Tout ce que vous devez savoir sur… Anne-Marie Maillefer

Paris Match Suisse |

La présidente de la Loterie romande (Vaud) a mené une riche carrière dans les soins infirmiers.

 

«Je suis gâtée par la vie.» Lâchés comme une évidence, ces mots en disent beaucoup sur Anne-Marie Maillefer, cette altruiste qui, en réalité, ne doit ses succès qu’à elle-même. Discrète, la présidente de la Fondation (vaudoise) d’aide sociale et culturelle (Loterie romande) cèle les efforts qu’elle a dû consentir. On devine pourtant que de la boucherie familiale de Boncourt à ses engagements socioculturels actuels, le chemin n’a pas nécessairement été pavé de roses. «Enfant, j’aimais déjà prendre mes responsabilités. J’aidais mes parents à la caisse du commerce.»

Sans doute aurait-elle pu faire sa médecine. «Je suis une soignante». Mais, début octobre 1970, les hasards de la vie l’amènent à choisir l’école d’infirmières de Bois-Cerf, à Lausanne. La découverte de Lavaux paré des couleurs de l’automne est un véritable éblouissement. Elle ne quittera plus la région. Et ne cessera de compléter sa formation: diplôme de formation de cadre, certificat de politique sociale, diplôme de formation continue en santé publique… Son goût pour les responsabilités se confirme, tôt repéré par Françoise Couchepin, la directrice de l’école. «Elle m’a accordé de pouvoir enseigner la moitié de l’année et de soigner le reste du temps. Je voulais conserver ma légitimité professionnelle.»

Anne-Marie Maillefer garde un souvenir fort de son travail auprès du professeur Noël Genton, spécialiste en chirurgie pédiatrique, et des contacts qu’elle développe alors avec les enfants hospitalisés et leurs parents. Elle se remémore avec autant de bonheur son engagement dans les soins à domicile. «On rencontre les patients dans leur environnement quotidien.» Ses capacités, sa force de travail ne passent pas inaperçues: infirmière-chef, directrice adjointe de l’Organisme médico-social vaudois, directrice de l’école d’infirmiers et infirmières en psychiatrie, etc. «Le canton de Vaud m’a accordé sa confiance. Il m’a gâtée», dit-elle, alors que c’est elle qui, par ses compétences, a comblé le canton de Vaud! Elle participe à plusieurs politiques publiques, tant en ce qui concerne les soins à domicile que la mise en place des HES dans le domaine santé-social ou dans le développement des places d’accueil pour enfants.

Le secrétariat général de la Fondation pour l’accueil de jour des enfants la met en contact avec la Loterie romande. Et le Conseil d’Etat de penser à elle lorsqu’il s’agit de repourvoir la présidence de l’organe vaudois de répartition des bénéfices. Comme toujours, Anne-Marie Maillefer relève le défi et y trouve «un vrai bonheur». Elle qui n’avait jamais acheté un billet de loterie, réalise à quel point le premier mécène de Suisse romande est indispensable à l’activité sportive, sociale, culturelle et patrimoniale. L’an dernier, la Loterie romande a distribué 116 millions dont 40 au seul canton de Vaud. La présidente heureuse se double d’une femme épanouie. Née Stidel, elle a conservé le patronyme de son ex-mari, «pour éviter d’avoir à expliquer». Elle vit en couple avec Marc Diserens, ancien chef du service vaudois de la santé publique. La lecture, l’écoute de la musique sacrée et de la musique de chambre, de longues marches nourrissent les loisirs de cette belle âme.

Hamid Mamdouh : un candidat pour la Suisse

Il ne figurera certainement pas parmi les favoris à la présidence opérationnelle de l’Organisation mondiale du commerce à Genève (OMC). Mais le Suisso-Egyptien a des arguments. Et il attend de la Suisse qu’elle le soutienne.

Le chat noir: black   minet des  stars

Ouvert  en  1897,  ce  café  a  d’abord  accueilli  les  vedettes désireuses  de  s’encanailler  avant  de  devenir  une adresse  gastronomique.

Michael Drieberg

Leader de l’organisation des spectacles en Suisse romande, le businessman dur en affaires se dit paradoxalement hypersensible sur le plan privé.

La Clinique de Genolier se mobilise contre le coronavirus

Pour lutter efficacement contre cette pandémie, la Clinique de Genolier considérée trop souvent et à tort comme centre hospitalier pour riches, s’est spontanément portée volontaire, avant même que le canton le préconise, pour apporter son soutien à l’hôpital de Nyon.

Pierre-Marcel Favre le découvreur

L’éditeur lausannois est guidé par une insatiable curiosité qui explique les 1800 livres publiés et les 108 pays visités!

Darius Rochebin : le goût du risque

Le légendaire présentateur du 19:30 quitte le service public romand pour développer ses talents de grand interviewer sur TF1-LCI. Tout reste à prouver dans cette nouvelle consécration.

Jacques de Watteville l’emblématique

Jacques de Watteville l’emblématique Paris Match Suisse | Publié le 23/08/2018 François Schaller  | Photographie Valdemar Verissimo L’ancien secrétaire d’Etat et ambassadeur est entouré de précieux symboles dans son nouveau bureau présidentiel de la Banque Cantonale...

La Réserve Genève Hotel & Spa crée La Réserve at Home !

Le chicissime et bucolique Palace genevois La Réserve Genève Hotel & Spa crée La Réserve at Home !

L’abécédaire de Paul-Olivier Dehaye

L'abécédaire de Paul-Olivier Dehaye Paris Match Suisse | Publié le 03/05/2018   François Schaller Le Genevois qui a été entendu pendant quatre heures au Parlement britannique à propos du scandale Facebook n’en est qu’au début de son combat.  IMMENSE SCANDALE C’était...

Nicoletta : «La notoriété? Bof. Pourvu qu’on m’aime!»

Marraine des 150 ans de la SPA Genève, le 20 novembre prochain, Nicoletta nous a accordé un long entretien durant lequel elle parle de tout. De sa longue carrière, de ses amours, de son ami Aznavour et de son amour des animaux bien sûr.

Pin It on Pinterest

Share This