso, a régalé les convives de ses commentaires ciselés.

Au menu, les meilleurs produits suisses: féra fumée, omble délicat, veau tendrissime. Pour les escorter: pain de seigle, risotto, fenouil au safran. Pour terminer: gruyères, vacherins et poires à Botzi caramélisées, avant la délicate meringue à la crème double de la Gruyère et aux fraises fraîchement cueillies… en Suisse, bien sûr. Et dans les verres, les plus grands vins suisses. L’assistance a chaviré!

Michèle Piccard, la pilote du pilote

Michèle Piccard, la pilote du piloteParis Match Suisse | Publié le 20/03/2019   Olivier Grivat   L’épouse du «savanturier» publie un livre expliquant aux enfants «l’avion qui vole avec le soleil». Le couple se complète et s’épaule dans la lumière de Solar Impulse. ...

Trois hôtels, trois dépaysements de charme

Une envie de dépaysement? Ces trois hôtels ont un point commun, un petit bout de rêve à savourer.

Tout ce que vous devez savoir sur … Christian Karembeu

Tout ce que vous devez savoir sur ... Christian Karembeu Paris Match Suisse | Publié le 28/06/2018 Bertrand Monnard Champion avec les Bleus en 1998, la star française nous a accordé à Genève une interview avant le Mondial en Russie.   Ses pronostics pour les...

Steve Guerdat «C’est une leçon pour notre société»

Star du sport suisse, champion olympique d’hippisme à Londres en 2012, le Jurassien Steve Guerdat (37 ans) possède non seulement un talent hors norme mais il porte toujours sur les choses un regard plein de lucidité, d’intelligence, ce qui n’est pas monnaie courante dans le monde du sport.

Musique en couleurs

Le célèbre violoniste Fabrizio von Arx fête les 300 ans de son non moins célèbre Stradivarius en fanfare ! L’instrument, un violon baptisé « The Angel » (ex Madrileno) a été acquis en 2017 pour un montant de 8 millions de dollars et a été béni par le Saint-Siège. Sa mission : incarner la paix.

UN PEU PLUS SENSIBLE CHAQUE ANNÉE

Benno Widmer est en charge à Berne de l’inflammable question des restitutions d’œuvre d’art aux Etats d’origine.

BHL : «Je suis inapte à faire de la politique»

Toujours, il a pris une position tranchée dans les conflits et les débats sociaux. Souvent, il a déclenché la polémique. Mais infatigable, le philosophe français Bernard-Henri Lévy, 70 ans, repart en croisade, sur les planches cette fois

Tout ce que vous devez savoir sur… Jean-Benoît Schüpbach

Tout ce que vous devez savoir sur… Jean-Benoît Schüpbach Paris Match Suisse | Publié le 12/07/2018   Frédéric Rein Ce spécialiste des semelles sur mesure chausse aussi bien les quidams que les plus grands sportifs du monde.   Un savoir-faire reconnu au-delà des...

Oldtimers, le charme de l’ancien

Impossible de se lasser de l’esthétisme des vieilles voitures. Coup de projecteur sur trois modèles toujours d’actualité.

Marc Veyrat «Le secret de ma réussite, c’est de n’avoir jamais eu de certitudes»

A l’occasion de son 70e anniversaire, ce 8 mai, Marc Veyrat, en plein confinement en France voisine, s’est confié sur son parcours et son demi-siècle d’excellence aux fourneaux.

Pin It on Pinterest

Share This