Tout ce que vous devez savoir sur… Anne-Marie Maillefer

Paris Match Suisse |

La présidente de la Loterie romande (Vaud) a mené une riche carrière dans les soins infirmiers.

 

«Je suis gâtée par la vie.» Lâchés comme une évidence, ces mots en disent beaucoup sur Anne-Marie Maillefer, cette altruiste qui, en réalité, ne doit ses succès qu’à elle-même. Discrète, la présidente de la Fondation (vaudoise) d’aide sociale et culturelle (Loterie romande) cèle les efforts qu’elle a dû consentir. On devine pourtant que de la boucherie familiale de Boncourt à ses engagements socioculturels actuels, le chemin n’a pas nécessairement été pavé de roses. «Enfant, j’aimais déjà prendre mes responsabilités. J’aidais mes parents à la caisse du commerce.»

Sans doute aurait-elle pu faire sa médecine. «Je suis une soignante». Mais, début octobre 1970, les hasards de la vie l’amènent à choisir l’école d’infirmières de Bois-Cerf, à Lausanne. La découverte de Lavaux paré des couleurs de l’automne est un véritable éblouissement. Elle ne quittera plus la région. Et ne cessera de compléter sa formation: diplôme de formation de cadre, certificat de politique sociale, diplôme de formation continue en santé publique… Son goût pour les responsabilités se confirme, tôt repéré par Françoise Couchepin, la directrice de l’école. «Elle m’a accordé de pouvoir enseigner la moitié de l’année et de soigner le reste du temps. Je voulais conserver ma légitimité professionnelle.»

Anne-Marie Maillefer garde un souvenir fort de son travail auprès du professeur Noël Genton, spécialiste en chirurgie pédiatrique, et des contacts qu’elle développe alors avec les enfants hospitalisés et leurs parents. Elle se remémore avec autant de bonheur son engagement dans les soins à domicile. «On rencontre les patients dans leur environnement quotidien.» Ses capacités, sa force de travail ne passent pas inaperçues: infirmière-chef, directrice adjointe de l’Organisme médico-social vaudois, directrice de l’école d’infirmiers et infirmières en psychiatrie, etc. «Le canton de Vaud m’a accordé sa confiance. Il m’a gâtée», dit-elle, alors que c’est elle qui, par ses compétences, a comblé le canton de Vaud! Elle participe à plusieurs politiques publiques, tant en ce qui concerne les soins à domicile que la mise en place des HES dans le domaine santé-social ou dans le développement des places d’accueil pour enfants.

Le secrétariat général de la Fondation pour l’accueil de jour des enfants la met en contact avec la Loterie romande. Et le Conseil d’Etat de penser à elle lorsqu’il s’agit de repourvoir la présidence de l’organe vaudois de répartition des bénéfices. Comme toujours, Anne-Marie Maillefer relève le défi et y trouve «un vrai bonheur». Elle qui n’avait jamais acheté un billet de loterie, réalise à quel point le premier mécène de Suisse romande est indispensable à l’activité sportive, sociale, culturelle et patrimoniale. L’an dernier, la Loterie romande a distribué 116 millions dont 40 au seul canton de Vaud. La présidente heureuse se double d’une femme épanouie. Née Stidel, elle a conservé le patronyme de son ex-mari, «pour éviter d’avoir à expliquer». Elle vit en couple avec Marc Diserens, ancien chef du service vaudois de la santé publique. La lecture, l’écoute de la musique sacrée et de la musique de chambre, de longues marches nourrissent les loisirs de cette belle âme.

La Grèce côte « Costa Navarino »

Un voyage gustatif, des saveurs ancestrales grecques, italiennes ou exotiques.
Rêver « Costa Navarino », un voyage enchanteur dans les paysages préservés du Péloponnèse, des ballades gustatives à nulle autre pareilles. Une découverte qui nous a enthousiasmés.

Henri Dès, sa nouvelle vie rock

Henri Dès, sa nouvelle vie rock Paris Match Suisse | Publié le 08/02/2018 Anne-Marie Philippe Henri Dès fait un virage improbable, incroyable et unique avec le projet « Ze grands gamins ». Ses chansons pour enfants virent «rock» et déclenchent le délire chez...

KNIE : Le bel Italien qui rend Géraldine si heureuse

Depuis douze ans, Géraldine Knie, directrice artistique du cirque, est en couple avec Maycol Errani un acrobate italien. Ils ont deux enfants, dont un petit dernier de dix mois. Le bonheur sous chapiteau.

Karin Keller Sutter la constellation enfin parfaite

Karin Keller Sutter la constellation enfin parfaite Paris Match Suisse | Publié le 31/10/2018   François Schaller Le Parlement n’assumerait pas un accident dans l’élection de la candidate du siècle au Conseil fédéral. Que faut-il absolument pour accéder au...

Ausoni, le défi de la modernité

Riche de 110 ans d’histoire, l’enseigne de mode Ausoni joue la carte de l’ouverture sous l’impulsion de la quatrième génération désormais aux affaires.

Bertrand Piccard: ses 1000 projets verts

Bertrand Piccard: ses 1000 projets verts Paris Match Suisse | Publié le 25/01/2018 Olivier Grivat Entre une conférence a Marrakech et une visite au prince Albert, le « globe conférencier » Bertrand Piccard révèle sa nouvelle existence au service d’une planète...

L’Histoire horlogère suisse en héritage

L’Histoire horlogère suisse en héritage Paris Match Suisse | Publié le 20/09/2018 Joan Plancade La bijouterie Junod à Lausanne, plus ancienne enseigne familiale de Suisse romande, témoigne de 150 ans d’horlogerie dans le pays. Des artisans pionniers du XIXe siècle...

Patrick de Preux et sa maison, une passion absolue

Le notaire et emblématique président du Lausanne HC a une relation affective avec sa maison.

Ces Chinois qui achètent la Suisse

Ces Chinois qui achètent la Suisse Paris Match Suisse | Publié le 11/01/2018 Olivier Grivat Chimie, horlogerie, hôtellerie, habitations, golfs, etc. Aucun secteur n’échappe à la convoitise de l’Empire du Milieu. Mais Pékin cherche à freiner l’évasion de...

Gastronomie en fête

Fêter au restaurant? Oui, mais dans un cadre festif. Voici sept des plus belles salles où festoyer jusqu’au bout de la nuit.

Share This