Nuria Gorrite, femme et présidente du Conseil d’état

Paris Match Suisse |

Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat, quelle femme êtes-vous?

En trois mots, je dirais que je suis engagée, ouverte et spontanée.

Etes-vous fière d’être la première femme à occuper cette fonction?

Selon la nouvelle Constitution,  je suis effectivement la première à occuper cette fonction pour cinq ans, mais la première présidente était Jacqueline Maurer-Mayor. Issue d’un milieu relativement modeste, petite fille, je ne savais même pas qu’une telle fonction existait. J’ai dû travailler pour me sentir légitime. Je rêvais plutôt d’être journaliste.

A quoi, selon vous, devez-vous cette ascension spectaculaire?

J’ai su saisir des opportunités et j’ai été là au bon moment. J’ai aussi mon style, ma manière. Je n’entre pas dans les intrigues. Je ne me fais pas d’ennemis. J’ai à cœur de dire les choses, même les plus difficiles à entendre mais on peut tout dire si on sait le dire. On doit être attentif à la façon dont l’autre va le recevoir. Je fais toujours preuve d’empathie. 

Pensiez-vous déjà au Conseil d’Etat lorsque vous étiez syndic de Morges?

Absolument pas. La première fois que l’on m’a proposé de briguer le Conseil d’Etat, j’y ai renoncé notamment car ma succession à la ville de Morges n’était pas assurée. J’ai suivi mon intuition. Chaque fruit mûrit à son heure.

Visez-vous le Conseil fédéral?

Non. C’est déjà magnifique, immense, ce qui m’arrive! Pourquoi viserais-je autre chose? J’ai à cœur d’honorer les responsabilités qui m’ont été confiées. La course au pouvoir, les calculs politiques, cela ne me ressemble pas. Aujourd’hui, beaucoup de gens me confient leurs espérances. Mon rôle, agir ici et maintenant.

En dehors de votre passion politique, qu’est-ce qui vous anime dans la vie?

La culture. J’aime visiter des villes, écouter de la musique, voir des expositions, des monuments. Je nourris ma curiosité artistique. Dernièrement, je suis tombée en admiration devant l’œuvre d’un photographe qui exposait à Miami. Une démarche exceptionnelle tant sur le plan artistique que technique. Cela m’a bouleversée. Il faut dire que j’aime beaucoup cet art. La photographe Hélène Tobler a fait don au canton de ses images de presse qui sont exposées en ce moment. Son geste a été très apprécié.

Vous êtes toujours élégante et coquette. Est-ce important le look, l’image pour cette fonction?

Ma mère est couturière et modiste. J’ai appris à apprécier les habits bien coupés, les belles matières. J’ai grandi dans cet environnement. Longtemps ma mère m’a fait mes vêtements. Prendre soin de soi, c’est prendre soin des autres. C’est aussi une forme de bienveillance envers soi-même. Tout est lié au respect, à une certaine discipline et une cohérence.  

Comment vous habillez-vous? Vous privilégiez les petites boutiques ou le temps vous manque et vous achetez sur internet? 

J’ai mes petites boutiques préférées à Morges et à Lausanne. Mais je vis aussi avec mon temps et il m’arrive de commander en ligne le soir à la maison.

Votre charme, votre sourire ont-ils été des atouts précieux pour votre ascension politique?

Je n’ai pas étudié la manière de sourire. Mais petite j’étais très timide. La danse classique m’a appris à prendre ma place dans l’espace. C’est aussi une école de la discipline, de l’effort. Puis à 19 ans, j’ai fait du théâtre. La confiance en soi, je l’ai acquise grâce aux miens. J’ai la chance d’avoir une famille magnifique. Elle m’a donné une colonne vertébrale. Mes parents sont des gens courageux. La vie n’a pas toujours été simple pour eux. Ils ont su me tirer vers le haut. Grâce à eux, j’ai une structure, un ancrage.

Quelles sont vos qualités premières?

Je suis optimiste. Ça aide dans la vie! Quelle que soit la situation, je trouve une solution. Je suis volontaire. Je vais de l’avant, je ne me laisse pas décourager.

La créativité fait partie de vos points forts?

Dans certains projets fondamentaux, il faut échafauder des stratégies inventives. Dernièrement, il a fallu trouver une solution pour faire voter une loi visant la création de places d’accueil pour la garde des enfants. Cette créativité a permis d’offrir une solution à plus de 15 000 familles!

Comment résistez-vous au stress?

Quand tout le monde s’agite, je garde la tête froide. Je n’aime pas céder au stress. Lorsque les choses sont très tendues, cela nécessite de l’action. En revanche, je suis sensible à une situation humaine. Lorsque j’ai dû licencier un collaborateur, je n’ai pas dormi de la nuit.

Avouez-nous un défaut qui vous dérange chez vous.

Dans certaines actions, je peux être terriblement impatiente et cela me joue des tours.

Vous êtes une femme solaire, cela en dérange certains…

Peut-être. Cela appelle à la retenue, la discrétion. C’est très protestant, il ne faut pas trop capter la lumière. Et la jalousie, c’est ce qu’il y a de pire. 

Quel a été pour vous le chagrin le plus difficile à surmonter dans votre existence?

Le décès de mon oncle. Il est mort d’un cancer à 47 ans. Son rôle dans ma vie a été fondamental et structurant. Il comptait énormément pour moi. J’ai eu beau me préparer. Etre confrontée à la mort, c’est tellement cruel. On m’a arraché une partie de moi. Il me manque. 

Vous semblez vouloir préserver votre vie privée, votre couple.

Si pour moi le couple est important, il n’est pas indispensable. Etre seule, «de moi à moi», entre lecture, musique et culture me remplit et me ressource. Je suis parfaitement épanouie sans relation sentimentale. Je vis ma vie pleinement. J’ai une multitude de passions, une vie professionnelle intense et engagée, des amis fidèles. Rien ne me manque. Lorsque je suis en couple, en revanche, même si je ne suis pas de nature dépendante, je vis pleinement la relation. Avec l’âge, la passion ne m’intéresse plus. Je l’ai vécue. Cela détruit, ça ravage. Aujourd’hui, je préfère une relation sereine, profondément apaisée… Vivre en couple fait partie de la vie mais je ne partage pas mon quotidien. Je préfère les parenthèses enchantées. 

Vous semblez très proche de votre fille qui a aujourd’hui 20 ans…

J’ai élevé ma fille seule. Elle est fille unique comme moi. Nous sommes très proches. Nous avons tout traversé ensemble. Je reste cependant sa mère pas sa copine. Aujourd’hui, elle est en 2e année de droit et elle est très engagée sur le plan humanitaire.

Quelles sont les valeurs de vie que vous lui avez inculquées?

L’empathie et la générosité. Au bout du compte, seul ce que l’on a donné restera à jamais.

Vous souvenez-vous de votre premier amour?

Oui, c’était mon petit ami à l’école enfantine. Mon premier émoi. Et chose très drôle, on s’est retrouvé dernièrement sur Facebook.

Un nouvel envol pour la Suisse

Un nouvel envol pour la suisse Paris Match Suisse | Publié le 11/01/2018 Anne-Marie Philippe   L’enthousiasme est le moteur de cette fabuleuse aventure. Paris Match fait partie de moi, il coule dans mes veines. « Le poids des mots, le choc des photos »… Cet...

Brigitte Violier, la femme libérée. Elle pense à déménager.

Brigitte Violier, belle et élégante, nous reçoit chez elle, dans son intimité. Pour la première fois, après la disparition de son mari, le chef étoilé Benoît Violier, elle nous ouvre son cœur.

Aux marches du Palais (fédéral)

N’y aurait-il pas contradiction entre la tonalité de cet essai désabusé et sa conclusion? Au terme de 200 pages bien nourries, Fathi Derder qui achève son second mandat au Conseil national ne craint pas d’affirmer que «c’est certainement un des systèmes politiques les plus efficaces et les plus stables du monde».

Tous fous de Federer

Jamais, dans l’histoire du sport, un champion n’avait suscité une telle admiration chez les artistes et les intellectuels. Quatre d’entre eux témoignent, avant Wimbledon.

Anne-Sophie Pic et David Sinapian : un couple 3 étoiles

Anne-Sophie Pic et David Sinapian : un couple 3 étoiles Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Anne-Marie Philippe   Rencontre avec David Sinapian, le mari de la chef étoilée. Si sa femme mène ses équipes et ses créations culinaires, il dirige les opérations...

Ces Chinois qui achètent la Suisse

Ces Chinois qui achètent la Suisse Paris Match Suisse | Publié le 11/01/2018 Olivier Grivat Chimie, horlogerie, hôtellerie, habitations, golfs, etc. Aucun secteur n’échappe à la convoitise de l’Empire du Milieu. Mais Pékin cherche à freiner l’évasion de capitaux....

Festivals en folie

La Suisse romande est gâtée en matière de festivals, du Caribana qui s’achève le 9 juin au Chant du Gros (du 5 au 7 septembre), en passant par l’Estivale (du 31 juillet au 3 août), Rock Oz’Arènes (du 14 au 18 août) ou encore le Venoge Festival (du 21 au 25 août). Zoom sur les cinq prochains grands événements à agender.

Un siècle d’audace

Un siècle d’audace Paris Match Suisse | Publié le 18/10/2018 Jean Pierre Pastori D’une paysanne gravée par Edouard Vallet en 1918 à la lithographie «Sans titre» de Wade Guyton qui vient de sortir de presse, en passant par telle sérigraphie de Richard Paul Lohse, quel...

Kevin Chaplin en mode mannequin

Kevin Chaplin en mode mannequin Paris Match Suisse | Publié le 05/04/2018 Bertrand Monnard Étudiant en économie, Kevin Chaplin (25 ans), l’un des 24 petits-enfants de Charlot, vient de faire ses grands débuts de mannequin à milan. il nous parle de son grand-père dont...

Des maisons du soldat à Eldora

Ces Chinois qui achètent la Suisse Paris Match Suisse | Publié le 11/01/2018 Olivier Grivat Chimie, horlogerie, hôtellerie, habitations, golfs, etc. Aucun secteur n’échappe à la convoitise de l’Empire du Milieu. Mais Pékin cherche à freiner l’évasion de capitaux....
Share This