Nathalie Herschdorfer, au nom des femmes

Paris Match Suisse |

 

Quelques jours avant sa nouvelle exposition consacrée à une grande star de la photographie contemporaine, la directrice du Musée des Beaux-Arts du Locle nous reçoit chez elle.

Regard bleu perçant, chevelure blonde qu’elle réunit en torsade vers l’arrière avant de la laisser retomber sur ses épaules: Nathalie Herschdorfer a tout d’une femme fatale, comme le cinéma aime les imaginer. D’ailleurs, quelque chose en elle fait penser à Romy Schneider. Ce premier lundi d’octobre, l’historienne de l’art nous reçoit dans son appartement moderne et lumineux situé dans les hauteurs de Lausanne. Pendant la discussion autour d’une table elliptique dans la salle à manger se terminant par un angle dur, la pluie ruisselle sur les larges baies vitrées. «Je ne me projette pas, chaque jour est un autre jour»: chez elle, aucune trace de nostalgie, pas plus qu’une volonté de divination du futur, elle vit l’instant présent. Intensément, passionnément, pour être certaine de ne rien manquer de sa saveur.

La passion, toujours. Un moteur, un flair qui la guident depuis ses premiers pas dans le monde de l’art contemporain. A 46 ans, son parcours ne ressemble à aucun autre en Suisse romande. Comme souvent dans les grandes destinées, une rencontre déterminante fera toute la différence. Pour elle, il s’agit de William A. Ewing, directeur du Musée de l’Elysée à Lausanne de 1996 à 2010. C’est lui qui engage la jeune fille – une des premières à ouvrir la voie avec un travail de mémoire en photographie à l’Université de Lausanne – à l’issue de ses études en 1998. Pendant douze ans, elle apprend son métier de conservatrice associée, puis responsable des expositions aux côtés de son mentor. «J’étais un pilier fort de son équipe, il m’a tout appris. Après toutes ces années, nous nous parlons encore tous les jours», explique-t-elle sereinement. Avec lui, elle conçoit l’exposition «reGeneration» réunissant des photographes de 20 ans pour célébrer les 20 ans de l’institution en 2005. Depuis, elle n’a jamais cessé de travailler avec des jeunes artistes.

Mère de deux adolescentes, Nathalie Herschdorfer est une femme de son temps. La boîte de Pandore dénonçant la suprématie masculine dans le cinéma la révolte. «Le monde de l’art n’est pas meilleur. Le pourcentage des œuvres et expositions consacrées à des femmes s’élève à 10% en moyenne», déplore-t-elle. Consciente de sa responsabilité en tant que représentante d’une institution pour faire évoluer les mentalités, elle prend son rôle très à cœur. A ce titre, l’invitée principale de l’exposition actuelle à découvrir jusqu’au 27 janvier 2019 au Musée des Beaux-Arts du Locle est Alex Prager, une jeune artiste autodidacte de Los Angeles dont les photos sont fortement imprégnées d’une dimension cinématographique. De l’image de mode à Instagram, Nathalie Herschdorfer observe l’évolution de la photographie, reflet kaléidoscopique de la société. Fendue d’un large sourire, elle se souvient de sa participation à un colloque à l’arrivée du numérique, annonçant la mort de la photographie en 1999: «Aujourd’hui, on est très loin de cette prévision apocalyptique. Le monde est tellement riche et vaste qu’il faut toujours aller où notre petite lumière nous attire.»

 

Le Bellevue

Suspendu entre ciel et lac, le restaurant d’application Le Bellevue de Glion Institut de Hautes Etudes (GIHE) vous embarque dans un voyage vers les plus hautes sphères de la gastronomie où l’excellence des grandes tables prend ici tout son sens.

Bertrand Piccard: ses 1000 projets verts

Bertrand Piccard: ses 1000 projets verts Paris Match Suisse | Publié le 25/01/2018 Olivier Grivat Entre une conférence a Marrakech et une visite au prince Albert, le « globe conférencier » Bertrand Piccard révèle sa nouvelle existence au service d’une planète propre....

Mémorable anthologie

Mémorable anthologie Paris Match Suisse | Publié le 04/10/2018 Jean Pierre Pastori Beaucoup d’écrivains ayant séjourné à Vevey et dans Lavaux ont témoigné de leur émerveillement. Une région bénie des dieux! Et des artistes! Qu’ils fussent de passage ou installés à...

Marc Veyrat «Le secret de ma réussite, c’est de n’avoir jamais eu de certitudes»

A l’occasion de son 70e anniversaire, ce 8 mai, Marc Veyrat, en plein confinement en France voisine, s’est confié sur son parcours et son demi-siècle d’excellence aux fourneaux.

La RTS adapte ses émissions

L’émission TTC fera partie du TJ. Ce lundi : TTC suivra les petits entrepreneurs face à la crise.

Le confinement a laissé des traces psychiques

Présidée par David de Rothschild, une fondation suisse lance le site web Covid-Out pour panser les difficultés de santé mentale dues à la crise engendrée par la pandémie, dont le confinement.

Bas les masques!

NOS JOURNALISTES S’EXPRIMENT – Les archives sont de terribles mouchards. Désolée pour vous, Monsieur Koch. Vous qui avez renoncé à une retraite bien méritée, après 13 ans passés à la tête de la division Maladies transmissibles

Jessica & Annika Horn

Dans sa vie, Mike Horn n’a qu’à vivre pleinement ses aventures, ses filles s’occupent de tout le reste, gestion, recherche de sponsors, etc. Toutes deux diplômées universitaires, Annika (26 ans) et Jessica (24 ans) ont ainsi repris le rôle de leur mère, décédée en 2015. De retour du Dakar en Arabie saoudite, elles racontent leur rêveur de papa et les relations très fortes qu’elles ont avec lui.

Ausoni, le défi de la modernité

Riche de 110 ans d’histoire, l’enseigne de mode Ausoni joue la carte de l’ouverture sous l’impulsion de la quatrième génération désormais aux affaires.

Marchés de noël

Que la magie commence! Pour patienter jusqu’au 24 décembre, voici trois marchés de Noël qui valent le détour.

Pin It on Pinterest

Share This