Tout ce que vous devez savoir sur… Caroline Coutau

Paris Match Suisse |

Elle s’imaginait danseuse. Elle est éditrice. Pour lecteurs et écrivains, Zoé, sa maison d’édition, à Carouge, est une référence

Editrice, tout un métier

Voilà dix ans que Caroline Coutau œuvre dans une des meilleures maisons d’édition, Zoé, et près de huit qu’elle en assure la direction. Son métier, c’est successivement chez Labor et Fides, à Genève, et chez Noir sur Blanc, à Lausanne, qu’elle l’a appris; deux éditeurs aux vocations foncièrement différentes. Labor et Fides s’est acquis une grande réputation dans le registre spirituel et théologique, tandis que le catalogue de Noir sur Blanc a pour cœur les domaines polonais et russe. Pour sa part, Zoé se voue à la littérature étrangère et francophone, romande tout particulièrement. «J’ai beau avoir fait littérature française à l’Université, je n’avais jamais étudié un auteur suisse romand! Autant dire que j’ai eu un sacré retard à rattraper!»

Le riche catalogue de Zoé

Dans le catalogue constitué par Marlyse Pietri, la fondatrice de Zoé à laquelle elle a succédé, Caroline Coutau a fait son miel des livres de Nicolas Bouvier, Ella Maillart et Anne-Marie Schwarzenbach, autant d’écrivains voyageurs, comme d’Agota Kristof et de Catherine Safonoff, de Robert Walser et de Matthias Zschokke, prix Femina étranger 2009. «J’ai découvert en Suisse une littérature d’une extrême qualité, à commencer par Ramuz dont je suis devenue fan!» Zoé publie vingt-cinq titres par année, et en a près de mille à son actif.

Une première vocation: la danse

Rien, pourtant, ne destinait Caroline à embrasser le métier d’éditrice. A l’Université de Genève, elle opte pour le français, la linguistique et l’anglais, avec à la clé un mémoire sur le dramaturge Bernard-Marie Koltès. Mais sa première vocation la porte vers la danse contemporaine. Ce qui l’amène à l’école de Merce Cunningham, à New York. «Se trouver propulsée, seule, à dix-huit ans et demi dans cette mégapole, a été une expérience existentielle! Je suis très travailleuse, mais j’ai vite compris qu’en matière de danse, le travail ne suffit pas. Je n’étais pas assez douée.» De retour en Suisse, elle se frotte à la programmation de spectacles et rédige des critiques chorégraphiques pour le «Journal de Genève».

Des séjours formateurs

Deux autres séjours à l’étranger se révèlent particulièrement formateurs. En 1992, avec son mari Luis Lema, nommé correspondant du «Journal de Genève» à Madrid, elle vit le 500e anniversaire de la découverte de l’Amérique, les Jeux de Barcelone et l’Exposition universelle de Séville. Deux années passionnantes: Caroline peut suivre de près les élections générales que remporte à nouveau Felipe González. Nouveau départ en 2000, Luis Lema étant envoyé par «Le Temps» à Jérusalem. En pleine Intifada, elle signe des reportages de part et d’autre de la «ligne verte» et se met tant à l’hébreu qu’à l’arabe.

A la tête d’une PME

A la fois bien culturel et produit, le livre nécessite de la part de l’éditrice sensibilité et rigueur. Lectrice passionnée depuis sa tendre enfance, Caroline Coutau n’en est pas moins à la tête d’une PME employant sept personnes en interne et autant en externe, pour un chiffre d’affaire qui oscille entre 1 600 000 et 1 800 000 francs. Marlyse Pietri avait eu la bonne idée de compléter l’édition par la diffusion-distribution. La maison distribue ainsi les livres de quelque quatre-vingts éditeurs, suisses, français et belges. Une assise financière bienvenue.

Mens sana in corpore sano

La Suisse ne représentant que 3% du marché français du livre, il est vital pour Zoé d’être bien diffusée outre-Jura. Caroline Coutau se rend deux fois par mois, en moyenne, à Paris et en région pour la promotion de ses nouveautés. Autant dire que cette mère de deux enfants – Irène, 21 ans, et Théo, 24 ans – a des semaines chargées. En couple désormais avec Gabriel de Montmollin, le directeur du Musée international de la Réforme, elle dit entretenir un dialogue permanent avec cet expert en édition qu’elle a connu lorsqu’il dirigeait Labor et Fides. La danse a laissé des traces: Caroline a besoin d’exercice physique pour se vider la tête. Jogging, natation, bicyclette, randonnée en montagne, tout au long de l’année.

LA  RUMBA  DU  CHAT

La sortie d’un album du Chat a valeur d’événement. Même lorsqu’il s’agit du vingt-deuxième !

Tout ce que vous devez savoir sur … Christian Karembeu

Tout ce que vous devez savoir sur ... Christian Karembeu Paris Match Suisse | Publié le 28/06/2018 Bertrand Monnard Champion avec les Bleus en 1998, la star française nous a accordé à Genève une interview avant le Mondial en Russie.   Ses pronostics pour les...

Constantin Macherel, Virtuoso per cello

C’est son premier disque, mais certainement pas le dernier. A 28 ans, le violoncelliste lausannois Constantin Macherel est déjà un virtuose réputé.

L’art de décoiffer en vendant la Suisse

Directeur de Présence Suisse depuis 2011, Nicolas Bideau a l’art de faire parler de notre pays en osant des coups.

Tout ce que vous devez savoir sur… Antoine Tschumi

Tout ce que vous devez savoir sur… Antoine Tschumi Paris Match Suisse | Publié le 08/02/2018 Amelia Geneux Antoine Tschumi est designer horloger depuis vingt ans. Alors, il court beaucoup, dessine souvent et réinvente des montres tout le temps.   C’est en...

Oldtimers, le charme de l’ancien

Impossible de se lasser de l’esthétisme des vieilles voitures. Coup de projecteur sur trois modèles toujours d’actualité.

Un week-end à Saint-Tropez

Quoi qu’on dise, Saint-Tropez restera un village mythique, magique, unique ! On le redécouvre toujours comme si c’était la première fois. L’émotion et l’intensité restent toutes aussi présentes.

Polyval : montée en puissance

La fondation sous l’impulsion de quelques personnalités engagées a su créer une belle synergie entre elle et les habitants.

Lara Gut et Valon Behrami : l’idylle de deux champions

Lara Gut et Valon Behrami : l'idylle de deux champions Paris Match Suisse | Publié le 23/08/2018 Bertrand Monnard A la surprise générale, Lara Gut et Valon Behrami, deux grandes stars du sport suisse, viennent de se marier, quelques mois à peine après avoir...

Ivan Brustlein : Swibeco

Créée en 2015 par le jeune entrepreneur lausannois, Ivan Brustlein la start-up Swibeco propose la seule plateforme digitale suisse de «Flexible Benefits » que tout employeur peut adapter à son entreprise selon ses goûts.

Pin It on Pinterest

Share This