Tout ce que vous devez savoir sur … Andrew Gordon

Paris Match Suisse |

Le directeur général du groupe Eldora, No 2 du marché suisse de la restauration de collectivités, est un sportif accompli.  

 

Parents écossais, enfance à Genève

Andrew Gordon est d’origine britannique et sa langue maternelle est l’anglais: ses parents écossais venus en Suisse pour six mois ont été définitivement conquis par Genève qu’ils n’ont plus quittée. Gordon père y a créé un cabinet de conseils stratégiques, actif principalement dans le domaine de l’agroalimentaire mais également dans le domaine de la restauration. Né en 1967, Andrew a été naturalisé suisse à l’âge de 18 ans, avant d’entrer à l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL) en 1990. Il y a rencontré sa femme, Sandra, aujourd’hui municipale à Perroy (VD). Il effectue un stage à l’hôtel Richemont à Genève, entre chez Eurest… aujourd’hui, l’un des concurrents d’Eldora, puis à l’Office du tourisme de Verbier, en tant que directeur du marketing de la station: «J’aurais pu être hôtelier. J’aime le monde de l’accueil et de l’hospitalité. Me soucier du bien-être des gens. C’est un état d’esprit.»

Carrière militaire envolée

L’armée est une aventure au quotidien et une très belle période de sa vie, résume le caporal Gordon, grenadier d’infanterie qui a fait son école de recrue à Isone (TI). Une carrière militaire interrompue au grade de sous-officier par une «bêtise» qu’il regrette encore à ce jour. Il a eu le malheur de s’endormir à son tour de garde, n’ayant pas fermé l’œil depuis 48 heures. Pour lui, cela reste le plus grand échec de sa vie, résume ce fringant directeur général de 51 ans. Consolation: l’aîné de ses trois enfants, 22 ans, accomplit son école de sous-officier comme fantassin à Colombier (NE).

Un grand sportif devant l’Eternel

Son physique longiligne le trahit: Andrew Gordon est un grand sportif: vélo et course à pied. Le sport est un équilibre indispensable à sa vie de dirigeant accaparé par son métier. Il tient de son père qui s’était distingué dans l’équipe britannique de course à pied des années 50. Le sport joue un rôle très important dans l’éducation britannique. Il y consacre beaucoup de temps et s’efforce de se fixer chaque année un grand défi sportif. Il a terminé trois fois la Patrouille des Glaciers entre Zermatt et Verbier. Cette année, ce sera le Marathon de New York qu’il a déjà terminé deux fois. S’il n’avait pas cette discipline, il pèserait 30 kilos de plus, plaisante-t-il. Il joue aussi au golf depuis trois ans.

Une remise en question permanente

A 51 ans, le directeur général du groupe Eldora se félicite chaque matin d’être en forme et de se plaire à son poste de travail. Le jour où les chiffres vont s’inverser, où je n’apporte plus la même dynamique, je ferai autre chose, promet Andrew Gordon. Il a commencé en 2001 dans l’entreprise de restauration baptisée alors DSR. Directeur du marketing, il est devenu le directeur général en 2005. Le défi d’Eldora n’était pas gagné d’avance, il a fallu convaincre de la nécessité du changement. C’était un pari audacieux, il en récolte les fruits, mais veut rester vigilant: la concurrence guette, ce n’est pas le moment de baisser la garde. Et suivre les nouvelles tendances, notamment l’arrivée des «millennials» sur le marché du travail, la digitalisation et la montée en puissance du végétarisme.

En 2015, DSR prend le virage d’Eldora

Fondée en 1919 par les Unions chrétiennes et la Croix-Bleue romande, la Fondation du Département Social Romand (DSR) gérait à ses débuts les «foyers du soldat»; ces derniers devaient notamment servir à tenir les militaires suisses éloignés des tentations de l’alcool. En 1929, DSR reprend l’exploitation de la cantine des cheminots, à Lausanne. Ce mandat marque le début de son activité dans le domaine de la restauration de collectivités. En 2015, DSR crée le groupe Eldora afin d’y transférer l’entier de son activité de restauration. Basé à Rolle (VD), il emploie plus de 2200 collaborateurs et est le No 2 suisse derrière le groupe SV, son pendant alémanique, et devant Compass.

2017: une nouvelle année record

Le groupe Eldora a réalisé, en 2017, un nouveau chiffre d’affaires record de 336,7 millions (+6,8%). L’évolution a principalement été observée dans le domaine de la restauration de collectivités grâce à l’ouverture de 19 nouveaux restaurants. Le groupe a servi plus de 15,2 millions de repas, soit une moyenne de 60000 repas par jour (ouvrable). Il a créé 113 places de travail l’an dernier. Les résultats sont d’autant plus remarquables, note Andrew Gordon, que les marges du secteur de l’alimentation y sont très faibles: notre métier consiste à additionner des centimes pour espérer avoir un franc en fin de journée. Mais au-delà des impératifs financiers, l’essentiel consiste, avant toute chose, à faire de chaque repas un moment de bien-être.

Jacques de Watteville l’emblématique

Jacques de Watteville l’emblématique Paris Match Suisse | Publié le 23/08/2018 François Schaller  | Photographie Valdemar Verissimo L’ancien secrétaire d’Etat et ambassadeur est entouré de précieux symboles dans son nouveau bureau présidentiel de la Banque Cantonale...

Almodovar : DOULEUR ET GLOIRE

Nous avions quitté les protagonistes du dernier film d’Almodóvar «Julieta» en Suisse, nous retrouvons ceux de «Douleur et Gloire» en Espagne, son pays natal.

Bongénie : le pari de l’expérience

L’enseigne familiale genevoise confie à ses jeunes représentants de la cinquième génération le soin de réinventer la tradition. Avec le défi de taille de perpétuer un héritage plus que centenaire, dans un secteur de la mode en profonde mutation.

Incontournable Fête du blé et du pain

Incontournable Fête du blé et du pain Paris Match Suisse | Publié le 06/09/2018 Anne-Marie Philippe  | Photographie Valdemar Verissimo Du 15 au 26 août 2018, la dynamique ville d’Echallens a vécu au rythme de la 4e édition de la Fête du Blé et du Pain. Cette année,...

L’interview impertinente de Franz-Olivier Giesbert

Journaliste, éditorialiste au «Point», biographe, chroniqueur, écrivain, directeur éditorial de «La Provence», il a écrit une vingtaine de romans, une quinzaine d’essais. Rencontre avec un homme contemplatif qui pratique l’optimisme au quotidien.

Tout ce que vous devez savoir sur… Renaud Capuçon

Tout ce que vous devez savoir sur... Renaud Capuçon Paris Match Suisse | Publié le 05/04/2018   Jean Pierre Pastori Le célèbre concertiste s’ancre encore plus dans la Haute Ecole de Musique vaudoise en créant les Lausanne Soloists. Au rythme de deux sessions par an...

L’Histoire horlogère suisse en héritage

L’Histoire horlogère suisse en héritage Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Joan Plancade La bijouterie Junod à Lausanne, plus ancienne enseigne familiale de Suisse romande, témoigne de 150 ans d’horlogerie dans le pays. Des artisans pionniers du XIXe siècle à...

La reine Doris

La reine Doris Paris Match Suisse | Publié le 18/10/2018 RomaineJean Une pluie d’hommages pour la «Reine Doris», titre royal décerné, en démocratie, par la presse et les politiques, pour une fois unanimes. Que dire de plus? Le départ du gouvernement de Doris Leuthard...

Kim Phuc – Le  triomphe de  l’amour

En  pleine  guerre  du  Vietnam,  Kim Phuc,  9  ans,  est  brûlée  à  plus  de  60% sur  tout  son  corps.  Elle  subira dix-sept  interventions  chirurgicales,  car  le  napalm  a endommagé  ses  muscles,  ses  tendons et  ses  terminaisons  nerveuses.

Christian Constantin: «Je n’ai pas l’appât du gain»

Christian Constantin « Je n’ai pas l’appât du gain » Paris Match Suisse | Publié le 31/05/2018   Bertrand Monnard  | Photographie Valdemar Verissimo Christian Constantin est le plus fervent défenseur des JO à Sion en 2026. Avant le vote décisif du 10 juin, il nous a...

Pin It on Pinterest

Share This