Nathalie Herschdorfer, au nom des femmes

Paris Match Suisse |

 

Quelques jours avant sa nouvelle exposition consacrée à une grande star de la photographie contemporaine, la directrice du Musée des Beaux-Arts du Locle nous reçoit chez elle.

Regard bleu perçant, chevelure blonde qu’elle réunit en torsade vers l’arrière avant de la laisser retomber sur ses épaules: Nathalie Herschdorfer a tout d’une femme fatale, comme le cinéma aime les imaginer. D’ailleurs, quelque chose en elle fait penser à Romy Schneider. Ce premier lundi d’octobre, l’historienne de l’art nous reçoit dans son appartement moderne et lumineux situé dans les hauteurs de Lausanne. Pendant la discussion autour d’une table elliptique dans la salle à manger se terminant par un angle dur, la pluie ruisselle sur les larges baies vitrées. «Je ne me projette pas, chaque jour est un autre jour»: chez elle, aucune trace de nostalgie, pas plus qu’une volonté de divination du futur, elle vit l’instant présent. Intensément, passionnément, pour être certaine de ne rien manquer de sa saveur.

La passion, toujours. Un moteur, un flair qui la guident depuis ses premiers pas dans le monde de l’art contemporain. A 46 ans, son parcours ne ressemble à aucun autre en Suisse romande. Comme souvent dans les grandes destinées, une rencontre déterminante fera toute la différence. Pour elle, il s’agit de William A. Ewing, directeur du Musée de l’Elysée à Lausanne de 1996 à 2010. C’est lui qui engage la jeune fille – une des premières à ouvrir la voie avec un travail de mémoire en photographie à l’Université de Lausanne – à l’issue de ses études en 1998. Pendant douze ans, elle apprend son métier de conservatrice associée, puis responsable des expositions aux côtés de son mentor. «J’étais un pilier fort de son équipe, il m’a tout appris. Après toutes ces années, nous nous parlons encore tous les jours», explique-t-elle sereinement. Avec lui, elle conçoit l’exposition «reGeneration» réunissant des photographes de 20 ans pour célébrer les 20 ans de l’institution en 2005. Depuis, elle n’a jamais cessé de travailler avec des jeunes artistes.

Mère de deux adolescentes, Nathalie Herschdorfer est une femme de son temps. La boîte de Pandore dénonçant la suprématie masculine dans le cinéma la révolte. «Le monde de l’art n’est pas meilleur. Le pourcentage des œuvres et expositions consacrées à des femmes s’élève à 10% en moyenne», déplore-t-elle. Consciente de sa responsabilité en tant que représentante d’une institution pour faire évoluer les mentalités, elle prend son rôle très à cœur. A ce titre, l’invitée principale de l’exposition actuelle à découvrir jusqu’au 27 janvier 2019 au Musée des Beaux-Arts du Locle est Alex Prager, une jeune artiste autodidacte de Los Angeles dont les photos sont fortement imprégnées d’une dimension cinématographique. De l’image de mode à Instagram, Nathalie Herschdorfer observe l’évolution de la photographie, reflet kaléidoscopique de la société. Fendue d’un large sourire, elle se souvient de sa participation à un colloque à l’arrivée du numérique, annonçant la mort de la photographie en 1999: «Aujourd’hui, on est très loin de cette prévision apocalyptique. Le monde est tellement riche et vaste qu’il faut toujours aller où notre petite lumière nous attire.»

 

Une chambre en Inde

Une chambre en Inde Paris Match Suisse | Publié le 18/10/2018   Jean Pierre Pastori La venue du Théâtre du Soleil est l’événement de la saison. Représentations, projections et rencontres.  Grande figure de la scène francophone, Ariane Mnouchkine dirige depuis un...

Justine Mettraux « Sur mon bateau, je n’ai jamais peur »

Depuis le 15 janvier, elle participe à l’Ocean Race, la course autour du monde en équipage, sur le bateau américain 11th Hour Racing, l’un des favoris. Fin novembre, elle avait fini septième et première femme de la Route du Rhum, une course mythique. À 36 ans, Justine...

Alain Afflelou, de père en fils

Cinquante-et-un ans après l’ouverture de sa première boutique, le roi de l’optique transmet l’entreprise à ses enfants. Aujourd’hui âgé de 75 ans, Alain Afflelou aspire à des jours paisibles et c’est à Genève qu’il a choisi de vivre. Alain Afflelou est un visionnaire,...

Ariane de Rothschild, la banquière de Genève

La disparition de son mari Benjamin, fils de Nadine, laisse une baronne seule à la tête de l’important groupe bancaire Edmond de Rothschild. Franco-allemande de formation supérieure et rompue aux pratiques financières. Également mère de quatre jeunes héritières. Reprendront-elles un jour le flambeau de cette enseigne devenue emblématique de la place financière suisse?

Comédie fédérale

Quatre candidats sont en lice pour deux places au gouvernement. Il y a quelques semaines encore, personne ne les connaissait. Tant mieux!

La vie de château à vendre en Suisse

Châteaux et manoirs de village ou de campagne, ces biens d’exception ont en commun une histoire, une beauté et des volumes impressionnants qui feront rêver tous les amoureux des vieilles pierres. Notre sélection en Suisse romande.

Hublot soutient Sorai : sauvons les rhinocéros!

L’horloger suisse est devenu partenaire de l’association créée par l’ex-star du cricket, Kevin Pietersen, et présente une Big Bang Unico en édition limitée pour récolter des fonds.

Cosmique !

Cosmique ! Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Jean Pierre Pastori Les massacres de l’Ordre du Temple solaire – 74 victimes au total – ont déjà donné lieu à de nombreuses publications. Julien Sansonnens pensait s’atteler à un troisième roman lorsque cette...

Constantin Macherel, Virtuoso per cello

C’est son premier disque, mais certainement pas le dernier. A 28 ans, le violoncelliste lausannois Constantin Macherel est déjà un virtuose réputé.

Aviel Cahn, l’opéra n’est pas un musée!

Aviel Cahn, l’opéra n’est pas un musée! Paris Match Suisse | Publié le 31/10/2018   Jean Pierre Pastori Directeur désigné du Grand Théâtre, Aviel Cahn va appliquer à Genève les méthodes qui ont fait son succès en Belgique. A 30 ans, à la tête du Stadttheater de Berne,...

Pin It on Pinterest

Share This